Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
silver : Tu m'oublies...
 Publié le 08/12/17  -  7 commentaires  -  920 caractères  -  211 lectures    Autres textes du même auteur

Ce flottement, quand les oisillons quittent le nid...


Tu m'oublies...



Tu m’oublies…
Et voilà que j’habite
Un paysage vide
Vaporeux, imprécis,
Nuage blanc flottant
Très loin, au-dessus de ta vie,
Dans l’angle de ton ciel…

Tu m’oublies…
Mais moi je t’imagine,
Courant d’air frais
Frissonnant sur l’écume
De tes jours-tourbillons,
Petit oiseau pressé
D’étrenner
Ses ailes toutes neuves
Sur le ciel bleu…

Tu m’oublies…
Et je n’existe plus
Que par intermittences,
Rythmées par tes absences,
Toujours plus longues…
Où s’étire
La lenteur de l’ennui,
Sous un ciel gris…

Tu m’oublies…
Mais ce n’est rien,
Qu’un instant de vertige,
Le cœur ballant,
Au bord d’un vide…
Regarde,
Déjà je tends les bras
Pour saisir une étoile,
Un souffle, un papillon…
Le fil d’un ballon jaune
Flottant dans mon ciel rouge…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
25/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
libre
Attention poète, prends garde à ta plume qui " faute " dès le titre ( tu m'oublie/s )
Sinon, le poème est très bien écrit, et l'oisillon sorti du nid, manque cruellement à sa mère je pense ( encore qu'un papa put pareillement souffrir ) !
NB tu m'oublies, mais je suis toujours là dans ce nid si vide maintenant ; dans la seconde strophe, l'oisillon rassure la mère " courant d'air frais frissonnant sur l'écume de tes jours-tourbillons ", quand la dernière strophe voudrait laisser croire que tout va bien ... " regarde, déjà je tends les bras pour saisir une étoile "
Un " lied " qu'un canari pût seriner à mon oreille émue .
papipoète

   Anonyme   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Voilà, un poème fort bien écrit.

L'émotion est juste, sans sensiblerie. Quand l'oiseau quitte
le nid, il faut apprivoiser cette absence, c'est un bouleversement
mêlé de plusieurs émotions. L'envol est nécessaire à l'un comme
à l'autre.

Cette répétition du "Tu m'oublies", exprime à elle seule,
un peu de ce sentiment d'abandon ressenti.
C'est "douloureux" pour les parents, mais cela l'est aussi pour l'enfant, c'est nouveau, c'est une griserie vertigineuse qui
n'est pas sans angoisse, enfin de compte, c'est angoisse contre
angoisse, que le temps passe loin nous ici, lui ailleurs.

C'est un très grand changement, est plus difficile quand tous les oiseaux ont quitté le nid.

Magnifique écrit, j'ai aimé tout particulièrement :

" Tu m’oublies…
Mais ce n’est rien,
Qu’un instant de vertige,
Le cœur ballant,
Au bord d’un vide…
Regarde,
Déjà je tends les bras
Pour saisir une étoile,
Un souffle, un papillon…
Le fil d’un ballon jaune
Flottant dans mon ciel rouge… "

La vie avec eux, se fait par des moments de bonheur grappillés
de-ci de-là.

   PIZZICATO   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Toute la grâce d'une écriture féminine pour évoquer le vide créé par le départ de l'enfant pour vivre sa vie d'adulte.
" Petit oiseau pressé
D’étrenner
Ses ailes toutes neuves
Sur le ciel bleu…"

De belles images pour traduire cet état d'âme.
" Et voilà que j’habite
Un paysage vide "

Une fort jolie poésie.

   Arielle   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a beaucoup de pudeur et d'émotion dans ces confidences chuchotées à l'enfant qui ne les lira pas, trop occupé à explorer son grand ciel bleu.
La mélancolie s'installe, inévitable, teintée d'ennui mais, entre les dernières lignes, j'ai envie de lire une renaissance possible, le fil d'un ballon à saisir sur le ciel rouge d'une aube nouvelle.
J'ai aimé suivre les changements de couleurs de ces ciels habillés de mots simples et d'images touchantes.

   Brume   
9/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Silver

Magnifiques vers, d'une grande profondeur.
Le choix des images est efficace pour donner des couleurs à cette mélancolie qui est absolument très prenante, très vibrante.

Le dernier vers "Flottant dans mon ciel rouge..." me renvoie au sentiment de la colère dû à l'abandon ressenti.

La ponctuation sert bien l'émotion, et je suis bien contente que vous les ayez mise, car j'entend le coeur de la narratrice avec intensité et clarté.

   Queribus   
10/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Après une première lecture, j'ai trouvé que ce texte avait l'allure d'une chanson notamment avec ce "tu m'oublie" qui revient régulièrement; le tout témoigne d'une écriture soignée avec des mots et des expressions très poétiques.

Le fonds est très classique mais traité d'une manière fort originale; j'ai aussi pensé à une chanson du dernier album de Julien Clerc"la mère évanouie"; je crois que nous sommes dans le même registre (Je crois que je vous fais là un beau compliment)
En conclusion, il ne vous est pas interdit de nous fournir à nouveau d'autres textes de cette valeur-là.

Bien à vous.

   Alcyon   
5/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour

de belles émotions à la lecture
un poème emplie d'amour
des images justes
j'aime beaucoup les 5 derniers vers
je verrai bien un accompagnement musical
avec une kalimba

bravo et merci pour ces belles émotions


Oniris Copyright © 2007-2018