Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
TITEFEE : C'est ainsi que vit la légende
 Publié le 01/08/07  -  1 commentaire  -  1687 caractères  -  40 lectures    Autres textes du même auteur

Est-ce le vent qui nous apporte encore les voix elfiques ??? Ou existent-elles dans les pierres, les fées et les elfes de la légende de la forêt de Brocéliande ?


C'est ainsi que vit la légende



C'est ainsi que vit la légende (de Titefée)

Les nuits d’été, lorsque tremblent les froides étoiles,
Je crois entendre, rêveuse, tous les mots d’amour,
Qui sous les toits des maisons, et la lune sans voile,
Se murmurent ici-bas et existent depuis toujours.

Je pense aussi à tous ces êtres fantastiques,
Élevant ces sentinelles de pierres mythiques,
Dressées vers le ciel pour couronner les pleurs
D’un peuple, dont les voix mélancoliques
Se sont tues, mais vivent encore dans les fleurs.

Les druides, de leur faucille d’or, cueillaient le gui.
Ils parlaient aux arbres et la forêt de Brocéliande,
Peu à peu, en Bretagne se peuplait de la légende,
Qui de nos jours encore, dans les mémoires survit.

Parfois, dans les brumes hivernales, l’on voit Merlin,
Fils d’une mortelle et du diable, rencontrer encore
La diabolique fée Viviane à la fontaine de Barenton,
Dont l’eau qui coule entre les racines d’un chêne,
Sort sous un perron de mégalithe en état d’ébullition

Et depuis, lors des nuits sans lune, on entend le vent
Courir comme un fou en passant par le val sans retour.
Et l’on devine de la fée Morgane le portrait mouvant,
Se désespérant encore de la mort de son fidèle amour.

Lancelot du lac du Val, qui seul parvint à la rejoindre,
L’aima sous le hêtre de Pontus, gigantesque et sombre,
Devenu secrètement pour toujours leur jumelle tombe
Où viennent conjurer les maux, qui nous font geindre,
Les fées et les sorciers qui peuplent notre imagination


Claire Elyse


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   PetiteMarie   
25/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le contenu était là et j'ai apprécié plusieurs termes et expressions employés, mais le poème dans son ensemble n'était pas très mélodique à mon oreille, même quand je le lisais à haute voix...


Oniris Copyright © 2007-2019