Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Queribus : Deux célèbres danseuses
 Publié le 18/05/19  -  14 commentaires  -  791 caractères  -  197 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un essai de sonnet "classique" pour rendre un petit hommage à deux personnalités hors pair du french cancan.


Deux célèbres danseuses



Les gambettes en l’air s’élèvent en cadence,
Jane Avril la douée excelle et fait fureur ;
Une déesse écrit comme un ballet frondeur,
Choquant parfois ; le vrai bonheur est une danse.

Puis voici la Goulue et son quadrille dense ;
Le public masculin reluque sa rondeur
Et ses formes d’enfer ; le regard scrutateur
Est comme en pâmoison, sans vergogne ou prudence.

Si vous passez un jour auprès des cabarets,
L’œil un peu polisson, les sens tout guillerets,
Imaginant les cris et les foules noceuses,

Vous entendrez monter le son du french cancan,
Et vous verrez soudain, dansant sur un volcan,
Deux légendes d’alors, deux célèbres danseuses.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
24/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
classique
Passant devant ce cabaret, sauriez-vous qu'ici, deux célèbres danseuses enflammaient la scène et le coeur des spectateurs ?
C'était au temps du " french-cancan " ; la télévision ne retenait pas les gens chez eux, et pour une sortie exceptionnelle, vous pouviez contempler là Jane Avril, et ici la Goulue !
NB ça lève les gambettes avec ardeur, et dans le tercet final, on imagine bien ce " volcan " !
au 4e vers, on pourrait chicaner sur la césure ?
sinon, je vois un sonnet sans faute, et un tableau parfait !

   lucilius   
26/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Cet hommage à deux têtes d'affiche du french-cancan est plutôt bien "troussé". La répétition de "deux" dans le dernier vers manque un peu d'élégance.

   Davide   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Queribus,

La rigueur exigée par le classique porte plus haut encore la qualité et la sincérité de cet hommage.
Derrière l'apparat, ce poème semble un hommage à une époque, celle des opérettes et des opéras bouffe, de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle (pour l'âge d'or).
Pour moi, le "french cancan", c'est d'abord Jacques Offenbach et son célèbre - mondialement célèbre ! - finale, dans "Orphée aux Enfers".

Pour revenir au poème, je ferai quelques petites remarques :
v.1 : petit détail, mais le rapprochement de "en l’air" et "s’élèvent" m'étonne. On dirait plutôt de ces gambettes qu'elles se meuvent en cadence.
v.3 : je ne suis pas sûr d'avoir bien compris le vers : "Une déesse écrit comme un ballet frondeur".
"Frondeur", assurément, mais qui est cette "déesse" qui "écrit" ? S'il s'agit de voir Jane Avril danser effrontément, je trouve alors la métaphore décevante.
v.8 : "sans vergogne ou prudence" : pourquoi pas, la poésie autorise bien des choses, mais il me semble qu'on doit dire : "sans vergogne NI prudence".

Dans un poème court, les répétitions sont souvent préjudiciables, aussi je regrette (mais juste un peu) la répétition "danse" (v.4) / "dansant" (v.13)

De même, une petite redondance : "reluque" (v.6), "regard" (v.7), "L’œil" (v.10), "verrez" (v.13).
On aurait peut-être pu suggérer la "vision" d'une manière détournée ou plus subtile afin d'éviter de solliciter à l'excès le même sens (la vue).

En somme, j'ai bien aimé ce poème, dont je trouve l'écriture très soignée. L'univers "cabaret" est particulièrement bien retranscrit.
L'accent est mis, savamment, sur l'apparence "culottée" (si je puis dire) de ces spectacles, à une époque encore très prude.

Un très beau trimètre qui illustre parfaitement les folies de cette époque et de ces femmes "courageuses" aux surnoms improbables :
"Choquant parfois ; le vrai bonheur est une danse."

Le vrai bonheur, pour moi, c'est aussi d'avoir lu ce poème.

Merci Queribus,

Davide

   leni   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
SALUT QUERIBUS
Voilà ce qu'on n'attend pas c4estjoliment écrit et ça coule

Vous entendrez monter le son du french cancan,
Et vous verrez soudain, dansant sur un volcan,
Deux légendes d’alors, deux célèbres danseuses.

Ces trois vers sont superbes
je n'ai pas les possibilités culturelles pour juger lapoésie SORRY
Merci pour ce bon moment AMITIES LENI

   Zorino   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Queribus,

C'est une bien belle histoire que vous nous contez-là, celle de 2 célèbres danseuses dont j'ignorais l'existence, mais malheureusement je trouve que dans ce sonnet parfaitement conforme à la forme classique (hormis un doublon voulu au dernier vers), il manque l'essentiel : la poésie. Si ce poème avait été écrit en prose, ça aurait été du pareil au même.

Je pense qu'il faudrait retravailler l'ensemble afin de lui donner une tout autre envolée. C'est du moins mon humble avis.
Je salue cependant l'idée de départ et la richesse du vocabulaire adapté au thème.

Merci pour le partage

   Hananke   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

Un sonnet classique de par sa prosodie, oui mais...la prosodie
ne fait pas la poésie et je suis assez partagé avec ce poème.

Deux bons premiers vers puis deux autres vraiment quelconques :
pourquoi le vrai bonheur serait-il une danse ?
J'aime pas trop les formes d'enfer pas plus que la suite du quatrain.

Les deux tercets sont un peu meilleurs même si les chevilles aident les vers à se tenir debout : un peu, tout.

Bof, au final, un texte qui ne me donnera pas l'envie de réécouter
Offenbach.

   Lebarde   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Beau sujet original qui réjouira encore les plus anciens d'entre nous, même si les télés, à l'occasion de leurs programmes de fin d'année ne manquent pas de rappeler aux plus jeunes ce qu'est ou était le French cancan.
Le Moulin Rouge, les Folies Bergères, Montmartre, toute une époque remuante, joyeuse et colorée dont l'atmosphère est bien rendue par le sonnet.
Dommage qu'il n'évoque pas Toulouse Lautrec associé dans les souvenirs à ces deux danseuses , modèles de ses tableaux et affiches devenues célèbres.
Sur cette époque n'oublions pas la face noire (maisons closes, absinthe, maladies sexuelles hors sida il est vrai!)

Joli poème que j'ai bien aimé, même si pour être un peu critique ( un peu seulement) certains vers m'ont paru maladroits dans le choix des mots, affectant leur fluidité et musicalité.
Ceci tempère l'enthousiasme de ma première lecture.

Beau travail néanmoins que j'apprécie.

Merci

Lebarde

   PIZZICATO   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Jane Avril et " La Goulue "; certes bien différentes, mais deux figures incontournables du cancan.
Une bonne idée que de leur dédier ce petit clin d'oeil en un sonnet.

" ses formes d’enfer ". Pas très séduit par l'expression...

Une lecture sympathique.

   Robot   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le sonnet classique convient bien à ce sujet. Une illustration poétique du French Cancan et de deux de ses danseuses parmi les plus admirées et que Toulouse Lautrec a célébré dans des portraits inoubliables.

   sympa   
19/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai bien aimé ce petit sonnet-hommage à deux danseuses du french cancan dont j'avoue ne jamais avoir entendu parler.
Votre poème est agréable, mais ces "formes d'enfer " font un peu "tache" par rapport aux autres très beaux vers.

   Cristale   
19/5/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
L'auteur a stipulé en avant-propos "essai de sonnet classique".
J'aurai donc moins de scrupules, au vu de ma propre rigueur envers mon écriture et le sonnet d'autant plus, pour dire que celui-ci manque de poésie.
La forme ne fait pas tout pour que l'exercice soit réussi.

Quelques jolies images dans les deux tercets rehaussent un peu l'ensemble (sauf "foules noceuses").

Quelques autres un peu "taillées dans le roc" ; "gambettes" (pour moi dévalorisant) "reluque" "ses formes d'enfer" "regard scrutateur".
"Est comme en pâmoison, sans vergogne ou prudence".

En fait je pense que les quatrains sont maladroits, trop de lourdeurs.
La coordination "et" est une facilité redondante, la répétition de ces mots "danse-dansant-danseuses" de même racine aurait pu être évitée.

Un trimètre "Choquant parfois ; le vrai bonheur est une danse."

En résumé, je pense que ce sonnet manque de rythme, de fluidité, de poésie et ça me fend le coeur de faire des critiques négatives, mais sincères, à un auteur reconnu de ballades, sextines, chants royaux, que j'apprécie...(et qui va me détester)

Poétiquement vôtre,
Cristale

   senglar   
19/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Queribus,


Quand j'ai lu le nom de Jane Avril je me suis dit qu'il fallait que je me jette dans la danse de ce sonnet-là. La Goulue bien sûr, et vous nous laissez à la bouche savourer doucement car vous ne la prononcez que tout à la fin comme une friandise que l'on sait promise, fondre sur la langue l'expression "French cancan". C'est cela que l'on appelle la complicité (amusée) entre le poète et son lecteur.

Une explosion de couleurs et s'enfle la musique, la magie d'une fin de siècle alors que la fête somptueuse côtoyait la misère et que les cocottes, toutes culottes fendues, ruinaient les milliardaires.

Très moral en fin de compte.

M'en vais reluquer mes reproductions de Toulouse et de Degas moi :)))


Senglar

   Miguel   
29/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La forme plutôt aristocratique du sonnet, mêlée à la tonalité "populo" du texte et du thème, donne un mélange qui n'est pas sans charme. Quand je vais à Paris je me pose à Montmartre, et mes déambulations sont souvent pleines de ce genre de rêverie. Le Moulin Rouge, le Lapin agile et le Chat noir, ou ce qu'il en reste, sont toujours pour moi des stations obligées. C'est pourquoi j'aime ce poème, qui fait revivre avec douceur cette bohème chantée par Aznavour et qui fut celle de tant d'artiste dans ces lieux.

   poldutor   
31/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Queribus
Quelle bonne idée que ce thème du French Cancan et de ses danseuses
demi mondaines mais aussi artistes et beaucoup plus pour la Goulue. La fin de ton poème a quelque chose de nostalgique qui me touche, c'était la Belle Époque ; époque depuis longtemps révolue et qui hélas ne reviendra plus.
Un petit bémol néanmoins pour : "reluque" que je ne trouve pas très adéquat dans une poésie
Beau travail cependant.
Cordialement.


Oniris Copyright © 2007-2019