Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Sodapop : Méthode d'évasion par l'écriture
 Publié le 30/06/18  -  6 commentaires  -  1088 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

✽ Pourquoi je bois ? Pour pouvoir écrire de la poésie... ✽ JM


Méthode d'évasion par l'écriture



Aux entrailles de la nuit à l'instant où tout se calme
L'écriture se délie
Les mots s'agitent
Recouvrant le silence du frimas intense de la poésie

Je touche aux sensations de l'étrange
Tentacules de l'esprit
Où l'écriture fait voyage
Par la peur et le doute que la plume électrise
Inondant par la transe le blanc immaculé de la page

Frénésie féerique exempte de réflexion
Ornée de sensations où la raison fait naufrage

Nous recracherons le spleen comme un exutoire
Pour combler le vide
Avec acharnement sans détour et sans fard
Que l'inspiration s'invite

Le cerveau cellule carcérale de l'âme
Regorge de fissures
Dans le verbe se cache la combinaison exacte
Accès direct au tumulte

Pour ce faire
Plonger dans l'inconscient
L'apaisement d'une pièce vidée de tout contenu

Et rêver
Brûler avec passion jusqu'à la déraison
Et puis s'abandonner
Jusqu’à en oublier l'existence même
De la chair et de l'os


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Recanatese   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

vous m'avez bien pris à contre-pied avec votre premier vers! Je m'attendais à de la sérénité et voilà la transe qui s'invite à la fête.
Pour moi, ce poème est une réussite. Le poète s'éveille quand tout est endormi et l'inspiration jaillit comme une mer déchaînée "où la raison fait naufrage".

Bien aimé le jeu d'allitérations qui rend cette idée : "Frénésie féerique exempte de réflexion" entre autres.
J'ai aussi apprécié l'image des "tentacules de l'esprit". On aimerait parfois être pourvu de pareils organes, pour coucher sur la page blanche ce torrent de paroles, d'images qui nous viennent simultanément à l'esprit.

Seul petit bémol : quelques passages superflus qui, à mon sens, alourdissent un poème qui gagnerait à être plus épuré. Le premier vers, notamment, que j'aurais préféré plus court: "Aux entrailles de la nuit" OU "À l'instant où tout se calme" par exemple.
Même réflexion concernant ce "Pour ce faire" qui, toujours à mon humble avis, affaiblit le poème.

Un bien agréable moment de lecture au final.

Cordialement

Recanatese

   Ombhre   
30/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un beau texte, fort, violent, sur la création qui, comme un accouchement, se fait dans la douleur et le sang. Le premier vers est d'ailleurs explicite "aux entrailles de la nuit". Mais j'ai trouvé dommage d'écrire le mot poésie, car tout le texte en parle, et le suggérer sans le citer m'aurait semblé plus adapté.
J'ai aussi trouvé la formulation "Le cerveau cellule carcérale de l'âme" un peu convenue et lourde.

L'ensemble du poème coule comme un torrent torturé, jusqu'à la dernière strophe, une chute exemplaire, un écho de "l'homme de la Mancha".

Bravo !

   Alcirion   
30/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sodapop,

De belles images décharnées, presque médicales parfois (Le cerveau cellule carcérale de l'âme) ponctuent ce poème à l'ambiance sombre
– Aux entrailles de la nuit (...) le silence du frimas intense de la poésie (...) De la chair et de l'os.

Au départ, je n'étais pas très emballé par le thème général un peu cliché mais tu as su le servir par des formules intéressantes, originales qui résonnent en référence à des poètes du XIXe (Nerval, Baudelaire...).

Au final une lecture agréable. Le rythme est cohérent et imposé au lecteur par des coupes nettes qui mettent en valeur la qualité de la phrase. La strophe finale est la plus forte à mon sens, elle prépare bien "l'envol" macabre du dernier vers.

Merci pour ce partage !

   Ananas   
2/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Salut Sodapop,

Pour moi, y a du bon et du moins bon. Quelques petites choses qui me dérangent dans la forme plus que dans le fond.
J'ai du mal à y reconnaître ton écriture, je trouve que cette poésie parle trop. Enfin, tu sais bien que moi, les mots...^^ je sais pas si tu as trop respecté la contrainte rimée et que c'est ça que je sens me grattouiller, ou si c'est les mots très classiques qui me perturbent sur un sujet pareil... les frimas par exemple, je les trouve en décalage avec le reste...

Sinon, ça reste de la poésie agréable en lecture, ça glisse... ;)

Merci pour le partage et au plaisir jeune Homme !

   Eclaircie   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sodapop,

Le titre n'est pas très engageant ou beaucoup, au contraire.
Les poèmes sur l'écriture sont légions depuis la nuit des temps et on peut de demander "comment allez-vous nous en parler ?".
Pour mon goût, votre méthode est intéressante.
À la fois un peu crispante et/ou très rassurante car elle sort des sentiers battus, à mon avis.
Les points faibles que j'ai relevés : les répétitions du mot "écriture" au début du texte ; qui pourraient être un point fort : vous nous l'avez dit, vous écrivez sur l'écriture et vous le réécrivez.
L'emploi de mot assez souvent employés en poésie : "le blanc immaculé de la page", le "voyage" "exutoire".
Mais là aussi, l'agencement de ces termes, qui côtoient alors "le cerveau cellule carcérale" la "combinaison exacte" l'accès direct" apportent une "plus value" au texte.

Et commencer dans les "entrailles" pour finir par oublier "la chair et l'os" est bien trouvé.

   Gabrielle   
19/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand écrire fait partie du rêve...

Une exploration dans l'intimité du narrateur.



Bien à vous.



G. Michel


Oniris Copyright © 2007-2018