Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Doux rêveurs
 Publié le 26/01/08  -  5 commentaires  -  954 caractères  -  43 lectures    Autres textes du même auteur

Lorsque l'on marche dans les étoiles, les pieds ne touchent pas terre...


Doux rêveurs



Cliquez pour entendre ce poème



Nous avions révisé tout notre équipage
Et fermions la maison pour rejoindre la mer.
Notre vieux chien était aussi du voyage
Et laissions derrière nous les rires amers

On nous enviait notre bateau en planche
Construit de tes mains sans en paraître honteux
Et était née de ce rêve la voile blanche
Qui gonflée de vent t’emportera bien loin d’eux.

Tu laisses ce matin ce monde veule
Et tous les hypocrites et leurs sentiments laids,
Et ce que de lui tu pensais, brûla la gueule
De ton chef, et ça, il ne l’avait pas volé.

Viens et larguons les amarres dans les nuées,
Nous ferons des escales où toi, mon fier archer,
Pourra tirer ta flèche, sans être hué,
Droit vers ce ciel où l’on t’empêchait de marcher


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
26/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai ressenti un besoin de liberté, d'épanouissement, face aux pression de la vie, aux oppressions du travail, aux contraintes, aux obstables aux désirs.

J'ai apercu un besoin de découverte, de curiosité, de renouveau, de mise au point en même temps sur sa vie.

J'ai ressenti dans ces mots beaucoup de choses ce qui explique cette beauté.

   aldenor   
26/1/2008
Je n’ai pas pu me faire une opinion sur ce poème, mais je veux juste dire que j’aime énormément le dernier vers.

   Anonyme   
27/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est un poème qui prend le large, mais pas l'eau. Il manque juste de quoi davantage m'embarquer. Je ne sais pas ce petit quoi, mais il me manque. Ghislain.

   Anonyme   
18/11/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Très joli poème, seulement les deux derniers vers de l'avant- dernier quatrain ne collent pas du tout avec le style, ça choque je trouve

   Factum   
18/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo, j'ai mis un certain temps avant de m'en rendre compte que du Baudelaire se cachait derrière tout ça ! Très belle transformation ! (si on peut appeler cela ainsi car seuls les rimes de "L'albatros" de Baudelaire ont été repris.)

J'ai vraiment apprécié cette poésie ! Chapeau bas.


Oniris Copyright © 2007-2022