Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Provencao : Entre les échos
 Publié le 26/06/21  -  6 commentaires  -  381 caractères  -  132 lectures    Autres textes du même auteur

À nous de nous faire, si nous le souhaitons, épieur, gardien de l'aumône de l'invisible.


Entre les échos



Le printemps bourdonne entre les échos,
De ce côté de la vallée impatiente,
Par-delà les soupirs
Loin, très loin… de toi.

Autour de moi, des prairies s'étoilent
Ombragées de confessions, de dires,
Que nos voix s'entrelacent aux présages, aux délicatesses,
En un chant de l'âme confiée
À l'ombre éphémère des herbes du passé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eskisse   
26/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Provencao,

J'aime beaucoup ce poème pour la douceur qui en émane et pour son caractère évanescent à l'image de tous les sons que vous convoquez, tous plus légers les uns que les autres :" échos", " soupirs" , " confessions".
Un désir d'union entre les voix de la nature et celle du couple apparaît dans la deuxième strophe avec un espoir porté par les " présages".
Un poème qui ressemble pour moi à ces fleurs sur lesquelles on souffle ... et qui a un petit côté animiste : " en un chant de l'âme confiée", "la vallée impatiente".

Merci du partage

   papipoete   
26/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Provencao
Le Printemps, mon ami, a gommé du ciel les derniers nuages sombres, et maintenant sur cette feuille immaculée, je peux écrire tous ces mots pour toi...
Sur une douce melodie, je lis ta réponse, dont je goûte les précieux échos... Tu es si loin de mes yeux, mais en eux je mire les miens ; ne t'inquiètes pas ton cœur me fait toujours chavirer !
NB l'auteure parle à celui dont la chair n'est plus, mais sa présence à jamais l'accompagne...
La première strophe me rappelle ces mots lancés du haut de la Roche d'Antre, à revenir en echo ; mes copains disaient " on n'entend rien ! "... mais si, écoute bien !
Un poème pour réchauffer l'âme de tous ceux " qui grelotent ; transis par le froid de la solitude "

   Pouet   
26/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

je crois que, même si l'ensemble me plaît bien, je me décide à commenter positivement ce poème pour son dernier vers que je me fais une joie de citer:

"À l'ombre éphémère des herbes du passé."

Magifique vers s'il en est à la fois profond, philosophique, bucolique et poétique. Un vrai régal, une vraie trouvaille selon moi. En quelques mots, toute une réflexion, tout un "monde" si j'ose dire...

Voilà, un vers que j'aurais aimé écrire.

Merci à vous, au plaisir.

   emilia   
26/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le printemps semble réveiller le désir impatient d’échanger avec l’autre, ce « toi… très loin », vers lequel, pourtant, s’élèvent une prière, un espoir, une attente, ce « chant de l’âme confiée à l’ombre éphémère des herbes du passé… », en souhaitant « que nos voix s’entrelacent / entre les échos d’une « invisible aumône » dont nous serions les « épieurs, les gardiens, si nous le souhaitons… » dans une vision, une quête spirituelle émouvante empreinte de mysticisme…

   Myo   
3/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
De la poésie pure et délicate dans ces quelques lignes.

Déjà le premier vers est un délice.
"Un chant de l'âme" que j'écoute religieusement et qui me touche sincèrement.

Merci du partage

   Ligs   
3/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

En quelques vers, tout semble dit, ou plutôt suggéré, et de manière inattendue. Le langage décalé me fait penser à l'impressionnisme.
"des prairies s'étoilent/Ombragées de confessions"

L'atmosphère est peinte avec douceur, le passé évoqué avec une nostalgie à peine dessinée.

Merci pour ce partage.


Oniris Copyright © 2007-2020