Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Cyberalx : Méphistonton
 Publié le 31/07/07  -  8 commentaires  -  1044 caractères  -  88 lectures    Autres textes du même auteur

Deux, trois rimes en enfer.


Méphistonton



Au fond, tout au fond de l’enfer
Où se trouvent rebuts et autres trublions
Gît avec ses potes ce bon vieux Robert
Qui n’a pas volé sa place chez Méphistonton.

Robert, avant cela était à la bourse :
Un genre d’abattoir pour humain distingué
Où il vendait la peau des ours
Avant de les avoir achetés.

Tout d’or vêtu et propre sur lui
Robert paradait au milieu du beau monde
Fier comme un paon, droit comme un I
Travaillant sans relâche à l’immonde.

Dépeçant entreprises, équarrissant familles,
Sans l’ombre d’un remords, avec le sourire
Renonçant à l’Humain pour ses papilles
Humant son caviar, sans penser au pire.

Puis Robert à son tour mourut
Un docteur fit ce diagnostic :
« Avant ses bœufs, trop de charrues »
Donnant raison aux statistiques.

Au fond, tout au fond de l’enfer
Méphistonton se pose la question
« De ces benêts, que vais-je faire ?
Le vieux d’en haut fabrique trop de cons… »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   guanaco   
1/8/2007
A lire avec un accent à la Bébel vous verrez ça marche...;)
Après tout, c'est presque du Audiard

Méphistonton, c'est plutôt un adepte de l'atomisation ou du bourre-pif?

   TITEFEE   
3/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
étant presque provençale et aimant la "galéjade" je me suis récité ta fable avec l'accent de mon coin... et j'en ris encore

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/avelaccentdemarseille.mp3

   oxoyoz   
13/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
c'est cette poésie que j'aime vrraiment, celle qui n'est pas lyric, celle qui chante et qui sourie. Bravo à Cyb, Et bravo à Titefé

   Anonyme   
13/8/2007
Je voulais voir ce que tu donnais en mode hors prose.

C'est pas mal.

J'aurais mis une majuscule à Bourse, sinon, dans la forme, RAS.

Maintenant, le couplet anti-capitaliste, si vous gagnez de l'argent vous êtes un méchant élitiste parce que les enfants du Darfour agitent leurs moignons tuméfiés pour pouvoir manger : très peu pour moi.

Je ne mets pas de note, tu dois te douter du pourquoi de la chose.

   Tchollos   
13/8/2007
J'adore !!! C'est méga bien écrit, musical, drôle, fort...Bon dieu, Cyb', t'es quelqu'un mon gars...

   nico84   
9/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'adore ce mélange d'humour, de profondeur et de "proverbes remaniés". Excellent cyberalx, ton style est bon, la lecture a été un vrai plaisir.

Tu crées ton univers en si peu de mots, on pourrait presqu'en faire une nouvelle ...

Bravo pour cette création.

   Ephemere   
30/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
J'ai beaucoup aimé jusqu'au 11° vers, après ça quitte la fable pour aller vers le jugement moral.
Par contre la fin est sympa et on peut en effet se poser la question.

   Anonyme   
30/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème d'actualité... Beau parallèle bourse-abattoir.
J'aime moins le deuxième vers : rebut s'emploie plutôt au singulier, quand à trublion son sens est un peu trop doux dans ce contexte je pense.
J'aime beaucoup la fin qui claque bien. Perso j'irai boire des coups avec le Grand Dabe au paradis, je préfère :)

Quand j’aurai fermé mon pébroc
J’irai volontiers boire un bock
Au ciel, avec le vieux barbu.
Le Grand Manitou, c’est connu,
C’est pas l’dernier pour écluser:
C’est même un sacré pochtronné!
On piss’ra du haut des nuages
Sur les cortèges de mariages,
On se racont’ra des conn’ries,
On jouera au monopoly:
On aura bien l’temps d’se marrer
Jusqu’à la fin d’l’éternité!


Oniris Copyright © 2007-2019