Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Syntaxerror : Les forains
 Publié le 06/02/15  -  7 commentaires  -  1491 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

Poème d'il y a un an ou deux… Je le publie pour m'en débarrasser, ce que vos avis permettront sûrement.


Les forains



Tu dois Me dévêtir
Et me laisser au sol où somnole le clown,
Enfin démaquillé de son fard souvenir,
Laissant, des noirs forains, les Fly me to the Moon,
Se perdre en son sourire
Là des tigres rêveurs nous épient sous la lune
Au galbe d'un halo,
Chérissant comme un bien de leurs vieux bungalows
Nos calmes infortunes,
Couché tout près du clown je vois ses ballons bleus…

Soufflés, loin, comme pour un vœu.
Mais il soulève un cil et dévoile
L'étiolement des pleurs – en lui rient les étoiles
Il s'esclaffe et se cache
Tandis qu'un chant hanté renaît du Chapiteau
Dont je brave les bâches,
La cantatrice est là, sa paupière est mi-close,
Et son souffle altéré
Parle d'un inconnu qu'elle aurait rencontré.
La chanson est belle
Et j'aimerais la vivre.

Alors,
Je suivrai les forains
Et j'irai très, très loin
Et pour très, très longtemps
Me ferai tour à tour pécheur ou pénitent,
Je sonnerai le colt à l'entrée des saloons,
Je serai bateleur, je serai Hidalgo,
Géographe ou Flambeur ou Children Indigo,
J'entretiendrai le feu d'un Fly me to the Moon
– Les Nains me troqueront contre des bourricots
Mais je continuerai
J'irai.
J'irai, j'irai rajeunissant,
Dépasserai le seuil du monde des passants
Je m'oublierai dans la marche
Et fier d'avoir marché
Je changerai pour vivre et vivrai pour Changer.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   myndie   
12/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne comprends pas pourquoi vous voulez vous débarrasser de ce poème, comme si vous reniiez ces vers que je trouve très beaux.
Bien qu'il soit de facture contemporaine, votre texte est habité par un souffle de poésie classique qui rend sa lecture très agréable.
Il y a bien sûr ces alexandrins bien construits qui lui donnent sa respiration, sa musique et la cadence des sons, des couleurs, des images.
Il y a ce rythme subtil, ce tempo nuancé et ondoyant qui parcourt tous les vers, quelle que soit leur métrique.
Il y a la finesse des images, « les tigres rêveurs », «  le galbe d'un halo », « l'étiolement des pleurs – en lui rient les étoiles ».
J'aime la richesse émotionnelle et la force suggestive de votre poème. J'ai dû lire quelque part (mais je ne sais plus où) que « l'imagination va où le poète veut qu'elle aille ». Il en est la parfaite illustration.
J'ai relevé une maladresse au 15ème vers, ou peut-être un effet voulu mais j'ai buté sur ces 2 mots « chant hanté » et la répétition inesthétique du même son.
Les deux premières strophes, descriptives, sont mes préférées.
Si vous n'en voulez plus de ce poème, moi je le prends !

   David   
6/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Après la première majuscule à "Me" au premier vers, je m'attendais à ce que le narrateur reprenne cette posture divine tous le long du poème, mais c'est peut-être juste une faute de frappe, bien que ces majuscules, outre les débuts de ligne, aient une distribution qui m'intrigue un instant, à Fly, à Chapiteau, à Hidalgo, à Flambeur, à Children Indigo, à Nains, et à Changer pour la fin. Minuscule au bateleur comme aux bourricots ou aux passants, aux pêcheurs, aux pénitents...

Ceci étant dit, j'aime beaucoup cette histoire, ce poème, ça m'évoque le "sensation" de Rimbaud, pas seulement pour le "J'irai, j'irai... " et c'est pas tout à fait rimbaldien non plus, c'est juste dans la façon de se faire lire je crois. Je trouve aussi très rock'n roll les passages en anglais, le tout forme une superbe poupée gigogne qui demanderait de la dépoiler. J'arrête les rimes, la fin aussi après les propos comme une brume laisse son aphorisme avec brio.

   papipoete   
6/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Syntaxerror; premier poème publié par Oniris; poème dont vous vous débarrassiez; poème dont vous n'espériez pas d'éloges! Que serai-ce, si ce fut un texte qui vous plaisait et duquel vous rêviez qu'on soit admiratif?
En plus de la richesse des mots, des couleurs, vous usez de la ponctuation en "libre"; j'en suis ravi car je reste partisan de ces virgules, points qui montrent l'intonation à prendre, qui donnent le poids aux mots.
Que ne ferait pas le héros pour suivre les forains qu'il aime tant; jusqu'au jour où "des nains le troqueront contre des bourricots"?
La cantatrice à la paupière mi-close chante un air si beau; celui peut-être d'une romance entre un clown et une trapéziste, il y a fort longtemps, quand le chapiteau flamboyait?
J'aime ce vers "dévoile l'étiolement des pleurs_en lui rient les étoiles"
bémol; j'aurais préféré une autre formule que "chant hanté"

   Disciple   
6/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Et, du coup, vous pourrez enfin écrire votre poème « les forains » !
A vrai dire, c’est surtout le titre qui ne va pas : la recette est bonne, je trouve. Dans ce poème, il s’agit, à mon gré, d’un auteur qui se parle à lui-même, qui se donne les clés et se motive pour écrire un poème sur la vie foraine, à ses yeux, pleine de poésie. De fait, elle n’en manque pas (bien que cela ait aussi son revers). Mais par là, le poème semble dévoiler le fait que l’auteur a buté contre les difficultés d’un tel projet, et qu’il a éprouvé le besoin de se faire la leçon et de se « motiver » pour dépasser ce qui retenait son envol. - Peut-être en voulait-il trop ? C’est ce que je me dis, en tout cas. Par exemple, incarner tous les personnages cités ne me semble pas nécessaire pour animer la vie foraine. Un seul suffit, quel qu’il soit : acrobate, jongleur, bateleur, etc., à votre choix, selon votre goût, (et aussi vos connaissances), vous pouvez même incarner un tigre, ou un cheval, si vous le voulez, la poésie l’autorise : à travers les yeux de ce personnage, tous les autres pourront vivre, toutes les aventures, tous les décors, toutes les époques, pour peu (en fait c'est énorme) que vous l’impliquiez profondément dans une histoire (significative) qui le lie à tout cela, et que lui vous dotiez d’un trait de caractère essentiel et légitime: qu’il soit poète, lui aussi - et même, si j’ose le dire, le poète que vous êtes.

   Francis   
6/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sous ce grand chapiteau, un bouquet d'images poétiques :des tigres rêveurs une cantatrice, paupière mi-close, un clown aux ballons bleus... Bravo les saltimbanques aux poches trouées , vous nous faites rêver !

   Damy   
7/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci beaucoup de m'avoir embarqué dans votre balade de cirque.
J'aime le rythme, très chaloupé qui prête le flanc à un arrangement musical et à une bien belle chanson. J'aime les rimes anglaises et j'adore Fly me to the moon chantée par votre cantatrice langoureuse à la paupière mi-close. Au fond, je me demande s'il ne suffirait pas de remplacer les paroles de ce tube par les vôtres pour hanter le chapiteau.

   Robot   
16/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est surtout le rythme qui m'a plu dans ce poème. La ponctuation souvent bien placé force à s'arrêter et donne une respiration qui correspond parfaitement à l'expression de la pensée du narrateur. Et puis il y a ses images très insolites et belles comme de jolies pierres précieuses gansées dans le chaton des paragraphes.


Oniris Copyright © 2007-2019