Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
sauvage : Foudre
 Publié le 21/06/20  -  6 commentaires  -  782 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur


Foudre




l'économie d'un souffle nous fait-elle vivre plus longtemps ?

quand
ce jour
j'ai
le silence
en musique
d'être
absent
toile
vide
fuit
sonore
reposé
simplement
me source
de bruit
organique

vivant

en creux

et ce jour
et très devant
dans le même organique
de mots très fluides
et c'est plus tard
que ça bouge
si je reste ou
je m'en vais
des grains
de cosmos
atterris
très
près
d'ici
vingt
trois
heures
et que
j'espérais
une miette
de millièmes
de seconde
pour te retourner :

désirer ce regard de foudre


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
7/6/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour, je lis et relis ce poème et ne sais pas vraiment qu'en penser.

La mise en page est travaillée, certes, mais elle n'est vraiment pas en phase avec le titre.
L'image du poème laisse apercevoir un vase effilé, un personnage filiforme, alors que la foudre évoque l'éclair, une zébrure.
Ensuite j'avoue que la lecture "des mots composants le poème" me laisse dubitative.
La première phrase que je lis depuis "quand ce jour" jusqu'à "organique" mise à plat -pardonnez-moi- ne prend pas vraiment de sens pour moi.
La seconde phrase (la fin du poème),de même : comment appréhender "et ce jour et très devant" ?
Je schématise, car dans la seconde partie, on peut distinguer plusieurs phrases, en fait.

J'ai beaucoup aimé la première phrase :
"l'économie d'un souffle nous fait-il vivre plus longtemps ?"

Un calligramme pas vraiment réussi, pour moi. et c'est dommage, car j'imagine le travail pour le réaliser.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Lebarde   
21/6/2020
Bonjour sauvage

Je viens d'intervenir en forum, sur un ton un peu vif, dans un fil de réflexion sur la tolérance qui, quelquefois n'est plus guère de mise...

Alors , bien sûr que j'admet et tolère ce type d'expression essentiellement calligraphique, basé sur un esthétisme visuel qui à n'en pas douter a exigé beaucoup de travail.

Oui, mais la démarche me laisse totalement indifférent, d'autant qu'en dehors de l'aspect purement esthétique déjà évoqué, je n'y trouve aucun fil conducteur, aucune accroche pour débloquer ma réflexion et ma compréhension du sujet.

Je regrette mais je ne me sens pas le droit ni la capacité de porter le moindre jugement.

Je n'aurais peut être pas dû me manifester?
C'est vrai après tout....

Désolé et un peu confus de mon non-commentaire inutile.

Lebarde

   Pouet   
22/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Salut,

le premier vers m'est apparu très très alléchant par son côté surréaliste métaphysique, décalé, loufoque et en même temps pas tant que ça, très sérieux, très touchant... Un souffle se retient pour de multiples causes et certainement que l'émerveillement prolonge l'existence... De façon plus "mathématique", si on économise quelques souffles, peut-être qu'ils pourront nous servir plus tard... Bref cette entame me parle particulièrement, ne saurait jurer dans un recueil d'aphorismes d'auteurs reconnus et je pourrais écrire plus longtemps à son sujet.

Par la suite, j'ai l'impression du déroulé d'un souffle, pas de l'écriture automatique, pas forcément de l'impro pure non plus, mais d'un jet, d'une coulée, d'une apnée d'encrier...😊

J'ai été moins séduit par le style parfois un peu télégraphique de là suite même si j'en entrevois la nécessité.

Voilà, un réveil à côté d'un être aimé -d'un coup de foudre- le narrateur demeurant dans un état d'hébétude proche du trou noir (du moins c'est l'idée que je me fais du texte) qui étire tout de même une belle inspiration.

Au plaisir.

   sauvage   
25/6/2020

   Vincente   
26/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La présentation est à mon sens rédhibitoire.
Ou la volonté s'affirme délibérément dans une forme signifiante, en calligramme par exemple, là le titre nous parle de foudre, l'on pourrait voir l'éclair dans la forme que dessinent les vers, ou la scansion porte à une fragmentation du phrasé à dessein, mais alors ici lequel est-il ? En prenant le parti de lire lentement, posément, l'on recréera de l'emprise forte des mots une présence très impliquante, mais alors l'avance progressera dans un tempo lent et posé qui est à l'antithèse de ce à quoi nous invite le titre, la fulgurance lumineuse pleine d'énergie, potentiellement terriblement destructrice.

Ensuite dès le premier vers, mon préféré au demeurant, le lecteur est pris à contre-pied ; pourtant il était la meilleure invitation au développement qui se propose. Je pense que ces cohérences structurelles sont très importantes pour que le lecteur se porte à l'essentielle, ce que l'auteur veut lui confier. Sur ce plan, j'ai trouvé le "message intimiste" très attentionné, ses mots choisis avec délicatesse sont très aimants et aimables par leur appréhension du "regard de foudre" de leur souffle vital.

   Lariviere   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Déjà j'apprécie et je salue l'audace de forme de l'auteur...

Sur l'ensemble, je ne me retrouve pas dans le rendu et donc dans mon ressenti du poème.

Je pense que ce n'est pas dû à la forme et à ses intentions de fond qui sont plutôt bonnes, mais à ma lecture car je ne suis pas du tout convaincu par la réalisation.

Le choix des mots sur des textes aussi "futuristes" ou minimalistes sont essentiels et "sacrés" (si toutefois le sacré existe, en dehors de tout prosélytisme^^)...

Pour faire simple je ne me suis pas retrouvé dans ce texte très déconstruit mais dont l'artificialité, à ma lecture, domine , et où je ne retrouve pas la hauteur et la senteur sulfureuse et fauve de la foudre pourtant attendu, ce qui à mon avis est aussi dû par ce choix de forme trop court, trop en forme de paratonnerre ; la foudre, mais c'est aussi prétentieux que difficile à réaliser, me paraït mériter de meilleur attribut pour la rendre à nous tous (ou au moins à certains d'entre nous déjà un peu illuminés;)) communicables.

Pour finir, j'ai donc aimé l'audace du style et sa mise en poème et je vous remercie pour le moment de lecture ; en vous souhaitant une bonne continuation !... ;)


Oniris Copyright © 2007-2020