Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
TITEFEE : L'orage
 Publié le 08/07/07  -  5 commentaires  -  1050 caractères  -  66 lectures    Autres textes du même auteur

Odeurs, couleurs, et sons... de l'orage que l'on attend et qui soudainement déverse sur nous ses gouttes larges dans une journée d'été à l'atmosphère lourde et chaude...


L'orage



Dans le ciel assombri un oiseau annonce l’orage
Et dans l’encre des nuées siffle le vent en rage.
Son souffle sinistre retentit et dans le hameau
On voit rentrer à l’étable les moutons et en tête
Marche le fier taureau qui ramène le troupeau
Dont les forts meuglements appellent la tempête

Je vois l’horizon se zébrer d’éclairs et le tonnerre
Rend l’air vibrant et sa voix fait trembler la terre.
Je dépends le linge mouillé que je venais d’étendre
Ma jupe est chahutée par le vent se faisant entendre
Jusque dans les faîtes des arbres fortement secoués
Qui se courbent et pleurent leurs feuilles hachées

C’est l’heure sombre. Le jour n’est pas encore mort
Mais dans le ciel noirci de lourds nuages tourmentés
Crèvent en larges gouttes lourdes et serrées et alors
Transportant des feuilles, tels fragiles esquifs ballottés,
Le ruisseau, grossi soudainement, va dévaler la pente
En arrachant à la berge la plante, et sentira la menthe



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   genevieve   
8/7/2007
"L'instant" est bien rendu...
On attend les grosses gouttes lourdes qui s'éclatent au sol....
J'aime beaucoup!

   Absolue   
8/7/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Idem:-)

   Togna   
9/7/2007
Atmosphère et ambiance superbement rendues. On voit et on vit la scène.
Merci Titefee

   Athanor   
16/7/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelles belles images avons-nous là !
... ma jupe est chahutée ...
... c'est l'heure sombre ; le jour n'est pas encore mort ...
Rien que ça, j'aurais aimé l'écrire.
J'aime beaucoup l'atmosphère et j'entends au loin un grondement... comme quand j'étais en colo à la montagne. Souvenirs, souvenirs...

   farfadet   
22/7/2007
Et si je dois prendre un parapluie je viendrais lire et relire ton superbe poème , petite fée merci !


Oniris Copyright © 2007-2019