Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Reggio : Sacha
 Publié le 22/10/10  -  7 commentaires  -  1416 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur

S'ils sont damnés tous ceux qui font l'amour et boivent du vin, ah, qui voudrait voir le paradis, qui ?
O. Khayyam


Sacha



Parce qu'aucun ne sécha ses larmes
Tous furent noyés.

Sacha a pris ce soir bien trop de vin
Et ses frères et ses sœurs ont eu un peu peur.

L'ordre et le droit des innombrables charmes
Que revêtent les fêtes de la nuit
Ont eu raison de lui. Oh, dévoyé,
Triste sort que le tien, Sacha divin.
Grand et fort Sacha, d'autres plus que toi
Auront goûté à ces sels insipides
Dans un instant simple et pourtant rapide.
Toi Sacha, ce soir, tu bois.

Et les sols solides dansent sous tes pas,
Échappent à ta semelle autant que se peut.
Grand et fort Sacha, tomber serait mieux
Que glisser seul dehors et dans le froid.
Peu savent combien les pavés sont traîtres,
Mais nombreux sont ceux qui sans le paraître
Dominent et surpassent l'éphémère du temps
Quand saouls, Sacha, savent qu'on les attend.

Étendu sur le sol comme les ivrognes,
Sacha, grand et fort ronfle quand il dort
Au beau milieu des flaques du ciel,
De la terre, et des hommes satisfaits.
Dans son sommeil soudain Sacha grogne
Sacha jeune et beau, Sacha grand et fort.
Il cherche dans les ombres où il excelle
Un bref repos qui sera sans effet.

Sacha dormira ce soir avec nous
Et dans ses larmes qu'aucun n'aura séchées
Nageront des poissons.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
10/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte à atmosphère...
J'aime bien la musicalité générale slave, la répétition alcoolique du prénom, les images (bien qu'un peu trop convenues) du dehors et de l'espace qui se désarticule aux degrés avec cette sorte de simplicité inventive*.
Dans l'ensemble je trouve le poème trop long cependant.
Je pense qu'il aurait gagné en d'avantage de concision, évitant quelques redites, quelques faiblesses et obligeant à faire des choix plus radicaux.
Les trois derniers vers sont superbes, au dessus des autres, ils sont fulgurants, les autres un peu plus laborieux de construction. Dommage.

Edit : *ça me fait un peu penser aux toiles de Marc Chagall...
fraicheur et folklore.

   Lunastrelle   
15/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est assez particulier comme texte, et tout de suite il m'a intriguée... Dans le bon sens au final.
J'ai eu peur d'être confrontée à du convenu banal, ce n'est pas le cas bien que les images ne soient pas originales à la base... Mais elles ont été poétisées sous un autre angle...
J'apprécie particulièrement ce passage là:

"Sacha, grand et fort ronfle quand il dort
Au beau milieu des flaques du ciel,
De la terre, et des hommes satisfaits"

La répétition du prénom ne me gêne pas, mais il y a certains vers que je trouve inutiles, ils alourdissent le poème. Par exemple:

"Dans un instant simple et pourtant rapide."

"Sacha jeune et beau, Sacha grand et fort."

"Un bref repos qui sera sans effet."

   framato   
17/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime beaucoup le rythme lancinant de cette poésie quasi épique. La chute est belle et surprenante.
J'ai été gêné dans ma lecture par l'ellipse du ils dans ce vers "Quand saouls, Sacha, savent qu'on les attend." qui oblige le lecteur à un bref retour en arrière. Ce défaut devrait être corrigé pour la fluidité de la lecture.
Dans l'avant dernière strophe, il me semble qu'il manque un point après satisfaits. Cela a aussi gêné ma lecture, mais je suppose que ce sera corrigé si le texte est accepté. Par ailleurs, plus globalement, la ponctuation est parfois un peu hésitante. Par exemple, il manque des virgules d'incises autour de "sans le paraître", ce qui impose encore une double lecture du vers pour en trouver le bon rythme.
Au final, je ne me suis pas ennuyé, j'ai aimé le rythme et le fond, avec un grand plus pour ces poissons nageurs de larmes... et un moins pour l'ellipse assez lourde et l'imprécision de la ponctuation.

   Anonyme   
22/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Déjà, je trouve l'incipit un peu prophétique (ça me rappelle quelque chose lu dans la bible) et emphatique. Pourtant, quoi de plus banal qu'une cuite slave. Mais l'énoncé éveille le soupçon. Il n'est pas futile (référence à un texte "sacré") et donc, il convient d'y prêter attention. C'est cette attention qui m'a fait lire et interpréter ce "poème contemporain" (je ne saurai définir ce qu'est la poésie contemporaine, mais bon, c'est classé comme tel dans le petit tiroir) différemment de ce que j'aurai voulu ou fait pour un autre "genre"... J'ai donc décidé, d'un commun accord avec moi-même, de ne pas tenir compte de la "poétique" revendiquée.

Et je dois dire que cette cuite a fait vaciller (facile hein !) mon système de représentation. Alors j'ai cherché Sacha (j'ai trouvé dans un magasine féminin en ligne... oups ! truisme) : du grec alexein, "repousser" et andros, "l'homme, le guerrier, viril". Celui qui protège les hommes et repousse l'ennemi. Maintenant je sais pourquoi Sacha est grand et fort. J'ai cru aussi comprendre qu'il était maître Pokémon (y a des poissons à la fin et des ondines, les soeurs ; et un badge Pavé). Mais à l'instar des poissons, pour le reste je nage.

À vouloir faire vaciller les systèmes de représentation et leurs rapports au réel, j'en ai perdu l'équilibre. C'est pourquoi je souhaite que l'auteur m'explique parce que les élucubrations de Fondulou, hein !

   Anonyme   
22/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Il est réellement dommage que l'écriture soit inconstante.
Parfois certainement l'induction par la rime ou l'écho.
Mais, il y a de très belles chose dans ce poème.
Le ton déjà, un peu comme un conteur-prophète, qui fait perdre le fil parfois et s'interroger sur les choix (lexicaux, grammaticaux, picturaux).
Le genre ensuite.
Oscillant entre le classique et le libre, ça me fait penser, mais dans une moindre mesure, aux poèmes que j'ai entendu ponctuer mes études. On pourrait presque poser une scène devant et le jouer. Monologue théâtral dans son effet sur moi.

La forme aurait peut-être pu gagner par un découpage différent.

Une mention spéciale pour ces trois passages :

Et les sols solides dansent sous tes pas,

Il cherche dans les ombres où il excelle
Un bref repos qui sera sans effet.

Et dans ses larmes qu'aucun n'aura séchées
Nageront des poissons.


qui dans l'inconstance de la poétique m'ont touché.

   David   
23/10/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Reggio,

Sacha qui boit et qui pleure, Sacha-Robinson, Sacha-Noé, c'est un drôle de personnage en tout cas, un qui se ferait suivre dans son péril comme un joueur de flûte de cette ville allemande difficile à orthographier, par des enfants.

Alors ce passage :

"Peu savent combien les pavés sont traîtres,
Mais nombreux sont ceux qui sans le paraître
Dominent et surpassent l'éphémère du temps
Quand saouls, Sacha, savent qu'on les attend."

Il m'a bien plus, c'est un peu difficile à comprendre, mais je crois que "nombreux savent" pendant que "Sacha se saoulent", en tout cas c'est une jolie musique. Elle est très présente, incantatoire parfois, menant à bout de souffle à d'autres.

   thea   
26/10/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
ma lecture est plaisir

plaisir de lire un texte poétique où l'émotion est présente
un texte simple sans recherche scabreuse où la poésie est présente dans le regard du lecteur étonné.

on aurait pu être "voyeur" mais on est partie prenante et puis cette dernière image douce amère qui fait dormir Sacha au pays des rêves où les larmes ne sont pas stériles..

simple mais vrai et beau.


Oniris Copyright © 2007-2020