Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Sodapop : ƇƛƦƝƛƓЄ ƬƦƛƘԼЄ́ЄƝ
 Publié le 26/12/17  -  12 commentaires  -  706 caractères  -  241 lectures    Autres textes du même auteur

"Ҭὄὗṩ łἔṩ ƈђἔмἷᾗṩ ḋὗ мὄᾗḋἔ мἔ̀ᾗἔᾗҭ ᾄ̀ ḋἔṩ ƈђᾄʀὄʛᾗἔṩ."
Georg Trakl


ƇƛƦƝƛƓЄ ƬƦƛƘԼЄ́ЄƝ



À la lisière du bois erre mon âme, désincarnée,
Dissociée de mon corps malade.
Ô pourriture profonde des catacombes !
Les cyprès noirs de la forêt poussent, asymétriques,
Et perforent les chairs macabres de la trinité.
Observent dans la nuit, les loups sauvages,
Dans le silence hurlant de l'automne.
Odeurs d'épouvante, blasphématoires,
Musc, sexe, gibier.
Se mélangent aux essences, la bile et le sang.
Le chasseur éventre la bête
Et dévore insatiable la lumière,
Dernier souffle de vie.
Des maladies s'épanchent au taudis de mon âme.
Des maladies s'épanchent aux tréfonds des carnages
Où rôdent encore
Helian et Elis.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BeL13ver   
11/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'auteur fait le pari de dénoncer le viol sous l'aspect de la dénonciation de la chasse. C'est l'interprétation que je fais de ce texte. Je ne maîtrise pas assez les codes de la mythologie germanique pour comprendre tous les tenants et aboutissants de ce texte.
L'auteur semble prendre un malin plaisir à jouer de codes paranormaux pour les détourner et faire passer un message beaucoup plus humain : Viol = Chasse = Mal. Il emploie ces artéfacts qui semblent sortis d'un rituel magique pour faire éprouver au lecteur un certain malaise. Et il y parvient très bien.
Personnellement, j'ai de la difficulté à ce qu'on me mette mal à l'aise en poésie, mais, ici, ce texte est assez réussi dans son ensemble. L'auteur me paraît aimer jouer avec les limites de son lecteur. Quoi qu'il en soit, je réévaluerai peut-être mon appréciation en cas de parution.

BeL13ver, en Espace Lecture

   bipol   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour, je ne comprends pas ce que veut dire

une âme désincarnée

car si elle était incarnée

elle ressemblerait à quoi?

je n'ai pas d'attirance pour le Dark Gothique

   papipoete   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Sodapop
Ceci n'est que mon interprétation ; une bête féroce à 2 jambes, 2 mains et un cerveau de pierre, vient de commettre l'irréparable sur une pauvre victime ; et il se regarde ...
NB je ne sais où se situe ce macabre épisode, mais pas dans un cimetière où règne le calme et la paix ! Je verrais plutôt la scène se dérouler non loin d'un tas de branchages, d'où dépasse la main d'une joggeuse ...J'ai du mal à apprécier vos vers sur un sujet ( mon interprétation )qu'on voudrait imaginaire, mais non, bien réel à un jet de pierre de nos paisibles foyers !

   PIZZICATO   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Pour ma part, un texte ésotérique dont je ne suis pas parvenu à définir le sens ; à moins qu'il ne s'agisse d'un profond rejet de soi, voire dégoût (??).

Les deux prénoms de la chute me laissent encore plus perplexe...

   myndie   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Sodapop,

Décidément, il y a un style Sodapop, une griffe Sodapop.
Je me souviens d'un précédent poème qui 'avait emballée, sur le thème de la ville, dans une forme tout à fait expressionniste.
Pour mon plus grand plaisir, tu persistes et signes! (Un léger souffle gothique en plus)
Ce sera sans doute me répéter que de dire ici ma passion pour l'expressionnisme dans l'Art.
Ce qui peut sembler malsain n'est que l'expression des angoisses, des terreurs, de la violence du monde. Avec le corps pour support, à l'instar de nombreux peintres, comme E. Schiele, un rapport à la chair tourmenté et violent, des images torturées exaltant la déchéance et une certaine morbidité.
C'est exactement ce que je retrouve dans ta poésie et c'est ce qui me plaît autant. Mais comment en douter quand on trouve Trakl dans tes références?
Juste un petit bémol quand même : trop d'insistance menant au pléonasme, je trouve que le sens du texte ne perdrait rien si le "désincarnée" du 1er vers disparaissait...

A part ça, j'adore ce poème.

myndie

   silver   
26/12/2017
Bonjour Sodadop

La lecture de votre poeme a généré en moi un vrai malaise...

Je ne connaissais pas Georg Trackl, alors je suis allée me renseigner sur Internet et de ce que j'ai pu en lire, il semble que vous ayez bien réussi à évoquer son univers tortutré et hermétique, chargé de symbolisme.
Tout en créant une oeuvre originale, qu'on apprécie ou pas mais qui ne laisse pas infifférent.

   MissNeko   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sodapop

On reconnait bien ta pâte dans ce poème : morbide, glauque, violent, romantico-gothique... du sang, de la chair, du sexe et de la charogne.
je vois en ce poème un hommage au poète expressioniste Trakl auteur ô combien torturé... je ne connais pas bien ce poète ( j'ai toujours du mal à lire les traductions : il faudrait connaitre la langue maternelle de l'auteur pour tout comprendre et apprécier) mais je sais qu Elis et Hélian sont des personnages de son oeuvre et je sais qu'on retrouve les thème de Dieu, de la nature, de l'automne, de la mort, du blasphème (relation incestueuse avec sa soeur) de la décadence de la sociéte.... On retrouve donc bien cet univers ici : la décadence de l'être humain qui se vautre dans le sexe; le sang et la violence.
on se demande en l'espèce si le narrateur ne serait pas aussi le chasseur? de la schizophrénie dans cet air putride ?

   Brume   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Sodapop

Un poème au style - j'ose le dire - gothique.
Je ne suis pas très fan de ce genre de poème, mais là je peux dire que l'écriture est belle et a du caractère, ce qui offre à votre récit une certaine beauté.
Le fond m'évoque le Mal, un démon, ou un loup-garou, ce qui me plonge dans un univers fantastique.
Vous auriez pu tomber dans le too much, le grotesque, au contraire vous avez réussi à trouver le juste équilibre.
Les mots sont bien choisis, ils mettent du pep's à la narration.

J'ai tiqué sur "désincarnée", une âme est par nature désincarnée, je trouve cette image inutile.
Je ne sais pas qui sont Helian et Elis - petit clin d'oeil au poète Georg Trakl - mais vu le contexte je pense que ce sont peut-être de sombres personnages.

   fugu   
28/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne suis pas fan de la poésie gothique où tous les sentiments sont exacerbés. Le style est souvent emphatique voire théâtral.
Ici, l'on ne déroge pas à "la règle".

Juste une remarque qui vaut ce qu'elle vaut : Il y a selon moi une redondance avec ce passage :
"mon âme désincarnée/dissociée de mon corps"

C'est un style, qui m'échappe.

   Raoul   
31/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour, bon, je ne suis pas très convaincu par cette poétique noire.
"Je suis le soleil noir de la mélancolie" disait Nerval, ici point de soleil (s). Il n'y a pas de contraste, on est en pleine dans la gangue.
Outre que le thème n'est pas très original - il suffit d'écouter de la cold wave - c'est le style qui me dérange et me plombe - là c'est réussi comme effet - répétitions - pourtant je goûte la poésie des litanies et listes -, ce sujet pluriel qui éprouve, le manque de rythme, les images convenues et déjà balisées par un genre.
Oui, l'écriture de genre - surtout en poésie - c'est très compliqué.
Ici, je trouve une complaisance à se lover dans la noirceur des vampiriques, des mortels, des agonisants et autres gothiques, mais pas de chemin réellement personnel.
Lire une page de la Aurora de M. Leiris.

   Marie-Ange   
4/1/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
J'ai lu et relu, franchement je n'arrive pas à assimiler
ce genre d'écrits, le côté sombre, lugubre, macabre,
je trouve cela déplaisant. De plus, le côté poétique semble
bien lointain.

"Des maladies s'épanchent au taudis de mon âme,
"Des maladies s'épanchent aux tréfonds des carnages..."

Cela me fait froid dans le dos, et cela n'a rien de très réjouissant.

Tout ce texte étant du même acabit, je n'ai pas réussi à me sentir
très à l'aise avec vos propos, ils m'ont très largement tenu à distance.

   Alcirion   
4/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sodapop,

bon, avec moi, tu as un client, j'ai beaucoup aimé l'atmosphère de grandeur morbide de ton texte. La réussite tient en partie au choix lexical, délibérément négatif et malsain, on peut créer une ambiance de cette façon.

J'aime beaucoup les deux vers :
Des maladies s'épanchent au taudis de mon âme.
Des maladies s'épanchent aux tréfonds des carnages

Ce genre de texte divisera forcément les lecteurs, pour moi une belle réussite gothique.

A te relire.


Oniris Copyright © 2007-2017