Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : À l'aube grise
 Publié le 21/12/07  -  4 commentaires  -  1220 caractères  -  41 lectures    Autres textes du même auteur

C'est fou ce que nos pensées changent lorsque le ciel s'éclaire.


À l'aube grise



http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/poesie/laubegrise.mp3





À l’aurore grise, où notre esprit chancelle,
J’ai regardé se redessiner mon jardin
Qui se colorait dans le froid et clair matin,
De nuances où tous les pastels étincellent.

Là, J’ai surpris sous la modeste tonnelle,
Juché sur le bras du fauteuil de vieux rotin,
Un rouge-gorge offrant son chant argentin.
Et s’est enfuie ma plainte sempiternelle !

Pourtant rien de changé ; tout était comme avant !
Le mistral avait brossé le Vercors et ce vent
Hérissait les plumes de l’oiseau tranquille.

Ma rue s’éveillait et je voyais au loin la ville
Allumer les lampes aux carreaux qui brillent
Et dans l’air flottait l’arôme du réséda

Et peu à peu mon chagrin à la joie céda.
Ce jour s’offrant à moi sous ses nuées roses
Me fit penser à de surprenantes choses.

Et je me sentis vivante comme l’humble fleur
Ouvrant sa corolle et ne pensant pas encore
Que demain hélas la visitera la mort


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bernalot   
23/12/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tu sais tellement bien nous décrire les décors, les athmosphères. J'ai tout aimé sauf le dernier ver.

   TITEFEE   
23/12/2007
et pourtant c'est le seul lréel.....tout ce qui vit , meurt sans en savoir ni l'heure, ni l'endroit, ni même comment...

et puis c'est bien ainsi! sinon on ne vivrait plus...LOL

   Bidis   
23/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Atmosphère poignante de l'aube, ce réveil de la nature dans sa joie primordiale : j'adore ce poème.

   Anonyme   
3/10/2008
J'aime ce genre, il y a de belles images mais quelques vers un peu maladroits. C'est normal, nous sommes des amateurs!
Le dernier vers est à revoir, c'est sûr! En tout cas ce petit air entêtant dans ton poème, je l'ai beaucoup aimé.
Je vais me faire une tisane.


Oniris Copyright © 2007-2019