Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Soruf : Quête
 Publié le 13/11/16  -  12 commentaires  -  335 caractères  -  231 lectures    Autres textes du même auteur

(Une vie jetable
Obsolète)


Quête



Je
est une immuable quête

Un enfant instable
qui jette
Quelqu’impérissables miettes

Paroles affables
muettes
Que le temps d’une fable
regrettent

Fleurs irremplaçables
fluettes

Un intarissable poète
Ramasse l’ineffable
cueillette



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
23/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un intéressant travail sur les sonorités et les images. Ce poème, avec ses rimes en 'ette', ramène bien le sujet à son niveau, c'est à dire pas très haut, et illustre la fatuité de la vie.

En cela, l'incipit nous avait bien préparé.

Bravo !

Donald

   Brume   
27/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Il y a des poèmes où il est difficile de faire un commentaire constructif. Je suis juste admirative envers vos vers d'une incroyable beauté.
Bien sûr ils ne sont pas que beaux, ils dégagent une essence, un je ne sais quoi, qui me laisse sans voix.
Quand je lis votre poème j'ai l'épiderme qui frissonne.
Les rimes en "ette" me donnent envie de sautiller, et pourtant le fond ne semble pas si guilleret.
Un grand coup de cœur.

   Ora   
27/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Voyons: Un "Je" insaisissable, d'accord. Un poète qui en ramasse ce qu'il peut, d'accord également. Jusque là je pense capter l'intention du narrateur.

Par contre je ne saisis pas bien ce passage dont les rimes de surcroit me semblent un peu forcées, peu mélodieuses :
"Paroles affables
muettes
Que le temps d’une fable
regrettent

Fleurs irremplaçables
fluettes"

Evoque t'il l'impertinence de la vie? Est-ce pour cela que l'introduction parle de vie jetable?

Je perçois deux thèmes dans votre poème: la difficulté à se saisir soi-même et la condition d'êtres mortels que nous sommes, mais je trouve que les deux sont abordés de façon confuse. Et c'est ce qu'il me reste à l'issue de cette lecture: de la confusion.

   plumette   
13/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Soruf,

je reprendrai bien ces quelques vers à mon compte tant ce début " Je
est une immuable quête " a résonné fort pour moi à la lecture.
Pourquoi écrit-on? Il y a sûrement de multiples raisons et la réponse se trouve parfois dans l'écriture même, miettes, fleurs fluettes ramassées par le poète...

Merci pour ce partage

Plumette ( sensible aux rimes en ette!)

   MissNeko   
13/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J aime beaucoup le jeu des sonorités : beau travail tout en finesse.vis vers sont délicats et légers.
Un beau texte merci.

   Lulu   
13/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Soruf,

personnellement, je ne suis pas franchement touchée par ce texte. Sans doute est-ce dû à sa brièveté et à sa rime en "ette" que je ne trouve pas particulièrement belle.

Par ailleurs, plutôt que "Quelqu'impérissables miettes", j'aurais mieux vu "D'impérissables miettes" ; moins lourd, et moins difficile à l'oreille.

Pour le fond, j'aime assez l'idée d'un "Je" qui se cherche ; mais les images choisies ici ne me parlent pas vraiment pour l'illustrer.

Une prochaine fois, peut -être.

   Anonyme   
13/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,

C'est court mais intensément poétique, et je me demande toujours comment il est possible de parvenir à un tel résultat avec une telle économie de mots.

"Un intarissable poète
Ramasse l’ineffable
cueillette"

Pour le poète, tout est source de poésie. Je trouve ce texte à la fois très pur et très fragile.

Bien à vous,

Wall-E

   Damy   
13/11/2016
J'ai du mal avec la grammaire sur cette strophe:
"Paroles affables
muettes
Que le temps d’une fable
regrettent"
Quel est le sujet de "regrettent" ? Si c'est "le temps", il doit être à la 3° personne du singulier; si c'est "les paroles", le sens de la phrase m'échappe: j'aurais vu dans ce cas là: Paroles...QUI regrettent.
Après avoir éclairé ma lanterne, je complèterai mon commentaire.

   Anonyme   
14/11/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
La quête du "je" ...vaste programme !

Ici c'est un échec pour moi: des rimes en -ette trop enfantines, une multiplication des qualificatifs (impérissables, affables, irremplaçables) à la fois lourde et sans poésie aucune.
La mise en forme ne me convainc pas non plus, parce que sans rythme.
Bref, je ne suis pas du tout convaincu.

   mina   
14/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
court, quelques miettes de réflexions, je trouve la forme intéressante et l'ensemble poétique.

   Pouet   
17/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bjr,

Je reste dans l'ensemble assez agacé par ces rimes en "able" et "ette".

La "quête du je" oui pourquoi pas. La forme épurée pourrait fort bien convenir. Je ne suis toutefois pas convaincu par ces mots, qui, au final, ne laissent que très peu d'empreintes sur moi.

   HadrienM   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Jacques Roubaud semble être passé dans ce poème.

Il y a du non-dit dans l'écriture poétique, et cette Quête en est une admirable démonstration.

Le Je rimbaldien est affublé de doutes. C'est intéressant.

Compliments.

Bien à toi,


Oniris Copyright © 2007-2020