Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SQUEEN : On oublie la fête
 Publié le 10/11/19  -  8 commentaires  -  811 caractères  -  195 lectures    Autres textes du même auteur

La tête qui tourne et qui retourne...


On oublie la fête



On oublie la fête
le pavé humide
presque trop lucide
mon pas s'y reflète

Le froid m'ankylose
la beauté nocturne
quand s'en vient la lune
se pare de rose

Et dès qu'elle se pose
ronde solitaire
plus qu'une misère
le sombre s'impose

On oublie la fête
les étoiles en joie
magnifique émoi
et tout se déleste

Fatigue tristesse
lendemain mal être
je vais disparaître
et pour qu'il ne naisse

Fière solitude
devant toi je dresse
commune caresse
mienne lassitude

On oublie la fête
l'instant qui bascule
l'infini calcul
où tous se détestent

On oublie la fête
l'instant qui bouscule
l'homme tentacule
n'aura plus de tête


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
10/11/2019
bonsoir SQUEEN
au bas de votre texte, nulle écriture pour vous faire la fête, alors sous ma plume voyez comme un lampion, histoire d'oublier un peu demain-matin qui montre le bout du nez !
J'avoue qu'à part votre infinie tristesse, que la fin du bon temps vous inspire, la teneur de vos vers m'apparait complexe, et ne puis me prononcer sur leur qualité ?
techniquement, je vois des quatrains de pentasyllabes, puis tout d'un coup, au 13e vers, celui-ci prend un pied de plus !
NB il fut un temps jadis, quand je travaillais, songer au lundi-matin alors que dimanche ne faisait que débuter, me tourmentait comme le diable ( que j'allais retrouver derrière son bureau... au rapport )

   Provencao   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C’est sans doute à un vers comme celui-ci :" l'instant qui bouscule" que les différents commentateurs tenteront de répondre....

A quoi devons-nous nous attendre à cet instant qui bouscule?

J'avoue ne pas avoir compris le texte....je vous laisse soin de nous expliquer.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Annick   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suppose que le narrateur a assisté à une fête mais le terme reste vague puisqu'il n'est pas dit de quelle sorte de fête il s'agit.

Après les festivités, il se retrouve face à sa solitude, à son mal être, sa lassitude, sa fatigue et sa tristesse au point de penser à en finir avec la vie.
C'est le désenchantement fatal, l'instant qui bascule, qui bouscule :

Fatigue tristesse
lendemain mal être
je vais disparaître
et pour qu'il ne naisse

J'ai l'impression en lisant les trois premières strophes que l'univers du narrateur, c'est la rue.

La fête est considérée comme le mirage d'un soir. La lune semble représenter ce mirage mais bien vite, après la fête, "le sombre s'impose".

L'anaphore "on oublie la fête" n'est pas présente à chaque premier vers de chaque strophe. Elle exprime la volonté, comme une sorte de résignation, de revenir à la dure réalité : se retrouver face à soi-même, devant ses difficultés, peut-être après que les vapeurs de l'alcool se soient dissipées.

Ce poème évoque la lucidité du narrateur face à l'artifice d'un bonheur fabriqué :

On oublie la fête
le pavé humide
presque trop lucide
mon pas s'y reflète

Les vers courts sont autant d'instants fugitifs.


Un poème difficile à cerner.

   Vincente   
11/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
La fête joue ici un jeu de dupe, un triple jeu où elle se prétend réjouissance mais elle s'avère éphémère et décevante, et puis elle dissimule sous son terme séduisant la vie sociale de son narrateur, qui ici, s'avoue dans une expression, une réalisation très ambivalente.

Le maelström qui l'a jadis emporté le laisse aujourd'hui las, désabusé, et attristé car il est maintenant trop tard pour recommencer ou même reprendre ne serait-ce que la dernière partie du chemin. La dernière strophe, la plus réussie à mes yeux, le dit sans appel :
" On oublie la fête
l'instant qui bouscule
l'homme tentacule
n'aura plus de tête
".
L'homme à l'espoir surpuissant n'est plus, "oublié" de facto.

Concernant la forme en hexasyllabes sur huit quatrains, elle m'a paru plutôt "sèche", assez rude en première lecture. Ce côté systématique n'est pas très agréable en soi, d'autant que les rimes proches surchargent la scansion, mais j'imagine que l'intention de l'auteur était de "cadrer" son poème dans une systématique, une sorte de mécanique irrépressible rappelant celle du temps qui semble avoir bien endommagé la vie évoquée. (un détail : je n'ai pas trouvé bien inspiré le vers"mienne lassitude").

Je reste mitigé sur l'ensemble. L'intention est intéressante, le propos assez inspiré, dans un dévers tourmenté avec une force assez convaincante, mais la forme me laisse dans le doute quant à sa pertinence et puis l'attractivité du traitement du sujet ne m'a pas trop emporté.

   Davide   
11/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour SQUEEN,

Ce poème, on dirait qu'il tourbillonne sur lui-même, à l'image de son narrateur, sans doute bien éméché. La fête finie, et son mal-être revient, accompagné de dame solitude et de toute la misère de sa vie. Un plaisir solitaire retarde tant bien que mal le retour au réel où "tous se détestent", où la conscience de soi-même estompe la griserie 'inconsciente" des fêtes alcoolisées.

Cela dit, je me suis plu à voir derrière cette simili "danse macabre" une métaphore de notre société contemporaine, où la somme des divertissements nous détourne sans cesse de nous-mêmes et de notre conscience d'être au monde. Je ne veux pas entrer dans quelque discours philosophique, surtout que la visée du texte me paraît on ne peut plus politique, mais la généralisation appuyée du dénouement ("l'homme tentacule / n'aura plus de tête") a le mérite de poser question sur l'avenir de l'homme et de la responsabilité de ses actes. En cela, la métaphore est "tranchante", provocante, mais ô combien suggestive.
Un détail : je ne suis pas sûr d'avoir compris l'image de "l'infini calcul".

Je ne suis pas sûr - non plus - de mon interprétation, évidemment, mais elle a le mérite de me faire aimer ce poème !

   hersen   
12/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte qui dit bien la désespérance, sans s'embarrasser de contorsions inutiles.
Tout est livré haché, mouliné, des vers courts qui courent, qui disent vite.

La fête et ses illusions, et sa fin avec l'éternelle solitude.
à la fin, l'homme n'aura plus de tête; Plus de coeur non plus, sans doute.

   LylianR   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Les idées évoquées restent floues, un peu imprécises, j'ai du mal à rentrer dans cette dégringolade qu'est cet après fête où le spleen s'impose.
Mais le rythme du poème est intéressant. C'est comme un vertige qui happe le narrateur. Les vers courts contribuent grandement à cette impression de descente aux enfers :

On oublie la fête
l'instant qui bascule
l'infini calcul
où tous se détestent

   SQUEEN   
14/11/2019
Remerciements lien vers


Oniris Copyright © 2007-2019