Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sentimentic1 : Illumination [concours]
 Publié le 07/09/09  -  13 commentaires  -  3417 caractères  -  75 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un personnage de rêve.


Illumination [concours]



Ce texte est une participation au concours n°9 : Le personnage (informations sur ce concours).




C’est une femme aux longs cheveux
Qui vient, quand je ferme les yeux
Peupler mes rêves et mes veilles.
Son nom ? Ne vous le dirai pas
Que vous ne veniez de ce pas
Pour me dérober ma merveille !

Elle est venue un soir, sans bruit.
Moi, je l’attendais et, depuis,
Chaque soir elle est là de même.
Je lui raconte des histoires
Venues du fond de ma mémoire
Ou bien je lui dis des poèmes.

Elle m’écoute tendrement
Et sur mon front, à chaque instant,
Sa main douce passe et repasse.
Se levant, elle marche un peu
Tandis que je la suis des yeux
Admirant son charme et sa grâce.

Elle s’installe dans ma tête
Et sa chevelure défaite
Coule sur ses épaules nues ;
Elle va d’un pas calme et lent
Comme dans son appartement
En marchant avec retenue.

Faisant de ma tête un jardin,
Mettant des fleurs et des chemins
Et puis des bancs dans les coins sombres,
Elle est ici comme chez elle,
Aussi je cours quand elle appelle
Lui porter des boissons dans l’ombre.

Vous dirai-je ses lèvres tendres ?
Sa voix ? Il vous faudrait l’entendre
Car nul mot ne peut la décrire.
Ses yeux ? Ils sont clairs et si doux
Que pour eux seuls, me croirez-vous ?
Je donnerais tous les empires.

Elle s’allonge contre moi
Et je sens un étrange émoi
Tant chez elle tout est parfait ;
Je mets mes lèvres dans son cou,
Ses cheveux font un halo flou
Quand je les dénoue et défais.

Sa peau lisse comme velours
Me donne des désirs d’amour
Quand son parfum flotte et m’enivre ;
Puis je l’embrasse et la caresse
Alors je connais des ivresses
Que ne vous dira aucun livre.

Elle a de beaux seins conquérants
Que je cajole tendrement
Du bout des doigts et de la bouche ;
J’embrasse son ventre laiteux
Et puis ses flancs voluptueux
Qui frissonnent quand je les touche.

Elle a la taille mince et fine
Et ses mains douces et câlines
En disent plus qu’un long discours ;
Je bois à ses lèvres sans fin
J’y resterai jusqu’au matin
À m’abreuver de tendre amour.

Je passe lentement ma main
Sur les jambes puis dans les reins
Dont l’arc se tend et puis se dresse ;
Elle respire faiblement,
Sa poitrine joue doucement
Qui se soulève et puis s’abaisse.

Nous nous aimons fougueusement,
Avec ardeur ou tendrement
Suivant nos humeurs passagères ;
Puis elle s’endort dans mes bras,
Alors je lui chante tout bas
Des airs que j’ai faits pour lui plaire.

Mais lorsque nous sommes repus
De tous les plaisirs éperdus
Que nous fait découvrir l’amour,
Déjà l’aube éclaire les toits,
S’en est fini de nos émois,
Ma belle part avec le jour.

Je me réveille en mon lit vide,
Les membres lourds, la tête humide,
Que revienne vite le soir !
Ma belle m’y attendra-t-elle ?
Je ferme les yeux et l’appelle :
Je n’aspire qu’à la revoir !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un joli poème, qui m'a même donné des envies dont je tairai ici la nature, mineurs dispersez-vous un instant!
Mais à chacun sa belle. La mienne est mieux!! Évidemment (mais c'est vrai en plus, bref)!
La poésie se lit facilement. Un peu trop sans doute. J'aurais aimé un peu plus de recherche quand même.
Quant au personnage... je ne peux donner que le nom de ma belle (mais je la garde pour moi!).

   brabant   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Du calme, jaimme, sentimentic1 a dit en exergue: "un personnage de rêve", on sait bien que ta belle est un personnage de rêve, mais celle-ci tient davantage de l'ectoplasme que de la chair et du sang. Et l'ectoplasme n'est fait que de semence masculine, aucun intérêt pour les séances de tricotage.
Dis-donc, sentimentic1, elle sait se faire désirer, ta belle, et les préliminaires sont charmants qui s'allongent, mais après un prélude courtois, quel feu d'artifice! Il y a à boire et à manger, tout à prendre, rien à laisser. Tout est bon! Non, je n'ai pas dit que c'est comme dans le cochon! Le cochon, c'est moi! mais un peu toi-aussi quand même! et jaimme ibidem!
Bon! Allons nous sécher! Et reposons-nous, on remet cela la nuit prochaine!
Cochon qui s'en dédit!
Amicalement

   Bidis   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Dans cette belle écriture, je soupçonne un vers être de complaisance, mis là pour l'homogénéité du poème, tant il me semble remettre l'envol des images platement sur terre : "Comme dans son appartement". Et d'ailleurs, je le trouve faux. Dans un appartement, une femme souvent s'affaire, range ceci, pose cela, tourbillonne et ce serait plutôt dans l'allée d'un parc qu'elle irait à pas lents...
Mais l'idée me semble originale : une femme de rêve, absolument parfaite, comme une femme de chair l'est rarement dans la réalité...

   pieralun   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
c'est un joli texte, un peu prosaique par endroits _C’est une femme aux longs cheveux_
Moi, je l’attendais et, depuis,_ J'ai beaucoup aimé ce vers
L"ensemble est agréable, mais le rythme, presque toujours identique sur des vers courts, en devient parfois lancinant.

   Anonyme   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Beuh... désolée mais je viens de lire un poème long... non pas que je n'aime pas les poèmes longs... mais en plus rempli de clichés tendus jusqu'à briser la corde de la poésie... de la chanson et de la littérature tout court...

Je trouve le fond très joli, l'histoire derrière le poème me parle, le rêve est semi érotique et assez banal en soi mais je trouve ça mignon... c'est le plus derrière ma note...

Par contre la forme... aille... désolée encore (paraitrait que j'aime m'excuser de ma méchanceté... qui n'en est pas, je ne suis pas diplomate...) mais je peux pas apprécier les rimes qu'on voit venir de si loin que c'est gênant, les images banales que ça lasse au bout de 3 "strophes"...
les répétitions, ça me heurte en nouvelle, alors en poésie, n'en parlons pas...

Bref, je suis navrée mais pour moi c'est loin loin de ce que j'aime, de la façon dont je conçois l'originalité et c'est malheureusement en ce qui me concerne un frein majeur à l'appréciation d'un poème...

Un prochaine fois?

   xuanvincent   
9/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Il m'a semblé voir là, en dépit des rimes, plus une (jolie) histoire sentimentale qu'un poème.

Le poème n'est pourtant pas désagréable à lire, du fait du thème choisi.

Le thème du concours par ailleurs m'a semblé bien traité.

   David   
11/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Sentimentic,

Le poème m'a semblé coupé en deux. Est-ce qu'un personnage de rêve peut défaire deux fois ses cheveux ?

"Elle s’installe dans ma tête
Et sa chevelure défaite
Coule sur ses épaules nues"

"Ses cheveux font un halo flou
Quand je les dénoue et défais."

Je pense que si. Les six premières strophes sont plus oniriques, plus du ressort de "l'amour courtois", la rencontre est résumée dans cette strophe, la cinquième :

"Faisant de ma tête un jardin,
Mettant des fleurs et des chemins
Et puis des bancs dans les coins sombres,
Elle est ici comme chez elle,
Aussi je cours quand elle appelle
Lui porter des boissons dans l’ombre."

Jusqu'à la sixième, il ne semble question que de baisers et caresses assez sages. Dès les empires donnés, l'étreinte devient bien plus cavalière, le rêve plus éveillé. Le banc se change en couche, etc.

Pour un personnage de rêve, au sens de celui qui est vécu durant le sommeil, les six premières conviendraient mieux à cette visiteuse. La suite est plus de l'ordre de l'imagination, elle est plus concrète en quelque sorte, et ça, les rêves ne s'en soucient pas (enfin, pas forcément... ).

C'est un peu deux poèmes mis bout à bout, pas vraiment différents, mais le début à ma préférence au final.

   Anonyme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une bien jolie ritournelle qui dénonce une âme rêveuse et un cœur qui aurait pris de la lumière. J'ai apprécié ces mots souriants et ce demi-sommeil, ce titre emprunté à Rimbaud il me semble, mais les illuminations sont différentes. Si le phrasé manque ici un peu de force le rêve lui est bien présent et raconté si ardemment que je peux oublier qu'il m'aurait plu ce rêve plus littéraire, quoique. Mais ceci par exemple est bien écrit :

"Qui vient, quand je ferme les yeux
Peupler mes rêves et mes veilles."

   Melenea   
14/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Personnellement je trouve le poème long, il y a une redite... sur ses cheveux défaits, et ensuite tu les dénoues...

en fait l'histoire en elle est pas mal... mais une seule demi strophe m'a parlé poésie

"Faisant de ma tête un jardin,
Mettant des fleurs et des chemins
Et puis des bancs dans les coins sombres,"

Je n'ai pas trouvé d'originalité, et le rythme est trop identique tout le long... on ne sent même pas monter l'excitation..

   Meleagre   
19/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le début de ce poème est très prometteur, parfois avec des accents verlainiens, et des réminiscences de "mon rêve familier" (avec l'impossibilité de décrire la voix, de donner le nom de la belle). Mais ensuite, ce texte est un peu long, et juxtapose plusieurs clichés de chansons galantes, et manque parfois d'originalité. Dommage.

   Anonyme   
19/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte où moi aussi je vois distinctement se profiler deux parties différentes ; l'une où cette femme mystérieuse semble presque maternelle, l'autre où l'on passe résolument à la sensualité la plus affirmée ... Ca peut paraître un peu dérangeant.
C'est plutôt bien écrit globalement, avec ce joli passage :
"Faisant de ma tête un jardin,
Mettant des fleurs et des chemins
Et puis des bancs dans les coins sombres"
mais un peu lassant à la longue, il y a sans doute quelques strophes de trop. Enfin à mon goût.

   Ariumette   
20/9/2009
Bonjour sentimentic1
Bon alors je commence par le désagréable : j'ai pas aimé du tout. J'ai trouvé ce poème plein de déjà vu, de cliché... L'amour oui mais des images telles que "Et sa chevelure défaite
Coule sur ses épaules nues " ou "Vous dirai-je ses lèvres tendres ?
Sa voix ? Il vous faudrait l’entendre
Car nul mot ne peut la décrire.
Ses yeux ? Ils sont clairs et si doux
Que pour eux seuls, me croirez-vous ?
Je donnerais tous les empires." ou encore "Sa peau lisse comme velours" etc...
En fait j'aime bien le fond qui bien que classique aurait pu être piquant et onirique : le rève érotique d'un homme...
Donc un oui pour le fond et un non pour la forme ! La prochaine fois peut-être !

Au plaisir de te lire à nouveau
Pas de note car concours

   Maëlle   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
On est dans l'honnête copie (Verlaine, Baudelaire). C'est très imité des maitres, assez dans l'esprit, mais la force en moins (eh oui, la plupart des images sont déjà prises).

Et trop long. A vouloir être exhaustif, on se dilue. J'ai, en règle général, du mal à rester concentrée sur un poème long... celui ci n'échappe pas à cette règle, puisque rien ne vient me surprendre dans la deuxième moitié.


Oniris Copyright © 2007-2022