Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Espérance
 Publié le 02/03/09  -  13 commentaires  -  1442 caractères  -  109 lectures    Autres textes du même auteur

Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.


Espérance



La nuit de velours noir efface la couleur
De mon rosier fleuri aux belles feuilles vertes,
Mais je sens leur odeur aux fenêtres ouvertes
Et leur parfum suave estompe ma douleur.

Je regarde venir ce printemps en avance,
Imaginant déjà que, sous les frondaisons,
Fleurit le blanc muguet, pas très loin des maisons
Où je passais jadis les jours de mon enfance.

Près de mon lit j’entends la machine compter
Mes battements de cœur, étrange litanie !
Et je serre les dents devant la tyrannie
De l’implacable mal que je ne peux dompter.

Il flotte encore ici, une odeur de tisane,
De parfums altérés par la sueur du corps.
Mon coussin détrempé exhale plus encore
L’effluve ressemblant à la fleur qui se fane.

Il n’y a pas longtemps j’aimais m’abreuver d’Art.
Je relisais souvent aussi des vers célèbres ;
Je pleurais, quelquefois, aux musiques funèbres
Et j’adorais marcher, même dans le brouillard.

Maintenant, j’ai besoin que quelqu’un me soulève.
Je m’accroche à son bras, pour faire quelques pas
Et l'on m'aide à finir les restes du repas,
Pendant qu'à pas feutrés, arrive la relève.

Mais, tout au fond de moi, résiste cette flamme
Qui m’oblige à lutter, en attendant les jours
Où, vaincue à jamais, sans le moindre recours,
Je fermerai les yeux sans que ce soit un drame.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cent fois sur le métier... Tu as suivi cet adage : je trouve que tes vers sont beaucoup plus équilibrés. La lecture en est fluide.
Et comme toujours on reconnaît ta sensibilité dans ce beau poème.
Merci Titefee
B

   Anonyme   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Des alexandrins fluides qui nous bercent.
Ce poème a l'avantage de la limpidité des mots de tous les jours. Pas besoin de dictionnaire pour comprendre ni de gymnastique des neurones pour saisir les images.
Il a aussi le défaut de sa qualité: une fois lu, il ne me reste que de vagues images.Rien de vraiment marquant ou de vraiment original.

   Anonyme   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour TITEFEE ! Je trouve que le titre, Espérance, est en contradiction avec le texte qui décrit la lente déchéance due à la maladie, voir la vieillesse, peu importe. Un sujet mille fois évoqué qui ne me laisse, pour des raisons personnelles, jamais insensible. Contrairement à ce que nous dit le dernier vers, c'est, dans la plupart des cas, un drame qui se prépare... pour ceux qui restent. J'ai beaucoup aimé ce texte en alexandrins, mon mode d'expression préféré. Un grand merci. Alexandre

   FredericBruls   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Des vers simples et pleins de sensibilité. Même si le dernier vers, comme l'a souligné Alexandre, me semble d'un stoïcisme un peu forcé.

   Anonyme   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bcp, vraiment bcp l'avant dernière strophe.
Et la dernière aussi.
Ressenti très personnel : on dirait qu'au début du poème l'auteur cherche la voie et puis au fur et à mesure, il la trouve et là, les mots viennent tous seuls.
Quant au titre, je l'oublie en lisant, et puis il revient et je vois où est l'espérance. Je la comprends.

   Anonyme   
2/3/2009
Une belle réussite.
Un sujet assez difficile à traiter, que tu parviens à poétiser jusque dans des détails très triviaux (le bip du monitoring, le coussin mouillé de sueur, la faiblesse physique...).
Les alexandrins coulent sans accrocher à aucun moment, c'est très musical, et doux à la fois dans le fond et la forme.

Il y a juste, pour moi, une contradiction de sens entre l'avant-dernier et le dernier vers : dans l'avant-dernier, on ressent un sentiment d'injustice et de défaite (dans le choix des mots "vaincue" et "sans recours"), alors que le dernier pourrait être un apaisement et une acceptation tranquille de la mort (ce qui conforterait le titre "espérance". Ou bien alors, ce "sans que ce soit un drame", loin d'exprimer une sérénité, exprime le désespoir d'être quelqu'un dont la mort n'affectera personne... difficile de se prononcer.

   xuanvincent   
2/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème rempli de senteurs, qui fleure bon la nostalgie, bien écrit comme les textes précédents.

   Anonyme   
4/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Dans l'ensemble j'aime vraiment bien, une belle musique
de vie. Peut-être, pour la forme, qu'une ou deux répétitions
ne s'imposaient pas comme "fleuri, Fleurit, fleur" et puis la fin aussi, "j'adorais marcher, faire quelques pas, à pas feutrés".
Ici me semble-t-il quelques redondances évitables.
J'aime particulièrement les premières, troisièmes et dernières
strophes.
Sinon "Espérance", oui, la fin colle bien au titre.

   David   
5/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour TITEFEE,

Un témoignage poignant, un poème défi réussis, un miroir un peu dérangeant mais sans doute salutaire, bravo.

   Nongag   
5/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
C'est beau et sensible.
C'est simple et sans prétention.

C'est triste comme une lettre oubliée sur la table.

J'aime.

La finale n'est peut-être pas assez forte selon moi. Cette flamme dont tu parles semble très chétive mais si elle te maintient en vie elle doit avoir encore un peu de force, non? Fait nous la ressentir plus.

   Flupke   
6/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C’est homogène, harmonieux et agréable à lire et même quelque peu émouvant.

   DominiqueBouy   
29/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sensible, émouvant des mots que l'on retrouvent. Dominique

   Nobello   
29/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bon, ben je ne vais pas regarder les autres commentaires avant d'avoir déposé le mien : un vol de "bien" m'en a convaincu.
Mon avis vaut bien peu, ignorant que je suis des finesses de votre art jaloux d'épris de poésie.
Mais j'ai été musicien, et je sais reconnaitre la musique où elle est. Et comme j'habite un homme, je m'avoue comblé de ce que respire ce poème si tant plus profond qu'il ne veut se dire.

Merci du partage, Titefée.


Oniris Copyright © 2007-2020