Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SaintEmoi : Le pont des Arts
 Publié le 16/10/13  -  3 commentaires  -  1466 caractères  -  162 lectures    Autres textes du même auteur

Voyage imaginaire dans ce passé que les cadenas renferment, et autres mauvais sauvetages.


Le pont des Arts



Dans la nuit parisienne, lorsque dort Cupidon,
Tandis que le marchand s'est perdu dans le sable,
Morphée poussait mon âme vers des pas moribonds.
Au-dessus de la Seine, à mon cœur Notre-Dame,

Mes amères pensées m'auraient livré au Styx
Si les éclats d'un pont n'avaient pris mon regard.
Je mettais aux calendes ma colère prolixe
Et marchais étourdi joindre le pont des Arts.

Sur la voûte habitée par de fiévreux serments,
J'entendais ces paroles qui parfois lient les êtres ;
Ici ce beau soldat étreignant son amant,
Souvenir sacrifié à la cruelle guerre ;

À côté cette fille amoureuse d'une autre,
Qui donna à l'eau froide l'éternel baiser ;
Ce garçon attendri par l'audacieuse épaule
Qu'une femme soumise en combat brandissait.

Mais encore cette épouse, au bras de son mari,
Ensemble regardant le fleuve allant en mer,
Prévoyant les conquêtes dans les riches pays,
Oubliant que Candide eut la sagesse amère.

Vous, héros de l'absurde, à l'éphémère foi,
Qui sur ce pont maudit par une loi mystique,
Avez pourtant scellé aux mille cadenas
D'une nuit les promesses et d'un jour les portiques.

Combien par désespoir ont plongé dans la Seine,
Étouffant sous les eaux dans des gestes macabres,
Cherchant d'une main folle dans cette vase humaine,
Une clé qui, déjà, se gravait dans le marbre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   placebo   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Ambiance pas très joyeuse.
La dernière fois que je suis passé sur le pont des arts, j'ai remarqué que tous les cadenas étaient récents : on m'a confirmé qu'ils étaient régulièrement enlevés.
Marrant cette mise en valeur des couples homos.

"L'éternel baiser" 5 syllabes et ça s'entend.
La forme est intéressante, j'ai lu le texte plusieurs fois, mais je n'accroche pas vraiment. Sans doute l'accent tragique auquel je suis peu sensible, il y a autant de suicides par amour ?

Bonne continuation,
placebo

   PIZZICATO   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Une idée originale que d'imaginer, en regardant ces cadenas, quelques scènes d'amours diverses.
Mais pourquoi des amours à la fin tragique ? Pourquoi ce " pont maudit "? Ces cadenas sont mis là justement pour sceller une union, pour marquer la beauté de l'instant.
Après, c'est le sort qui décide...
" Au-dessus de la Seine, à mon cœur Notre-Dame," Je ne comprends pas la construction de ce vers seul; il y a un point après " moribonds " (?)

   senglar   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour SaintEmoi,


Sympa, ce poème sur le pont des cadenas. Original.

Mais quelle idée me dis-je que de cadenasser son amour.

Elle ne semble pas avoir réussi aux personnages de ce poème. Avec le cadenas les vendeurs devraient offrir aussi les cisailles, ils sauveraient ainsi bien des couples et puis encore le pont dont les parapets menacent de s'écrouler.

L'amour oui, mais sans les chaînes. Ce poème prémonitoire sera peut-être salutaire.

Merci à l'auteur, sans doute un amoureux de Peynet.


L'écriture est riche, érudite, sûre, belle et légère. Classe et élégance quoi ! Il fallait au moins ça pour supporter le fond :)

Senglar-Brabant


Oniris Copyright © 2007-2018