Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
ristretto : Interlude
 Publié le 03/07/08  -  9 commentaires  -  1001 caractères  -  34 lectures    Autres textes du même auteur

Juste pour vous détendre.


Interlude



Et comme à l’ordinaire
la journée se déroule.
Les minutes s’écoulent
mais vous n’y pensez guère.

Le système est rodé,
le geste machinal.
Tout cela est banal
vous êtes habitués.

Profitant de l’aubaine,
de votre inattention,
sans votre permission
vos pensées se promènent.

Et vous voilà très loin
sous le soleil des îles
une plage du Brésil
cocotiers, tout l’tintouin.

Ou alors téméraire
sur un ancien gréement
les cheveux dans le vent
vous devenez corsaire.

Ou bien préférez-vous
une sieste amoureuse
au fin fond de la Creuse
dans un petit nid doux

t’es pas dans ton assiette ?
Là vous n’osez pas dire,
vous taisez vos délires,
au pote qui s’inquiète.

Vous reprenez le cours
de votre quotidien
y mettez plus d’entrain
car il se peut qu’un jour…





Janvier 2008


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
3/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Autant le fond m'a plu (les délires que tout le monde s'est fait un jour sur le bonheur parfait sur la plage) auutant la forme m'a moins emballée.
Je vais relire à haute voix pour voir. Si, en fait, après ma lecture à haute voix je trouve assez rythmé, assez musical.
Bravo donc ristretto, après "Magie du café" je profite d'un autre de tes très bons textes…

   Fattorius   
3/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Un côté musical, cela ne fait aucun doute. A mettre en musique? Et un joli point de vue; merci!

   Absolue   
3/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé dans l'ensemble même si j'aurais aimé encore plus d'évasion... Certains termes me semblent peu poétiques (tintouin, pote, assiette)mais je suppose que c'est fait exprès pour rester un pied dans le réel...

   Melenea   
4/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Vers courts, et joli musicalité... la rêverie me prend, ainsi qu'un fredonnement... J'aurai aimé des images plus fortes dans l'évasion, un peu moins de retenue... J'apprécie aussi la chute dans l'ouverture qu'elle laisse.. en imagination

Mél

   mimich   
4/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Sur la forme, y-a-t-il une raison pour que l'avant dernère strophe ne suive plus le rythme des autres? cette strophe me gêne un peu dans l'harmonie
Certains mots sont réputés "trop familiers" ,on change de registre,pourquoi?
Sur le fond cet "interlude" ma plaît, on s'évade et on divague dans le flou artistique de la carte postale,la plupart des gens en sont là, ils croient que le bonheur est ailleurs.
Je mettrai une appréciation puisque, ce n'est pas fréquent sur ce site, j'ai compris le sens du texte.

   David   
5/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ristretto,

C'est agréable à lire, sauf que j'me dis que pour amener des réactions comme "t'es pas dans ton assiette ?" il faut plutôt être dans la mélancolie que dans les rêves comme tu les présentes.

   Olalla   
13/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le fond et la forme : tout m'a plu, dans ce poème léger, enlevé, gai !
Un dialogue symplathique avec soi même, une escapade virtuelle qui réamorce un quotidien terne, le mélange de mots choisis et familiers est très convaincant.
J'ai aimé.

   Alikezo   
17/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Car il se peut qu'un jour,
le système soit encore plus rôdé,
le geste plus machinal,
que ça n'en sera plus banal,
et que l'on ne s'en habituera plus...

Alors le temps pour rêver!....
C'est bien mené, mais il peut être maladroit de trop préciser ou guider le rêve, à nous les "poètes" (en toute modestie) que nous sommes...
Ainsi s'il me plait d'être Corsaire pour une sieste amoureuse sur une plage du Brésil dans le creux d'une assiette...
Mais je n'oublie pas non plus le titre et je reçois bien cet écrit juste comme un interlude...Pouce, j'ai pouce! disait-on enfant...

   nico84   
6/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La routine, cette plaie du temps, peu décelable et difficile à éradiquer. Le temps, parfois précieux, parfois inutile, faisons de notre vie, ce que nous voulons bien en faire. Le temps est notre alliée et le bonheur avec.


Oniris Copyright © 2007-2019