Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Robot : Angoisse amnésique
 Publié le 14/10/15  -  14 commentaires  -  838 caractères  -  248 lectures    Autres textes du même auteur

L'ictus amnésique est une expérience déroutante.


Angoisse amnésique



Vous êtes-vous jamais perdu dans une glace ?
Avec cette douleur d'un malaise montant
Qui vous fait tressaillir au cours d'un bref instant
Et vous interroger "mais qui donc est en face ?"

Vous avez le reflet d'un autre, l'un ou l'une,
Qui vient vous réveiller au milieu d'une nuit.
Une ombre de vous-même, un esprit qui poursuit
Parfois hors du sommeil sa course inopportune.

Pour un moment absent vous devenez l'image,
Votre intime reflet noyé dans le miroir.
Votre cerveau défait recherche le tiroir
Qui pourra vous soustraire à l'obsédant mirage.

Vous sentez s'échapper la raison qui vacille.
Vous refermez les yeux, rappelez le présent
Qui ramène vos sens égarés... lentement,
En venant vous piquer du bout de son aiguille.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
20/9/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Ah, le thème du miroir, du reflet, de l'autre monde, du double... C'est en soit poétique, mais l'écriture reste d'une grande maladresse, l'expression approximative, les procédés stylistiques absents ou peu porteurs de poésie. Ce texte devrait être repris de fond en comble.

   Anonyme   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir !
c'est vrai qu'il m'arrive parfois l'angoisse de ne pas trouver un mot , un nom, au moment précis où je le désire .....mais je n'en suis pas encore à me demander qu'elle est cette femme qui me regarde dans la glace ! :)
Votre texte me fait penser à une personne qui tomberait petit à petit dans la maladie d'Alzheimer

Il est angoissant votre poème ....car " sentir sa raison qui vacille " n'a rien de bien réjouissant!

C'est bien écrit et j'ai aimé l' interrogation directe avec le lecteur
merci

   Vincendix   
30/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un thème original que j'aurais aimé plus développé, avec un peu plus de mystère, d'interrogations, de suspens.
Se redécouvrir dans son reflet c'est prendre des risques de ne pas se reconnaitre dans certains miroirs.
Autrement, je trouve ce texte bien construit, les vers se lisent facilement, sauf "à l'obsédant mirage" .

   LeopoldPartisan   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
mots simples sans verbillage ni habillage pour faire bien et poétique. Voilà qui au moins a le mérite de vouloir aller au coeur du problème sans faux semblant ni détour par des circonvolutions stylistiques qui dévoieraient le propos à savoir l'angoisse de l'amnésie. Il y a là une justesse de ton que j'aime chez les anglo-saxons comme Cohen et Dylan. Ce texte m'a lui fait pensé dans son traitement "si peu poétique !!" mais nettement plus fort que certaines arabesques dont certains nous abreuve, à du Gérard Manset.
"Hier, en traversant la rue,
Je me suis reconnu
Tête nue,
Méconnu.
J'ai changé de trottoir avec dix ans de plus.

Je me suis rattrapé
Quelques instants plus tard.
C'est bizarre.
Je suis passé devant moi sans me voir."

Reliser aussi par exemple "légo" vous comprendrez mieux mon propos.

Bravo donc

   ameliamo   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Apres mon avis, c’est un poème qui aborde un thème philosophique. Ils se rencontrent par l’intermède d’un miroir, l’homme intérieur, celui-ci qui nous sommes vraiment, et notre aspect physique qui se change avec le passage du temps, en devenant jusqu’à fin, difficile d’être reconnu. C’est douloureux quand ces deux faces de nous même sont l’une contre l’autre séparées par une glace.

   wancyrs   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui nous avons tous eu un moment pareil dans notre existence ; en fait, c'est indispensable pour l'homme afin qu'il définisse qui il est, quel direction donner à son existence...
J'aime la structure des vers ici ; je trouve que les rimes embrassées collent bien au propos. Elles nous rappellent qu'en ces moment d'intense fébrilité il faut se prendre dans ses bras et se rassurer.

Merci Robot !

Wan

   Anonyme   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Alors j'ai appris ce que c'est qu'un ictus amnésique, et non cela ne m'est jamais arrivé pour l'instant.
D'après les descriptions c'est une expérience qui doit en effet être troublante et angoissante, mais il semblerait que c'est très ponctuel.

Sur la forme du texte il y a une simplicité qui a son charme mais pour ma part je crois que ce texte s'adresse à ceux qui ont pu connaître ce genre d’expérience. Pour les autres je ne sais pas…

Au final je dois passer un peu à côté, je n'arrive pas à 'adhérer'. Peut-être est-ce trop 'serein' comme un peu à distance du sentiment de la personne concernée. Ou bien est-ce ma propre capacité d'empathie qui est trop limitée. Possible.
Si suivant le commentaire d'Ameliano vous parlez de l'homme intérieur face à l'homme extérieur (ce que je crois pas), il me semble que là aussi la distanciation serait grande, mais j'aurais mieux apprécié 'le sujet', car cela m'arrive souvent d'être surpris par mon image un peu vieillie au détour d'une glace, d'une vitrine de magasin ou d'une vitre de voiture, surtout dans les moments où intérieurement je me sens la vingtaine à peine passée, ça fait un petit choc.
Ce dont vous parlez doit-être pire à vivre, j’imagine, mais moins fréquent aussi.

Enfin, je serais à contre-courant de LeopoldPartisan qui apprécie : "mots simples sans verbillage ni habillage pour faire bien et poétique."...je me dis que quand on écrit un poème on veut forcément faire poétique, sinon pourquoi écrire un poème, alors que des mots simples agencés fassent un bon poème, oui ça arrive, mais souvent ci ajoute un autre ingrédient : la malice, la folie, l'humour, le désespoir, le décalage, etc.

En résumé, je trouve votre texte bien écrit mais améliorable, peut-être simplement en y mettant un peu plus d'ardeur, même désespérée, car quand on parle de 'maladie' ou de ratage c'est cela qui importe : le désespoir ou la guérison ou l'apaisement, pas tant que la pure description et il me semble que vous restez trop dans le descriptif.

À vous relire.

   papipoete   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Robot; ictus amnésique est un ami qui ne vous veut pas du bien, et j'ai cet été fait sa connaissance dans l'eau profonde d'une piscine.
Je n'étais pas perdu dans une glace, à me demander << qui c'est celui-là >>? et j'avais beau " rappeler le présent qui ramènerait mes sens égarés ", je dus malgré " la piqure d'une aiguille " rayer de ma vie ce jour qui dans un tiroir secret disparut.
La lecture de ce texte " m'a fait tressaillir un instant " me remémorant cette " angoisse amnésique "...

   Francis   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'abord, je suis sensible au sujet abordé car j'ai vécu cette expérience !
J'ai chuté lourdement sur la tête en jouant au foot avec les jeunes du HLM. J'ai gravi les escaliers à "quatre pattes". En rentrant dans l'appartement, je suis allé dans la salle de bain et là, figé devant le miroir, j'étais incapable de m'identifier. "Mais qui est donc en face ?" Quand j'ai demandé où j'étais, qui j'étais, mon épouse me conduisit à l'hôpital. J'y suis resté cinq jours pour un gros traumatisme crânien.
Ensuite, je trouve ce poème bien construit et j'en apprécie le vocabulaire qui évite les artifices.

   Anonyme   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Robot,

Le terme "ictus" placé en exergue - que je ne connaissais pas - ne m'a pas dérangé. Il m'a même plu au-delà de tout, tant il sonne bien. Du reste, cela m'a permis d'apprendre un nouveau mot, ce qui n'est pas pour me déplaire...

Mais, Robot, ne disiez-vous pas un jour, sur un petit topic, que vous ne lisiez jamais les incipits en espace Lecture ? Pourquoi, dès lors, en mettez-vous un ?!? Je dis ça en souriant ; je vous taquine un peu... De plus, ce n'est pas parce que vous ne les lisez pas que vous ne pouvez pas en mettre un de temps en temps. Bref...

Votre poème m'a plu pour deux raisons. La première est que je n'ai jamais vécu cette expérience. Je ne sais pas vraiment ce qu'implique le fait de ne pas se rappeler de quelque chose, même si je comprends évidemment le concept.

La deuxième raison est que votre poème est fabuleusement bien écrit et qu'il me plait, indéniablement.

Alors bravo !

Bien à vous,

Wall-E

   Anonyme   
14/10/2015
Salut Robot... N'ayant pas, pour l'instant, été frappé de cet ictus je te remercie de me prévenir... J'aurais l'air moins c.. quand ça m'arrivera !
Pour le reste, la forme, quatre quatrains de bonne facture avec une préférence pour le premier...

C'est quand même un peu craignos ce phénomène...

Je m'abstiens de toute appréciation qui serait faussée par mon angoisse naissante et je sais que tu comprendras !
En tout cas, merci pour l'info...

   Anonyme   
15/10/2015
Bonjour Robot
Ces quatrains témoignent d'une belle maîtrise de l'alexandrin.
Le propos coule de source.
Comme le sujet est intrigant, on en oublie qu'on est en train de lire une poésie.
Quand on a fini, on s'en rend compte et on ne peut dire que "bravo l'artiste".
Merci Robot

   lala   
15/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Robot,

J'ai lu vos vers comme un témoignage et j'y ai trouvé une sincérité, une authenticité qui ne m'ont pas lâchée. C'est d'une grande fluidité sur la forme et captivant sur le fond. Je ne saurais choisir le vers qui me plaît le plus... Tout est bien construit et les images sont justes.
J'ai vécu un épisode que j'ai appelé "amnésie passagère", me découvrant dans mon bureau à bredouiller au téléphone, perplexe devant l'heure ... Fort probablement un ictus, qui m'a volé deux heures et apporté une grande frayeur !

   MissNeko   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Je ne savais pas ce qu était un ictus amnésique.
Me voilà moins bête ce soir.
Malgré sa simplicité, je trouve votre poème efficace
Le thème est original.


Oniris Copyright © 2007-2018