Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ROUSSELOT : Chut
 Publié le 05/03/15  -  8 commentaires  -  598 caractères  -  316 lectures    Autres textes du même auteur


Chut



Tu es belle.
Mon doigt se pose sur tes lèvres.

Chut…

Je voudrais en musique garder au sommeil…
L'instant.

Je souhaiterais préserver les parfums…
Un temps.

Mais…

Elle pousse et se développe,
sur la nostalgie du passé,
la moisissure sournoise des souvenirs.

C'est alors…

Qu'envahit les âmes et les corps,
sur les rides des années,
la rouille fatiguée du désir.

Trop tôt…

Déferlera et s'installera,
sur la solitude du futur,
la colère étouffée des silences.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Belle simplicité, aucun artifice, mais le vœu de tous les amants devant l'atroce déferlement du temps apparaît ici, en ce poème, dans toute sa beauté. " Ô temps, suspend ton vol".
De toutes les époques, joués sur tous les instruments, palpitant à l'unisson de tous les cœurs, saturant les esprits, en chaque sanglot, dans toutes les langues ou les cultures du monde, nous avons tant écrit et chanté ces vers-là. Mais malgré tout, c'est neuf, c'est beau, c'est émouvant. Comme quoi, en poésie, est-ce bien nécessaire d'en faire des tonnes ? Le charme naît d'une rose, d'un soleil couchant, du sourire émerveillé de l'enfance, d'une larme ou d'une goutte de pluie. Il en est de même ici. Presque rien, juste la beauté...
J'ai particulièrement apprécié "sur les rides des années,
la rouille fatiguée du désir."et puis "Déferlera et s'installera,
sur la solitude du futur,
la colère étouffée des silences"
Bravo pour ce joli poème qui ne laisse vraiment pas indifférent malgré sa mince épaisseur, la presque transparence de son corps.

   papipoete   
5/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour ROUSSELOT; "je devine ce que tu veux me dire, mais ne dis rien, je sais..." Il voudrait remplir son sommeil de tout ce qui fut merveilleux, son parfum;mais...bien trop tôt il sait que la rouille du temps gâtera l'amour, et de son souvenir il n'aura plus que des silences.
Quelques vers courts, sobres évocateurs et servis par une bonne ponctuation!

   Lulu   
5/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime bien le rythme de ce poème qui appelle au silence pour mieux apprécier l'instant, jusqu'à ces silences plus nuancés qui risquent de tomber avec le temps.

C'est un poème qui peut parler à tous, en lequel on peut facilement se reconnaître, que ce soit dans le présent, le passé, ou l'après...

Dans ce poème, je préfère la première partie parce qu'elle compte plus d'entrain que la seconde.

"Tu es belle." Cette phrase simple annonce une poésie simple, et l'on ne se trompe pas. La simplicité court dans tout le texte, ce qui est fort appréciable.

J'aime bien le pluriel des silences dans le dernier vers.

   Anonyme   
5/3/2015
Commentaire modéré

   Fanch   
5/3/2015
Commentaire modéré

   ROUSSELOT   
5/3/2015
Commentaire modéré

   Marite   
6/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Poésie libre comme je les aime, minimaliste peut-être mais si "chargée" de sensibilité. Les mots semblent avoir été posés sans calcul ou recherche sur le papier, juste comme ils se présentaient à l'esprit de l'auteur et ils sont porteurs de toutes les émotions qu'il devenait impossible de contenir plus longtemps.

   Fanch   
6/3/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Ayant été justement modéré, je réécris mon commentaire-
je trouve que ce texte est, sur la forme, assez original
sur le fond, on relève une simplicité qui est de bon aloi mais qui, de mon point de vue, se trouve contredite par des images alambiquées qui semblent chercher uniquement la formule choc ("moisissure sournoise des souvenirs" et "rouille fatiguée du désir")

   Francis   
10/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème qui me fait penser à la chanson d'Aznavour "ça passe".
Simplicité et mélancolie face à "la moisissure des souvenirs" donnent un ensemble agréable, mélodieux ponctué de silences.

   Bleuterre   
14/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien
La moisissure des souvenirs.... Une bien belle image.
De la poésie sobre, simple, où les mots sont choisis.
Les images sont amenées doucement, sur la pointe des pieds.
Beaucoup de liant dans ce poème, où en peu de mots, s'installent les idées, progresse la vie qui se déroule.....
Bref, j'ai aimé.

   Anonyme   
19/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Thème de la jeunesse trop éphémère et du temps qui passe, "qu'envahit les âmes et les corps, sur les rides des années,
la rouille fatiguée du désir."

La vie passe beaucoup trop vite. On voudrait garder un amour à jamais mais la flamme un jour doit s'éteindre, trop tôt.

Beau et émouvant à la fois.


Oniris Copyright © 2007-2020