Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Le légendaire point...
 Publié le 20/09/07  -  3 commentaires  -  1300 caractères  -  34 lectures    Autres textes du même auteur

Il est passé par ici, il repassera par là... il court, il court...


Le légendaire point...



Elle était là à épier à nouveau cette divine jouissance
Qu’elle venait de voir exploser avec tant de puissance.
Percevant les effluves de son corps qui était si lourd
Elle le respirait et sa voix feulait en souffles très courts.

Elle ne pouvait calmer les vagues de cet étrange émoi
Qui lui faisait changer soudain de registre et de voix.
Elle guettait dans ses yeux le moment de ravissement
Quand il l’accompagnait à la pâmoison passionnément.

Son ventre était une mer, où l’on voyait courir en bande
Des frissons plaisants sous la peau et sans qu’elle demande
Il laissait monter leurs plaisirs mêlés d’une façon adroite
Si bien que leurs corps sauvages en devenaient tout moites.

La nuit était musique et obscur domaine où s’accrochent
Des mots murmurés, des râles amoureux. Et sans reproche
Leurs yeux s’accrochaient l’un à l’autre comme des noyés
Ils avaient trouvé à deux, amoureux, ce légendaire point G.

Ne soyez pas choqués... messieurs, mesdames... s'il vous plaît...
Il est heureux de trouver le point G.


http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/lepointG.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
3/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
G un point c'est tout !

Deux lignes de trop TITEFEE à la fin. Aucune justification à donner non ?

   Anonyme   
1/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Poème d’un érotisme certain, qui me rappelle je ne sais trop pourquoi, peut-être parce que c’était justement aussi évocateur que ces présents vers, une scène du film « Quand Harry rencontre Sally » où Meg Ryan simule un orgasme devant Billy Cristal et les client d’un restaurant; c’était ma fois assez convainquant.

Évidemment, je trouve moi aussi que les deux dernières lignes étaient de trop, mais on n’y peut rien, il y a encore quelques puritains en ce bas monde.

   lotus   
29/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Et bien Titefee, Gräfenberg n'a qu'à bien se tenir;-)
C'est sans détour, c'est limpide...
lotus


Oniris Copyright © 2007-2020