Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Robot : Crânes
 Publié le 25/06/17  -  11 commentaires  -  493 caractères  -  220 lectures    Autres textes du même auteur

Les Indiens d’Amérique n’acceptent pas que les vestiges humains et pré-humains retrouvés sur leurs terres sacrées soient déplacés et exposés estimant que cet acte est une violation de sépulture. Ils ont obtenu la restitution d’ossements qu’ils considèrent comme appartenant à leurs ancêtres.
C’est l’origine de l’inspiration pour ce texte.


Crânes



Mémoires

offertes à l’indécence
des regards indiscrets.
Sorties du fond des âges,
de leur gangue de terre,
de sépultures violées.


Mémoires

cabossées,
orbites vides,
pas de nez ! pas d’ouïes !
Exposées,
dépoussiérées !


Mémoires

des hommes du passé.
Primates évolués,
lointains ancêtres,
tellement pareils
sur l’étagère du musée…

… Témoins de notre parenté.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
12/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup le thème du poème ! Le traitement en revanche me semble un peu… court.
La fracture, le glissement qui existe entre le "sujet" à qui l'on rend hommage par un culte et le même "sujet" objectivé en esthétique ou de curiosité est bien rendu par la juxtaposition, mais ensuite (Leiris par exemple)…
Arguties : les nombreux [é] m'ont un peu gênés à la lecture.
Pour moi, le texte est trop sec, il n'est pas candide, il lui manque un lyrisme de révolte plus "tripal".
Mais merci pour cette lecture, car le thème est rare, intéressant, puissant, beau.

   Marite   
16/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Profanations de sépultures ... banalisées quand nous les pratiquons à des milliers de kilomètres de chez nous, c'est pour "la Science ... la Culture ... l'Histoire ... etc".
Quelles seraient nos réactions, nos ressentis si demain, des Etres, supérieurs en "force armée", venaient ainsi profaner nos cimetières pour des raisons identiques aux nôtres ?
La forme donnée à cet écrit m'apparaît volontairement sobre mais les mots sont percutants ... ils interpellent !

   PIZZICATO   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
" offertes à l’indécence
des regards indiscrets. "

Il est vrai que certaines fois (comme cité dans l'exergue) l'anthropologie peut générer des problèmes d'éthique.
Mais, la science << a ses raisons >>...

   Anonyme   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Votre incipit aurait mérité d'être excipit. D'expliquer, après !
En tant qu'incipit il en dit trop long, à mon sens. Je peux me tromper.

Car le poème nous met l'eau à la bouche et nous donne envie de tourner chaque vers sous la lampe pour en extraire toute sa lumière.

Seulement voilà, la lumière est troublée par tout ce que vous avez décortiqué avant, alors l'émotion n'est plus à son comble.

Le thème est original. Je ne suis pas étonnée par ce qu'il dénonce.
Les strophes concises vont bien aux mémoires d'indiens "Témoins de notre parenté".

   Cristale   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Voici un sujet très intéressant et peu souvent traité.
Mais ici, c'est le manque de poésie qui me chagrine.
L'écriture est "sèche", je comprends bien que le narrateur
expose ce dont il s'insurge, comme sont exposés dans les musées
ces pauvres crânes de nos ancêtres, mais il me manque le regard mouillé de l'émotion qu'il ressent, et nous cache derrière ses mots.
Si je peux dire cela avec ma propre sensibilité, merci de l'entendre.

   papipoete   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonsoir Robot,
Crânes profanés, crânes exposés, vitrines de musée sous la lumière violente d'un spot halogène !
NB tels tessons de poteries, ces restes sacrés voient le jour cru, alors que l'ombre de leur sépulture n'est plus !
Derrière la bonne conscience de l'archéologie, on exhume, et on regarde sans baisser le regard ces " témoins de notre parenté " .

   Sebrutus   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
L'écriture lapidaire me plait bien d'habitude mais ici elle est troublée par l'intention de l'auteur. J'ai l'impression que le message s'impose au style et qu'il manque une symbiose entre la forme et le fond.

Quant à ce dernier vers, "témoins de notre parenté". J'invite les curieux à lire des articles sur l'Eve mithochondriale qui serait, hypothétiquement, un parent féminin que chaque homme aurait en commun aujourd'hui sur terre. C'est assez fou même si ce n'est qu'hypothèse scientifique.

   Pouet   
26/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Concernant la forme, ce qui me saute aux yeux est que ce texte n'aurait pas pu être un passage de "La disparition" de Perec tant les "e" et "é" sont nombreux. Du coup ça laisse une drôle d'impression et je me demande si c'est volontaire ou pas.

Les premiers vers demeurent mes préférés, vraiment bien aimé jusqu'à "sépultures violées". Après je lâche un peu.

Et je reprends bien le fil à la toute la fin avec

"sur l’étagère du musée…

… Témoins de notre parenté."

Très fort ça.

Dans l'ensemble un poème que j'ai au final apprécié notamment pour son thème et sa sobriété.

Cordialement.

   Anonyme   
27/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Peut-être le dernier vers est-il superflu ; il a à mes yeux le tort de vouloir expliciter ce que le lecteur sent bien (tout seul) dans la strophe qui précède.

Cela dit, je suis sensible au thème évoqué et à son traitement concis mais éloquent.

A.

   wancyrs   
28/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Salut Robot,

Pour un sujet aussi sérieux et important, la neutralité dans le traitement et le ton n'apportent pas la force nécessaire à l'indignation devant l’ostracisme(que peut causer cette violation de sépulture) évoquée dans l'incipit. Dommage ! Et pour un créationniste comme moi, je suis toujours indigné lorsqu'on taxe les Hommes de "primates évolués"... Je comprends le travail derrière votre poème, mais je n'arrive pas à entrer en résonance avec le texte. Une autre fois sûrement !

   Astras   
29/6/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Nos mémoires font de nous ce que nous sommes aujourd'hui, même si on les croit morts et enterrés.

J'ai adoré le symbolisme de ce texte qui le rappelle!

Puis, l'auteur prend beaucoup de libertés dans la composition, et ça rend le message encore plus juste et puissant.

Merci :-)


Oniris Copyright © 2007-2018