Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
sourdes : Vis la vie
 Publié le 25/12/17  -  7 commentaires  -  1504 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

« Vis la vie puisque tu n’es pas mort de la mort. »
Textes des Pyramides


Vis la vie



Les froids se sont tus devant la mort inexorable, et l’effroi, le sais-tu, s’est emparé des âmes devant leur sort irrémédiable.

L’hiver avance sur nous et les pères s’enfoncent dans le sol, un glaive de mémoire à la main, pour mieux percer la croûte terrestre qui résiste encore un peu à leur volonté. Ne sens-tu pas la pointe acérée d’une lame chaude du passé qui se délite sous la pression de tes doigts aimants et le frottement granuleux des cristaux terreux ?

D’ores et déjà tu devras fourbir tes propres armes, celles de nos ancêtres ne sont plus huilées et glissent bruyamment dans leurs fourreaux ornés d’ombres.

Je te sais en paix avec ton père mais pas avec ta mémoire, celle que tu entretiens depuis toujours et que tu retiens à présent de tout ton corps, un barrage contre les dieux et leur trop-plein d’informations disputées.

Seul face à toi-même, ta mémoire sera plus précise en réaction à des pans entiers de souvenirs, amputés d’une présence défaillante. Je connais les horloges patientes et les avenirs anciens qui parlent en toi et brillent parfois au-dessus des cavernes de l’esprit à explorer ou des cavurnes de cendres à réchauffer.

Il te reste à errer dans les souvenirs, à la recherche d’une mémoire absolue, perdre ton temps qui ne se remplit de rien attendu et trouver la force de vivre dans ces nouveaux intervalles aux bornes infinies, à jamais vides.

Là est le repos éternel d’une vie bien remplie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
12/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
prose
Qu'en termes nobles, votre texte est rédigé ; qu'en peu de lignes celui-ci révèle son histoire ; que philosophique est votre réflexion !
Une prose qui ne fait pas fuir le lecteur de par trop de langueur et laisse à réfléchir, à se regarder dans la glace, seul maintenant que le père est parti .
la 5e strophe se détache de la toile avec cette image " au-dessus des cavernes de l'esprit à explorer/ou des cavurnes de cendres à réchauffer " !
papipoète

   PIZZICATO   
25/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Fort bel écrit. Une prose qui sait parfaitement mettre en valeur la poésie.
Une réflexion sur la mémoire face à la mort ; une écriture raffinée.

" Les froids se sont tus devant la mort inexorable, et l’effroi, le sais-tu, s’est emparé des âmes devant leur sort irrémédiable. " très belle entame.

   myndie   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour sourdes,

Quelle richesse de réflexion et d'émotion dans ce poème !
D'emblée j'ai été séduite par votre style qui sublime magnifiquement cette méditation introspective sur la vie, la mort, les mémoires et qui mène à la prise de conscience plutôt qu'au désenchantement.
Comme une exhortation à se prémunir des noirceurs de la vie quand les temps d'insouciance ont disparu.
En prélude, le premier vers est d'une finesse d'écriture remarquable.

Tout comme celui-ci:
« Je connais les horloges patientes et les avenirs anciens qui parlent en toi et brillent parfois au-dessus des cavernes de l’esprit à explorer ou des cavurnes de cendres à réchauffer ».

Votre poème m'a emmenée bien loin dans la réflexion, bien au-delà de son apparente simplicité. Et ce n'est pas si souvent.

Merci pour ce partage

   Brume   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sourdes

En réalité je trouve pas les mots pour vous dire pourquoi je trouve votre poème d'une grande vérité, d'une grande profondeur.
Quand je vois que votre poème suscite si peu de commentaires j'ai trouvé cela injuste et ne pouvais continuer à passer en silence.

Mais que dire face à ce poème si spécial? Tout est dans la finesse. Oui l'Homme, les ancêtres, la vie, la mort, nos vies antérieures. La lecture de votre poème m'invoque quelque chose que je ne peux expliquer.
Tout est dit mais d'une façon très concise, exprimé d'une manière unique.
À mes yeux vous avez su mêler la poésie et la philosophie sans être rébarbative.

   Anonyme   
28/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Sans doute cela vient de moi, mais j’avoue que je n’ai pas compris de quoi parle ce texte, sauf si c’est d’exprimer que nous sommes pris entre deux peuples : ceux qui nous ont précédés dans la mort et ceux qui nous y suivront… dans la mort et dans la vie… question de timing.

Ensuite que la mémoire soit un glaive dans la main des pères pour percer la croûte terrestre… je ne perce pas, quant à moi, la métaphore…

"Ne sens-tu pas la pointe acérée d’une lame chaude du passé"… je sens bien une pointe du passé parfois, mais pas spécialement chaude… et ce serait plus un souffle qu’une pointe…

Comment peut-on être en paix avec son père et pas avec sa propre mémoire… serait-ce une sorte d’esquive ?

Mémoire – barrage contre les dieux… ???

'Seul face à toi-même, ta mémoire sera plus précise en réaction à des pans entiers de souvenirs,
amputés d’une présence défaillante.' ma foi… si c’est écrit ; o)

Je passe un peu plus bas sans m’attarder, de toute façon je n’entrave rien…

et j’arrive à : 'perdre ton temps qui ne se remplit de rien attendu et trouver la force de '… manquerait pas un petit quelque chose ici ? "D’attendu" peut-être ? ou alors je ne suis vraiment pas dans un bon jour… ce qui n’est pas à exclure du tout.

"Là est le repos éternel d’une vie bien remplie." ... le poème aussi est rempli, mais de quoi ? Vous l'aurez compris je patauge...

Alors peut-être que tout cela parle d’une tradition du temps des pyramides et c’est à lire à cette lumière, mais comme je ne la connais pas je ne peux me servir de cette clé, si elle existe.
De toute façon une clé doit exister…

Au final, je n’ai pas compris, pas ressenti grand-chose et donc pas accroché du tout.

Dans mon ignorance je ressens le propos assez lourd, et de poésie, au sens d’une ou deux belles ou fortes images… je reste sur ma faim aussi.

Cordialement

   Queribus   
29/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai trouvé votre texte remarquablement écrit, concis avec des phrases assez courtes et bien construites qui se lisent facilement.

En ce qui concerne le fonds, celui-ci me semble plus abstrait et plutôt réservé à une élite qui comprendra et appréciera certainement après plusieurs lectures, l'aspect "philosophie" pouvant être rébarbatif pour certains.

Globalement, je trouve quand même le résultat positif avec sa belle écriture malgré son côté un peu "intello".

   wancyrs   
2/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
L’ecriture Est belle, mais le fond ne dévoile pas grand chose. Il y a cet être tourmenté, mais tourmenté pas quoi ? De vieux souvenirs... pour moi ça reste vague pour savourer pleinement ce texte si bien ecrit
À un prochain ?

Wan


Oniris Copyright © 2007-2018