Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Queribus : Les œufs en couille d'âne [Sélection GL]
 Publié le 03/09/17  -  10 commentaires  -  741 caractères  -  193 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit, sous forme d'un sonnet classique, d'un petit hommage à une (succulente) spécialité culinaire berrichonne que beaucoup doivent connaître.


Les œufs en couille d'âne [Sélection GL]



Voyez les œufs rieurs, pochés dedans le vin,
Chantant avec le plat ; on perçoit l’échalote
Et le jambon fumé, des bonheurs que dorlote
L’artiste berrichon au tour de main divin.

Un saumur, un reuilly, sans être très chauvin,
Rajoutent du plaisir ; sans bruit et sans parlotte,
Avec ces compagnons, la cuisine pilote
Ce savoir bien français qu’on n’attend pas en vain.

Alors, demain, qui sait, si vous poussez la porte
Ici, soyez certains que la chance vous porte
Et vous dit de venir vite chez ces gourmets.

Si vous avez le spleen ou tout le corps qui flâne,
Réveillez-vous de suite et chantez à jamais
Cet hymne du cuistot : les œufs en couille d’âne.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
18/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
classique
Je ne suis pas cuisinier pour un sous, et cette recette n'est jamais parvenue jusqu'à mes oreilles . On voit que l'auteur aime ce mets et de plus, en est très fier, sans doute un habitant du cru ?
On voit bien le cheminement des ingrédients et la table se dresser, parée de fameux vins à boire modérément !
NB c'est vrai que ce menu semble réalisable, même par moi, et selon l'auteur serait un anti-dépresseur ; alors tous à table !
Des alexandrins classiques autour du fourneau, en voilà une honneur fait au cuistot !
j'ai seulement un doute sur les rimes " gourmets/jamais "
papipoète

   Donaldo75   
20/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

Le thème n'est pas ma tasse de thé (je suis toujours étonné de lire de la poésie classique sur un plat culinaire) mais je dois avouer que la forme annoncée est entièrement respectée, avec une métrique propre, du rythme, un ton et un champ lexical (le contraire m'aurait étonné) conforme aux attentes d'un lecteur branché cuisine. C'est sympathique.

   Beaufond   
21/8/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Certes, la versification est travaillée et maîtrisée, mais le propos du poème, à part une remontée acide jusqu'à la gorge, n'a rien de très vivant.
Les œufs rieurs, non, chantant avec le plat, non — le jambon fumé, des bonheurs pour qui ?
Le temps est court, et tant de choses sont à écrire, pourquoi écrire pareille chose ? Bientôt la tartine du matin, la farine sur le pain, la tarte au citron ? Ces objets pourraient servir à propulser un propos, comme détail ou en tant qu'appui ; il n'en est rien ici, puisque ces ovaires « en couille d'âne » forment le cœur du poème.

Des vers qui ne sont qu'un ennui parmi d'autres.

   leni   
3/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
je pense qu'on peut dire aussi les oeuls en meurette? ortho?
C'est fort joliment écrit et je ne me ferais pas prier pour me mettre à table

Et ces quatre vers meritent le détours

Un saumur, un reuilly, sans être très chauvin,
Rajoutent du plaisir ; sans bruit et sans parlotte,
Avec ces compagnons, la cuisine pilote
Ce savoir bien français qu’on n’attend pas en vain

A Bruxelles on peut déguster de choesels au Madere Ce sont les ornements du taureau Consistance ris de veau C'est une fois très
bon suske Non peut-être
J'ai beaucoup aimé votre clin d'oeil à la vie Merci
Mon salut cordial LENI

   Robot   
3/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est la journée bouffe de la poésie onirienne aujourd'hui. J'avoue que la cusine classique de ce texte me convient. J'ai apprécié l'humour de cette recette rimée en sonnet.

"Si vous avez le spleen ou tout le corps qui flâne," j'aime.

J'apprécie que la poésie ne se limite pas à l'esprit chagrin et explore tous les domaines. L'humour et la cuisine voilà de beaux sujets à explorer.

D'ailleurs ce n'est pas une première depuis Curnonski.

   Alexandre   
3/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Queribus.... Pas vraiment fan du sujet traité ni de la cuisine en général, je dois admettre que la forme classique est quasi parfaite quand bien même le "dedans le vin" du premier vers n'est pas vraiment à mon goût tout comme le corps qui "flâne" arrivé là pour la rime ; J'aurais mieux vu un corps qui "plane" mais hélas nous passions alors en néo-classique.

Bien qu'ayant vécu quatre ans en Berry, je ne connaissais pas cette préparation culinaire... C'est toujours ça de pris !

Bonne continuation et surtout bon appétit !

   TheDreamer   
3/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'apprécie le choix d'un thème culinaire en poésie, d'autant plus aisément lorsqu'il me permet de découvrir un plat régional. Le thème culinaire en poésie n'est pas franchement évident à maîtriser contrairement à ce que l'on pourrait penser.

Cela me fait souvenir des fameuses tartelettes amandines de Ragueneau, ce pâtissier des poètes qu'évoquait Edmond Rostand dans "Cyrano de Bergerac".

Pour ce qui est de la recette, j'avoue bien volontiers que des œufs baignant dans du vin, je ne suis pas franchement client, même si j'apprécie certaines recettes à base de vin.

Mise à part cet aparté, je trouve le sonnet Peletier assez réussi. Au vers 7 "... la cuisine pilote", j'aurai bien plutôt vu : "le cuisinier pilote". Non ?

   PIZZICATO   
3/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Végétarien et ne consommant pas de vin, je n'aurai jamais le loisir de goûter cette spécialité au nom très...prosaïque.

Je retiendrai l'idée de cette presque-recette en un sonnet de bonne facture.

   FABIO   
4/9/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

le thème ne me parle guère, même si il ya là de la poésie et une manière astucieuse pour la rime ; je n'accroche pas.
Un mélange de classique et moderne me déstabilise.

Cordialement.

   Darques   
22/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli.
Respect des règles, style plaisant : du grand Art !

Reconnaissons quand même que le sujet tient plus d'un livre de recettes que d'un recueil de Poésie.


Oniris Copyright © 2007-2017