Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
thea : Mélancolie douce
 Publié le 06/11/09  -  13 commentaires  -  859 caractères  -  353 lectures    Autres textes du même auteur

L'automne...


Mélancolie douce



Spectacle

Le matin diamante encore de mille façons
Le jardin pâle et fané
L’automne s’installe en transparence
Monotonie des jours sur l’ombre de mes chagrins
Quelques larmes inutiles
Sur les branches des arbres

J’ai froid

Mon âme s’est repliée sous la grisaille
Et j’entends se profiler malgré moi
Les avancées de l’ennui
L’hiver frissonne sous la ramée
Les feuilles s’envolent légères
Entrelacées d’une mélancolie douce
La chanson est passagère
Et je revois l’été rire sans écho

Voyage

Les éclats de couleurs bientôt seront là
Pour anoblir la saison
Sans doute oublierai-je
La traversée du désert sur mes voyages
Pour retrouver en mémoire
Le bonheur de te savoir quelque part
Si près de la joie à te retrouver


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lylah   
6/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Théa,

J'ai beaucoup aimé la première strophe, fluide et musicale; et particulièrement : "L’automne s’installe en transparence
Monotonie des jours sur l’ombre de mes chagrins"

Dans la suite, j'ai moins aimé certains passages, un peu lourds à mon goût :
"Et j’entends se profiler malgré moi"

"Et je revois l’été rire sans écho"

"Les éclats de couleurs bientôt seront là"

"Sans doute oublierai-je
La traversée du désert sur mes voyages"

A part ces quelques remarques, ce joli poème offre une lecture qui berce le coeur dans sa mélancolie doucereuse.

   Anonyme   
6/11/2009
J'essaie toujours (on ne pourra pas dire que je n'essaie pas) de rentrer dans ton univers. J'ai toujours l'impression que tu me parles encore et toujours de la même chose... et donc, j'ai toujours cette désagréable impression de relire indéfiniment un même poème de thea...

j'apprécie les mots ou vers isolés (Spectacle, j'ai froid et voyages)...

Le rythme tient la route.

Sinon pour les bémols je trouve le troisième vers de la première strophe bien... le reste est un peu plan plan la praline...
Deuxième strophe j'aime le vers de clôture.
La dernière j'aime pas trop.

Alors désolée mais une fois n'est pas coutume, c'est ici le fond qui me gâche surtout l'ensemble.
La forme, bien que manquant d'originalité, se tient.
ça se lit.
Mais ça ne laissera aucune trace sur ma mémoire. Désolée.

Je ne note pas, je ne vois pas l'intérêt puisque véritablement je ne ressens rien du tout à lire ce genre de poésie. Désolée tu n'y es pour rien...
Merci et bonne continuation, sur cette voie ou une autre.

   Anonyme   
6/11/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
D'un point de vue technique et fluidité des mots c'est incontestablemment un beau poème.
La maitrise est là, à travers ces deux vers par exemple

"Les avancées de l’ennui
L’hiver frissonne sous la ramée"

Mais le fond me gêne: je n'aime pas ces vers que je trouve un peu plaintifs, un peu naifs, un peu suranés.

La mélancolie est un théme un peu trop fourre tout pour moi et il permet d'exprimer des sentiments trop personnels.

Je ne remets pas en question le travail, mais le thème en fait.

Bon courage.

   lotus   
6/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis devenue un peu avare en commentaires mais depuis le début, je lis tes créations avec beaucoup d'intérêt.

J'ai l'impression ici de me retrouver dans un théatre de la mélancolie devant une piece en trois actes avec l'automne en toile de fond.

Tu sembles bouder souvent la ponctuation et moi j'aime ça et malgré ce manque , il y a toujours une musicalité qui se fait entendre à qui sait "écouter". J'ai lu ton poème à haute voix et me suis laissée envahir par ta mélancolie.

Ce ne sont pas de simples mots en enfilades, énumérés on ne sait trop pourquoi...non, chaque phrase a sa raisonnance et chaque paragraphe propose un tableau.Même si j'ai l'impression qu'on en revient toujours à un thème qui t'est cher, c'est fait avec subtilité et grâce, cette grâce des grandes amoureuses , parfois un peu fleur bleue.

Tout ça pour dire que j'ai aimé.

   jaimme   
6/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis passé plusieurs fois avant de me décider.
Trop peu touché à la première lecture, et pareil aux suivantes.
Je ne parlerai pas du fond, chacun est libre, mais c'est vrai qu'il est peu en accord avec moi en ce moment (de la versatilité du lecteur de poésie!...).
Non c'est plutôt la forme qui ne s'accorde pas vraiment. Par exemple: "Quelques larmes inutiles - Sur les branches des arbres": je vois l'image dans la nature, mais lorsqu'il s'agit de la transposer au cœur humain je le trouve trop fade.
En revanche la musicalité est en harmonie avec le thème.

   Chene   
6/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Thea

Je retrouve sous ta plume ce regard introspectif qui anime ta poésie.
Il peut y avoir deux façons d'aborder ce regard. Soit celle de l'empathie, soit celle du rejet.

La première agit comme un livre ouvert sur un espace temps biographique. Et l'intention de l'auteur peut se comprendre comme une volonté de partage, de mise à nu de soi : voilà ce que je suis et ce que je ressens.

La seconde, agit comme un miroir et renvoie le lecteur dans les cordes de son propre regard sur lui-même : l'intention de l'auteur reste la même mais le lecteur érige un mur protecteur.

Et plus les expressions employées s'habillent de la transparence de l'âme dévoilée, plus le partage est ouvert mais aussi plus le rejet peut être fort ou se retrancher derrière un argumentaire d'extériorisation formelle de l'écriture poétique.

Je préfère le partage, sans ambiguïté possible.

Quand je lis un poème aussi prégnant de sens humain dévoilé, je ne m'identifie pas aux sentiments exprimés par l'auteur mais je prête l'oreille et j'écoute la musique mélancolique des mots.

Merci pour cette lecture Théa

Chene

   Anonyme   
7/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Joli poème à la douce musique... J'admire, j'ai froid et l'envie irrépressible de voyager avec Théa me prend. J'ai bien aimé, entre autres :
"et je revois l'été rire sans échos". Par contre : " l'hiver frisssonne sous la ramée" me semble être un vrai clché. Merci pour cette lecture.

   LiliBellule   
8/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Théa,

j'ai ressenti le petit grain froid m'envelopper qui grandit parfois dans un soir de solitude, plus fort encore que la mélancolie.
Il est de ces poèmes que l'on aime écouter sous le timbre d'une voix douce ; de cette façon les sentiments qui en émanent prendraient une autre dimension.

Amicalement.

   Anonyme   
8/11/2009
Celui-là m'a touché. J'aime beaucoup. Les émotions sont bien passées, bien transposée.

J'aime beaucoup la manière donc c'est présenté aussi (je devrais dire découpé plutôt).

Une mélancolie douce, oui, c'est exactement ça. Très réussi, je trouve. Mais je me sens incapable de noter.

Merci

   pieralun   
9/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Théa,

Pour moi, 5 très beaux vers: "L’hiver frissonne sous la ramée
Les feuilles s’envolent légères
Entrelacées d’une mélancolie douce
La chanson est passagère
Et je revois l’été rire sans écho "
Certains autres vers ne sont pas mélodieux: "Si près de la joie à te retrouver", et d'autres donnent l'impréssion d'avoir déjà été entendus plusieurs fois.
L'ensemble est agréable

   David   
11/11/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Thea,

J'ai eu du mal avec le titre, la douceur n'est pas une option de la mélancolie, celle-ci serait difficilement "rude", où si elle l'était, cette adjectif là porterait plus de sens justement.

Le poème manque de réalisme, il se passe à l'automne, j'ai lu :

"Les feuilles s’envolent légères"

Donc elles ont jaunis, pris leur teinte orangée, alors quelles sont les autres couleurs attendues :

"Les éclats de couleurs bientôt seront là
Pour anoblir la saison"

J'ai pris cela comme un malheureux travers de l'imagination, il vaut mieux décrire un paysage tel qu'il est que chercher à l'inventer, ou lui donner un caractère idéal. Ici, il ne me semble pas y avoir de modèle réellement, et cela enlève de la portée aux mots, le sentiment étouffe le décor qui devrait lui faire écho.

   thea   
11/11/2009
juste préciser..je n'ai rien inventé..juste posé sur le papier un instant de ressenti...dans ma région les arbres ont gardé leurs feuilles vertes jusque fin octobre..je sais, je passe mon temps derrière la fenêtre...je n'invente rien ..je pose...et sais aussi malheureusement ce qu'est une mélancolie profonde, ce n'était pas le cas ici...

Sourire grand!!

   Lariviere   
12/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Joli texte. Ecriture inspiré du romantisme. Jolie construction. Se texte se lit comme un chuchotement mélancolique. Le titre est effectivement bien trouvé.

J'aime bien :

"Le matin diamante encore de mille façons
Le jardin pâle et fané"

"Monotonie des jours sur l’ombre de mes chagrins
Quelques larmes inutiles
Sur les branches des arbres

J’ai froid"

"Les avancées de l’ennui"

"Les éclats de couleurs bientôt seront là
Pour anoblir la saison
Sans doute oublierai-je
La traversée du désert sur mes voyages
Pour retrouver en mémoire
Le bonheur de te savoir quelque part
Si près de la joie à te retrouver"

Oui, la dernière strophe est réussie.

Un très beau texte pour les amateurs des quatres saisons.


Oniris Copyright © 2007-2022