Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
sourdes : Myriades de visages
 Publié le 15/04/17  -  4 commentaires  -  1603 caractères  -  164 lectures    Autres textes du même auteur

« On voit les morts de l'espace
Se rassembler dans les airs
Pour commenter à voix basse
Le passage de la Terre. »
Jules Supervielle


Myriades de visages



Lumières de poussières zodiacales
Sous des banderoles ionisées,
Dans le sillage d’un Soleil convulsif

Des mots d’ordre en orbite
Trajectoires de colères pavées
Voie lactée de cocktails incendiaires

Clartés fiévreuses de l’ordre nucléaire
Aérosols de particules agressives
Larmes en armes, inde irae

Sexes éventrés de peur
Voix de cri primal
Matraques du Jugement Dernier

La Terre est irrespirable
Sous les météorites métaphysiques
Et les gaz des bouches volcaniques

Rêver d’horizons d’événements
À la vitesse paisible de la Terre
Dans une galaxie fuyante

Spires de bras levés
Manches de tissus rougis
Sur des bolides radioactifs

Chants et danses en rythme
À travers des univers répliqués
Et des bruits de fond en écho

Les conjurés de la mort
Surgis de l’oubli des vivants
Invitent à des danses macabres

Les défilés des momies ranimées
Des horlas de vies dédoublées
Traversent des mémoires gravitationnelles

Que se soulèvent les chaînes de montagnes
L’Atlas et le Caucase
Pétrifiés par des mythologies punitives

À terre les gorgones des pouvoirs.
À votre tour d’être sidérées
Par des myriades de visages

Atlas soulevé, Prométhée déchaîné,
Épiméthée berger des ciels animaliers,
Ouvrent les voies aux pèlerins de l’Inconnu

Un déferlement rebelle de mains levées
Dessine des ciels de liberté
Unis à la marche de l’Univers


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   PIZZICATO   
15/4/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne vais pas tourner autour du pot... Je n'ai pas saisi le fond de ce texte et ce qu'il veut transmettre.
Beaucoup d'images que je trouve absconses et qui ne m'ont pas du tout aidé.

   Raoul   
16/4/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Pas convaincu. Déjà, le titre et son (de)2…
Ensuite, se répandent une série d'images à la noirceur complaisante qui évoqueraient cet affreux monde… On est loin de l'intro. de présentation. Presque tout semble "fonctionner" sur la juxtapositions de thermes thechno-esotirico-scientifiques dont le sens et/ou l'engagement - s'il y en a un - m'échappent. Sur moi, l'alchimie ne prend que très accidentellement.
Au final, je trouve ce texte plat - paradoxalement - et d'une lecture fastidieuse.
Pour une autre lecture peut-être.

   silvieta   
16/4/2017
Commentaire modéré

   Anonyme   
16/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une sorte de pandémonnium aux termes fiévreux et convulsifs. "Kaléidoscope" serait plus juste pour décrire ces pans d'humanité où la vie passe et se déchaîne, en une "myriade de visages" sidérés. Un exercice original et difficile pas trop mal réussi, dans l'ensemble.

   Proseuse   
17/4/2017
Bonjour Sourdes,

Mais que se passe-t-il en ce moment sur Oniris, voilà trois poèmes que je lis et qui sont d' une tristesse, mélancolie ou noirceur a me faire presque peur !
je n' ose même pas détailler le champ lexical du poème tant tout est cinglant et dur !
En même temps, si le but du poème était d' être percutant de noirceur, il est très réussi !
Je m' abstiens donc d' évaluer cette fois-ci, mais à vous relire bientôt


Oniris Copyright © 2007-2020