Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : enivrante
 Publié le 12/09/08  -  8 commentaires  -  670 caractères  -  63 lectures    Autres textes du même auteur

On boit à l'amour comme on boit à la coupe, et parfois jusqu'à la lie.


enivrante



Sa bouche avivée par tes baisers et atteintes coquines
Elle glisse dans le sommeil comme dans un trou béant
Tu n’oses pas la moindre caresse et tu ne te hasardes
Qu’à regarder son corps nu, abandonné et confiant

Tu as su faire d'elle ta flamboyante rivière
Celle qui va se noyer au lointain océan
Et elle a cédé enfin sous l’ardente prière
Qui a fait de toi son embrasé amant

La nuit referme ses voiles
Les étoiles s’enfuient
Et comme en une toile
S’englue l’ennui
Car tu es parti
Trop loin
Au loin
Si loin
Qu’il ne lui reste rien
Qu’un matin chagrin


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
12/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour TITEFEE,

Un grand bravo, malgré la chute, la déception partagée, la fin du rêve : boire le vin ardent jusqu'à la lie de l'absence, trés bien imagé.

   lotus   
12/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Titefée, j'aime bien tes textes coquins mais ici, c'est la mise en page que je trouve plutôt originale.

J'y vois comme quelque chose de féminin, d'isocèle, d'équilatéral?

lotus

   Anonyme   
12/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La mise en forme me fait penser que cette trop belle parenthèse ne pouvait finir autrement, contrainte par un destin sans clémence.

   Anonyme   
12/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un grand merci pour ce texte qui me touche de très près...
La mise en page est très réussie également, il coule tout seul, comme l'amour qu'il évoque. Un nectar. Tres joli cru à boire jusqu'à plus soif

   xuanvincent   
12/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème d'amour joliment dit... Joliment dessiné (sous forme de calligramme) sur la feuille aussi !

   aldenor   
13/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La coupe est pleine de ce beau poème!
Juste deux trucs à redire :
Un. « Trop loin, au loin, si loin ». Progressivement, « au loin » devrait venir avant « trop loin ». Tant pis si ça gâchait la forme du verre. Là tu as préféré le verre au vers.
Deux. Dans mon imagerie, c’est lui la rivière, elle l’océan.

   Melenea   
13/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je vois cela comme un coeur posé, dans un matin chagrin... très jolie façon d'écrire par les mots et visuellement :)

Mél

   Anonyme   
13/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On peut boire tes vers dans le verre à pied dont ils épousent la forme. Il semble contenir l'eau de l'océan. Au fond, vient la lie dans un lit qu'on imagine, triste et déserté, "Car tu es parti"
J'ai également l'image assez oppressante d'un entonnoir dont l'issue est condamnée par les deux derniers vers.
Un poème à regarder et lire ! A savourer.
Juste une petite chose, j'aurais préféré lire :
"Qui a fait de toi, embrasé, son amant"
Bravo TITEFEE


Oniris Copyright © 2007-2020