Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
sourdes : Passagers clandestins
 Publié le 16/03/17  -  5 commentaires  -  1285 caractères  -  135 lectures    Autres textes du même auteur

« Peut-être n’ai-je pas vécu en mon propre corps ;
peut-être ai-je vécu la vie des autres. »
Pablo Neruda


Passagers clandestins



Née de cadavres stellaires
Sans le son du sang
La matière reste instable

Débris de brasiers nébuleux,
Bulles ferreuses de l’esprit
Réchauffées dans l’atmosphère

Algols clignotant la nuit,
Fantômes de raisons
Errant dans des marées d’énergie

Égrégores de mondes parallèles,
Champs magnétiques des âmes
Dans des tempêtes de mémoires

En nous ne s’explique rien
Qui conduit au trépas.
Vivons à rebours

Qui est le clandestin en nous ?
Qui êtes-vous en vous ?
Qui pousse par-dessus bord ?

Avancez-vous en double ?
D’où venez-vous ?
Êtes-vous d’autres perdus ?

Nous sommes en marche
Cortège éruptif de silences
Ombres célestes habitées

Pour migrer au-delà
Des vieilleries de l’histoire
Rien n’est su

Méditer ou voyager
Dans les espoirs cosmiques
Privés d’oxygène

Respirer à fond
Coureurs aux jambes de jungle
Au bord d’un trou noir

Corps des exploits
Galbes abandonnés
Aux sueurs de rêve

Faire sien en son sein :
Un alien désaliéné,
Un alter désaltéré

Milliards de vivants élevés
À une puissance transfinie
Un


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
26/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Hou!la!la! ... qui suis-je ? ai-je seulement la place, ici de me poser la question ? et y a-t-il à cela une réponse possible ?
Merci pour ce poème qui déracine l' être , après cet écrit , ... il faut atterrir !
Une lecture que j' ai bien appréciée même si elle décoiffe un peu !
à vous relire bientôt

   Michel64   
16/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qui suis-je, où suis-je, dans quel état j'erre ?
Blague (éculée) mise à part j'ai beaucoup aimé votre poème.
Qui n'a songé à notre place dans cet univers insondable, plein de mystères aussi grands que lui. Sommes nous vraiment ce que nous pensons être. Somme nous plusieurs dans nos têtes et tout cela ne fait t'il que le "un" du dernier vers?

Les octosyllabes et la succession de petits paragraphes donnent un bon rythme à l'ensemble.

Seules les "jambes de jungle" me sont restées un mystère (un de plus).

Merci pour ce bon moment de lecture.
Michel

   BeL13ver   
16/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup plusieurs passages :

"Sans le son du sang/ La matière reste instable"

"Algols clignotant la nuit,/ fantômes de raisons/ Errant dans des marées d'énergie"

"Vivons à rebours."

"Méditer ou voyager/ Dans les espoirs cosmiques/ Privés d'oxygène."

J'aime moins le reste, mais l'ensemble est joli et sonne bien à l'oreille. Il dérange les clandestins que nous sommes. J'aime beaucoup ce poème, qui, sans être génial, résume la beauté de l'Univers et le mystère de la Vie.

   Sodapop   
16/3/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce poème rassemble tout ce que j'aime en poésie. Des vers courts aux mots percutants, qui suffisent à faire passer une réelle émotion. C'est onirique, chimérique, on se balade dans une atmosphère à la fois lugubre et fantastique. Très peu de ponctuation, comme si l'auteur avait écrit son œuvre d'une seule traite, sans faire intervenir sa pensée, en jouant de ses sens. C'est à se demander si l'auteur n'a pas utilisé l'écrire automatique pour la création de son poème. Pour que ce genre fonctionne, il faut une véritable rythmique, et la fluidité à la lecture est vraiment étonnante.
Que dire de plus à part bravo, vous êtes parvenu à me transporter. Je serais très attentif à vos écrits dans le futur...

   Queribus   
18/3/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour sourdes,

J'ai bien aimé l'écriture"moderne" du texte; je l'ai toutefois trouvé un peu abstrait malgré de belles images; je l'ai trouvé aussi un peu long et j'aurais préféré quelque chose de plus condensé et de plus percutant. En conclusion, j'ai trouvé l'ensemble sympa sans plus mais je reviendrai vous lire à l'occasion.

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2020