Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Sodapop : L'Adieu
 Publié le 17/11/16  -  12 commentaires  -  910 caractères  -  212 lectures    Autres textes du même auteur

L'amour arraché à la vie
La perte d'un fragment de soi
La mort pour incipit


L'Adieu



L’or colloïdal que j’absorbe
Que la mer rejette de son ventre
Des collines ardues de ton corps
Aux creux béants de tes méandres

C’est mes nerfs offerts en bouquet
Mon corps et mon cœur en pâture
Au squale violent de tes baisers
Qui accablent mes os en fracture

Au silence humide de ton urne
Tes cendres jetées à la mer
Me reviennent plein feu par la brume
Imprégner mes poumons de poussière

Des goélands métamorphosés
Qui viennent percer ton cadavre
Des corbeaux métaphorisés
Friands des trésors de ton âme

Et des courbures de tes seins
Que je caresse du regard
Fermant les yeux sur nos desseins
Sur ces sinistres charognards

Dans la nuit brillante de mille feux
D’astres faisant écho à la mer
Ton navire s’éloigne peu à peu
Du taciturne des enfers
Éros adieu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
26/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre poème me semble effectivement imprégné de l'énergie d'un Adieu insupportable et les "nerfs en bouquet" du narrateur sont bien palpables devant la scène insoutenable de cet amour déchiqueté. J'ai eu l'impression d'assister à une terrible et cruelle mise à mort et simultanément à la violence du deuil qui s'abat sur celui qui reste. Et malgré tout, la poésie est bien là, omniprésente dans votre texte, elle nous fait prendre la hauteur suffisante pour supporter tout ça. Bravo

   dom1   
31/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très touché par votre écrit qui maitrise à merveille les sensations de l’absence et des cris du silence et de l'oubli impossible ou partile.

Bravo !

   leni   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
je n'ai pas tout compris ce poème qui me laisse une impression
de tristesse L'écriture est très fluide Faut-il dire Eros adieu ou Eros AU revoir ?
Merci et salut cordial
Leni

   Alcirion   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sodapop,

Votre approche de la poésie me plait, j'ai trouvé dans ce texte des choses tout à fait intéressantes.

Le point fort, à mon sens ce sont les images, légèrement hermétiques mais suffisamment suggestives pour retenir l'attention, notamment troisième strophe, qui me semble la plus réussie. A la relecture, le sens ne se refuse pas, même s'il n'est pas forcément celui que vous aviez en tête : c'est surprenant, parfois inattendu, en tout cas suffisament évocateur pour susciter une vision ou une interprétation.

Placer un mot rare dés le premier vers, par contre, peut jouer en votre défaveur et arrêter le lecteur. Le rythme est correct, les sonorités coincent un peu parfois à mon oreille (goélands métamorphosés par exemple), même si j'ai bien conscience que ce sont des choix.

Au final, un texte travaillé et réussi qui me parle sans doute aussi parce que je suis parfois dans le même univers onirique.

A vous relire

   mina   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel univers particulier ! On ne rentre pas dans ce poème avec facilité mais curiosité , les images sont quasi surréalistes et effectivement peuvent paraître hermétiques, une deuxieme lecture m a été nécessaire pour rentrer un peu plus dans cet univers de mélancolie et DE mort... mon esprit trop rationnel cherche encore la signification de certaines mais c est aussi cela la poésie , choisir le chemin le moins fréquenté. Bravo!

   MissNeko   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce que j aime ici c est le rythme qui tel des vagues va et vient. J ai l impression d entendre le ressac de l'eau.
Le thème à la fois macabre et amoureux me plait beaucoup.

J aime énormément :

Des goélands métamorphosés
Qui viennent percer ton cadavre
Des corbeaux métaphorisés
Friands des trésors de ton âme. (Splendide)

On sent ici l'amour physique, la séparation, la passion, le déchirement.
Une réussite. Bravo

   Anonyme   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir,

Je reste assez partagé entre des vers étudiés et hautement métaphoriques, et le fait de n'avoir pas été véritablement transporté par cet adieu.

L'écriture est de qualité mais je n'ai pas été vraiment réceptif, dommage.

Wall-E

   Sodapop   
18/11/2016

   Pouet   
19/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr Sodapop,

C'est un texte assez hermétique mais les sensations sont bien là, de la noirceur, de la beauté.

En poésie je ne suis pas fan des mots un peu "recherchés", du coup j'ai eu un peu peur en lisant le premier vers, avec "colloïdal" mais finalement c'est à peu prés le seul. L' "Éros" de la fin ne me parle pas trop non plus, les références mythologiques ne me touchant que très modérément.

Pour commencer par ce qui m'a un peu gêné, je parlerais des deux "que" très rapprochés dans la première strophe. Un "que" et deux "qui" reviennent aussi un peu plus loin. Peut-être que cela pourrait se modifier, je ne sais pas, à vous de voir.

Ensuite, les rimes sont parfois aléatoires, toutefois cela ne m'a pas dérangé, n'étant pas du tout un expert en la matière. (Pour moi le poème est plus "contemporain" que "libre" car les rimes sont malgré tout très présentes, ou au moins l'assonance...)

Peut-être aussi sommes-nous parfois à la lisière de la grandiloquence.

Mais le principal demeure une belle écriture, des passages forts. (Même si je m'aperçois que mon commentaire est plus axé sur des aspects -pour moi- "négatifs", j'ai bien aimé vous lire ne vous y trompez pas.)

Ma préférence ira aux deuxièmes et troisièmes strophes.

Au plaisir.

   Brume   
20/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sodapop,

Je vois la différence entre votre précédent poème et celui-ci, et vraiment je suis contente de constater que vous avez n'ayez pas reproduis les mêmes erreurs comme les pléonasmes et la profusion d'adjectifs. Et ça c'est important de le signaler, bravo.

J'aime beaucoup l'ambiance.
Et les images de la 4è strophe, superbes:
"Des goélands métamorphosés
Qui viennent percer ton cadavre
Des corbeaux métaphorisés
Friands des trésors de ton âme"

Ces goélands métamorphosés et ces corbeaux métaphorisés m'insufflent la sensation d'étranges créatures ou sentiments troublants. Un poème sombre, assez violent, entre souvenir amoureux et amertume.

Par contre j'ai buté à la dernière strophe:
"Dans la nuit brillante de mille feux
D’astres faisant écho à la mer"

Si il n'y avait pas ce découpage j'ai l'impression que vous vouliez écrire "Dans la nuit brillante de mille feux D’astres...du coup, si c'est le cas, c'est assez redondant.

Un peu gênée par le dernier vers " Eros adieu" qui n'a rien à voir avec le reste.

   HadrienM   
20/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quand la mère mort épouse l’Éros, l'Adieu est toujours séduisant.

Le poème reprend un motif littéraire traditionnel: l'amour puni par la mort. Le poète sonde le monde des vivants et des morts.

Les astres côtoient les Enfers dans une écriture qui revendique une intéressante culture classique.

La séduction de la mort et l'odeur de la chair dans ce poème sont d'intéressants moments littéraires.

Compliments.

Bien à toi,

   Donaldo75   
12/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sodapop,

Un poème gothique ? En tout cas, c'est l'impression que m'a laissé celui-ci, sur un thème particulièrement difficile à traiter en poésie sans tomber dans la guimauve ou la surcharge.

Les (+):
Un rythme réel, malgré quelques incidentes
Une vraie charge émotionnelle
Une fin apaisante

Les (-):
Un vocabulaire parfois trop recherché, perdant de l'impact dans l'émotion
Des images surchargées
Beaucoup d'ellipse

J'ai bien aimé,

Merci pour la lecture,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2020