Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Raoul : Interrogratoire
 Publié le 19/12/14  -  8 commentaires  -  860 caractères  -  213 lectures    Autres textes du même auteur

"As-tu cueilli la fleur de barbe ?"
J. Dubuffet


Interrogratoire



As-tu cueilli la fleur de barbe
de barbe drue, de rude barbe et de rhubarbe…

As-tu cueilli la fleur de barbe et le benjoin
dont vos vies s’entrelardent avec courgettes et « À demain » ?

As-tu glané tous les en-cours d’ardoise
de la femme à barbe à l’artiche et à l’infusion d’armoise ?

As-tu pris le temps de répondre à ta carpe prostate mon lapin ?

As-tu compté les fleurettes au tapis
pendant ta recherche éperdue de souris ?

As-tu poussé la chansonnette dans les escaliers
quand le compteur du taxi tournait
à gauche en prenant le quai des ornières
puis par le pont des ritournelles ?

As-tu perdu le corps
au pied du mur d’enceinte
de tes derniers six mois
Ferme-la !

Où étais-tu dans la nuit du quatre au vingt-deux ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Raoul,

Le tableau cité est drôle, c'est trois barbus en fait, et des barbus sans moustache... Le poème lui-même a une super fin, que j'imagine à moustache justement, genre "brigade du tigre". C'est plein de fantaisie, des jeux de son et de sens pour une langue vivante, animée. C'est un peu sombre en filigrane, avec cette histoire de prostate par exemple (ou bien c'était une carte postale) la tentative de meurtre de la chansonnette et le quai des ornières. Le poème me fait penser à la poésie de Prévert, mais je ne me souviens plus bien s'il faisait aussi dans les légumes poétiques.

   Pimpette   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore!
ce filon poétique est rare sur Oniris...je ne veux pas le louper!
Queneau n'est pas passé loin?

"As-tu pris le temps de répondre à ta carpe prostate mon lapin ?"
les trouvailles de vocabulaires sont réussies...On a du plaisir à la lecture! Et la poésie se glisse partout avec un sourire.

je ne te dirai pas:_"Où étais-tu dans la nuit du quatre au vingt-deux ?
Mais c'était entre Oslo et Romorantin...à peu près!

   papipoete   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour Raoul; chaque poème qu'Oniris publie dans ses colonnes, a forcément séduit une majorité des membres du comité de lecture à l'aveugle, et c'est la première récompense pour l'auteur.
Pour les visiteurs assidus, ou occasionnels du site, ces textes n'emportent pas forcément l'enthousiasme, ce qui est hélas mon cas pour "interrogatoire"!
J'ai du mal à saisir la subtilité de vos vers, et le sens du texte ne me saute pas aux yeux! (je ne doute pas que vous ayez mis toute votre ardeur)

   Agueev   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une folie totale, bien écrite, surréaliste et absurde. Cela change des trop nombreuses rengaines convenues.

   myndie   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quelle jolie poésie, inventive et légère, dont les traits stylistiques
rappellent la fantaisie de Prévert ou de Boris Vian !
Il y a de l'allégresse, de l'enjouement dans ce courant de paroles
rapide et exubérant ; tout y concourt : le rapprochement inattendu des
mots et des sons ( fleur de barbe, barbe drue, rhubarbe...), l'humour et
le saugrenu des images (vos vies s'entrelardent avec « Courgettes et à
demain »...) et le rythme vif qui donne à l'expression poétique la
vitalité du langage familier.
Pas de calcul pas de construction formelle qui étoufferait
l'émotion présente mais au contraire un jeu verbal foisonnant qui fait
de ce poème un enchantement.
Jamais interrogatoire ne m'avait semblé aussi réjouissant !

   Pussicat   
26/12/2014
Bonsoir Raoul,
ah quelle jolie fête !
entre Prévert et l'écriture surréaliste à la Breton, Eluard et Char...
j'adore ! et puis quelle fin !
On en mange sans faim !
A bientôt de vous lire,

   Robot   
30/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Incongrue mais plaisante cette suite de questionnements. En tout cas on ne peut pas dire que le texte un peu loufoque manque d'originalité. Oui Pourquoi pas. Le poème s'arrête avant que cela ne lasse.

   Anonyme   
14/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sacré interrogatoire tout de même !

Etant adepte des jeux de mots j'ai fortement apprécié la 1ère strophe. Je l'écris ici parce que j'en ressens encore le besoin, par pur plaisir : "As-tu cueilli la fleur de barbe
de barbe drue, de rude barbe et de rhubarbe..."

Cependant pourquoi n'y a-t-il pas de point d'interrogation à la fin de la question, alors que les autres strophes en ont ? Peut-être parce qu'il n'y en a pas non plus à l'avant-dernière ?

Le dernier vers est sublime : "... dans la nuit du quatre au vingt-deux..." Une bien longue nuit, ai-je pensé ; une nuit sans fin, ou presque.

Comme quoi l'absurde ne tue pas...


Oniris Copyright © 2007-2019