Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
sarvoir : Arnica
 Publié le 12/05/21  -  10 commentaires  -  345 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Sentiment.


Arnica



Sur les bleus de tes yeux,
Il y a des hématomes,
De petits Guernica,
Des corps et des fantômes,
Recouverts d'arnica,
Car la vie faute de mieux,
Ne connaît qu'la pommade,
Soulager le malade,
Déposer sur la peau,
De petits placebos,
Pour y laisser en rade,
Tous ces bleus dans tes yeux.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour ,

Trois granules d'arnica pour estomper l'hématome.

Le poème est un peu court, mais efficace.
il est contemporain (au sens des classification d'Oniris) plutôt que libre. Les hexasyllabes (après élision naturelle à la lecture), d'autant plus que les rimes sont présentes, même si elles ne sont ni suivies, ni alternées., ni toujours riches et seulement quatre : yeux, ade, o, et ca

J'ai apprécié ce texte qui va de la couleur de l'iris à celle du cerne.
De Guernica à Arnica
Merci du partage,
Éclaircie

Édit le 14 mai, pour corrections de coquilles

   Donaldo75   
1/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J’aime bien le rythme et les images de ce poème ; dans un format aussi court, je crois qu’il est important d’aller à l’essentiel et les images le permettent si elles sont exposées dans le bon tempo. Ici, il y a du jeu sur les mots, le signifiant et le signifié, au point que le vocabulaire en devient pictural avec en même temps un petit côté chanté, scandé, musical. Et ça, ce n’est pas facile à réussir.

Bravo !

   papipoete   
12/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour sarvoir
Toi, que j'aime regarder les yeux dans les yeux, tu me montres, ne pouvant les cacher, ces bleus non point ceux de l'azur mais ceux laissés par des coups, des fêlures... on peut y déposer un baume douceur, mais jamais ces stigmates ne s'effaceront...
NB comme un tableau en couleurs, le poète nous montre ce visage blessé, pour lequel il partirait en guerre de l'autre côté des Pyrénées, contre celui qui commit ces " petits Guernica ", à jamais tatoués dans le bleu de ces yeux...
J'en aime toutes ces petites lignes, qui en disent tant sur ce soigneur qui voudrait tant...
juste un infime bémol sur le 7e vers ( pourquoi " qu'la " ? ) " que la " ne m'eut pas choqué ?
On frôle parfois l'hexasyllabe qui put ici, s'accommoder ?

   Cyrill   
12/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comme j'aurais aimé être la personne à qui est adressée cette bluette !
Ah mince, j'ai les yeux noisette ... (oui mais y'a aussi des bleus)
C'est si bien dit et en si peu de mots. Les "petits Guernica", quelle belle trouvaille.
Voir ces choses là dans les yeux de l'autre, et déplorer le peu que la vie peut pour y remédier.
Merci pour ce petit bijou !

Cyrill

   Corto   
12/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vois ci des sentiments multiples. De la souffrance, de l'empathie, l'envie de consoler, une bonne dose d'amour.
De "Guernica" terrible d'effroi à "Arnica" qui guérit, voici une jolie pirouette.
Le jeu entre le premier et le dernier vers nous fait passer de la souffrance/violence à la tendre admiration.
En si peu de mots faire passer autant de ressentis débouchant sur une belle complicité, voici un exploit.
Bravo.

   domi   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tendresse dans ce "petit" poème...
l'adjectif "petit" étant ici synonyme de tendre "(de petits Guernica", "de petits placebos") qui me touche beaucoup...

Bien sur, "bleus" et "hématomes" peut paraitre redondance, mais on "pardonne" car le bleu a ici deux sens..

j'aime la forme, l'originalité, les rimes à la fois libres et recherchées, et, encore une fois, cette tendresse consolatrice.

Merci.

   Anonyme   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème sobre, des vers courts et rimés. On pourrait mettre cela en chanson, facilement...
Commencer et terminer le poème par "les bleus de tes yeux" est original.
L'allusion à Guernica est bien trouvée.
Bravo !

   Ligs   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Sarvoir,

J'ai trouvé l'idée originale, le bleu des yeux, et les "bleus", les coups donnés par la vie...

Mais l'ensemble ne m'emporte pas pour plusieurs raisons :
Sur les bleus de tes yeux, il y a des hématomes. Ce n'est pas la même chose ? Ou alors on parle de la couleur des yeux, mais cela devrait être au singulier, sur le bleu de tes yeux". Vous me perdez dès les deux premiers vers. Du coup, je me rattrape aux images qui suivent. Mais à la fin, on laisse en rade "tous ces bleus dans tes yeux" ? Du coup, le regard bleu, peut-être sa profondeur et sa beauté, viendraient des souffrances ? Je trouve dommage cette conclusion.

Autre petite chose, j'ai dû relire le poème pour trouver le rythme : les vers 2 et 6, écrits ainsi, se lisent en 7 syllabes. Mais je suppose, vu que les autres vers comportent 6 syllabes, qu'il faut lire ainsi :
Il y'a des hématomes
Et :
Car la vie faut'de mieux

A mon sens, il faudrait l'indiquer au lecteur...

Merci pour ce partage,

Ligs

   Robot   
15/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah ! L'arnica ! Cet onguent qui soulage les petites douleurs, en pommade ou en granulés homéopathiques. Comme ce poème on pourrait imaginer une potion ou un élixir pour soulager les maux de l'âme.

Un texte réconfortant.

   PourDiogene   
27/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Incisif, tonique avec de belles formules poétiques
(l expression petits placebos me séduit moins)
Court et efficace: merci !


Oniris Copyright © 2007-2022