Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Soruf : Par accident
 Publié le 29/09/17  -  7 commentaires  -  1518 caractères  -  89 lectures    Autres textes du même auteur

Vraiment aimer un roseau
Quelle idée pour un oiseau.

D'après Le prince heureux, Oscar Wilde


Par accident



Tu as surgi dans mon printemps
J’aimais que celles qui papillonnent
Celles qu’on admire tant elles rayonnent
Tu as surgi dans mon printemps
Je t’ai aimée par accident

Les autres avaient tant jacassé
Elle n’a ni rang ni somme d’argent
Par contre elle a beaucoup d’amants
Les autres avaient tant jacassé
Savaient-ils ce que c’est, aimer

Je ne savais comment te plaire
Comme si mes ondes étaient d’argent
Mes ailes battaient inutilement
Je ne savais comment te plaire
Quand on aime trop on sait plus faire

Je me fichais de tous les autres
Quand un amour est déplacé
On est toujours bien mal jugé
Je me fichais de tous les autres
Ils me disaient t’es plus des nôtres

Ta taille de guêpe jouait au vent
L’été s’était mis à tousser
J’ai soupiré pourrais-je t’aimer
Ta taille de guêpe jouait au vent
Tu as dit oui en t’inclinant

Les autres avaient déménagé
Moi qui rêvais des pyramides
Je prenais froid dans l’air humide
Les autres avaient déménagé
Ils font pareil à chaque été

J’étais jaloux du vent dansant
Fuyons l’automne et son présage
M’accompagnes-tu dans ce voyage
J’étais jaloux du vent dansant
Tu as dit non en souriant

Je t’ai aimée par accident
Tu m’as aimé sans trop y croire
J’allais au sud fuir notre histoire
Je t’ai aimée par accident
Mon cœur suivait clopin-clopant


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
19/9/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Une première remarque tout d'abord sur votre texte: d'entrée, ce dernier me semble trop long;ensuite l'écriture me semble très "passe-partout" avec un manque d'originalité et pour tout dire un peu brouillonne sans véritable enchainement.
Le sujet, quant à lui, a déjà été traité un nombre incalculable de fois et il est vrai qu'il est difficile de faire original. Je crois qu'il s'agit d'un texte de chanson: dans ce cas-là, la musique pourrait tout changer puisque c'est elle qui commande avant tout. Enfin ne vous découragez pas, ceci n'est que mon avis et n'engage que moi.

Bien à vous.

   papipoete   
29/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Soruf,
Toi que j'aimais par hasard, même par accident, les autres ne m'intéressaient pas ; ma bande me rejetait " t'es plus des nôtres " et le vent se permettait de soulever ta jupe ! Sans que je te le demande ... tu as dit oui, et je t'ai aimée .
NB un poème que je verrais bien chanté en ritournelle, ainsi sa grande taille ( contrairement à celle de guêpe de la belle ) entraînerait le lecteur dans le tourbillon de vos lignes savamment posées, amoureusement écrites !

   PIZZICATO   
29/9/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour.
J'ai trouvé le style d'écriture un peu simpliste. De même que le fond et les images ne m'ont pas vraiment interpellé.

A vous lire une prochaine fois.

   Vincendix   
29/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Une ballade plaisante, au rythme cadencé, pourquoi compliquer quand il est possible de faire simple. J’entends ce texte chanté dans les rues par un ménestrel….
J’étais jaloux du vent dansant… Un vers particulièrement musical.
Par contre… Mes ailes battaient inutilement….C’est trop long
Les deux derniers vers sont réussis, ils résument la situation.
Vincent

   Robot   
30/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'amour rencontré par accident, c'est une vision originale qui m'a retenu sur le texte.

Au second vers, il faudrait supprimer le "que". de "que celles" qui alourdit le vers. Le narrateur nous dit que jusque là il préférait les rencontres éphémères. C'est ainsi que je comprends les deux vers.

Je trouve bien trouvé l'image du battement d'aile, comme le tétras mâle qui cherche à séduire.

Et puis la fin nous laisse sur une question, clopin-clopant pourra t-il rattrapé cet amour accidentel.

   Marie-Ange   
30/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une première lecture, hier décevante, et voilà qu'aujourd'hui,
sans doute, plus disponible, ce texte me devient plus
accessible, plus fluide. Donc, il ne faut pas toujours se fier
à ces premières impressions.

Le fait, de répéter certaine phrase deux fois est bien
trouvé, cela relance l'attention, donne de l'élan
à votre discours et confirme, ponctue votre ressenti.
Ainsi, le partage s'installe, le phrasé vibre avec émotion.

De strophe en strophe, se dessine le parcours de
ce "Par accident", je suis senti tristement mélancolique
après vous avoir lu.
Ah ! comme il est compliqué d'aimer et d'être aimer.

Le ton est approprié, précis, et surtout très touchant, sans
pourtant tombé dans la surenchère d'émotion.

   FABIO   
8/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Il m'a fallu plusieurs lectures mais j'ai fini par apprécier des mots bien choisis, et placé au juste endroit, la sonorité et le ton sont judicieux.


Oniris Copyright © 2007-2017