Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Le Voile du temps - Suite 3
 Publié le 19/03/08  -  5 commentaires  -  936 caractères  -  38 lectures    Autres textes du même auteur

Le rêve est une vie qui au jour s'interrompt.


Le Voile du temps - Suite 3



Le rêve est une vie qui au jour s’interrompt
Dès que le ciel de nuit éclaire l’horizon
Et je suis émue par l’étrange fantasme
De n’avoir pas toujours vécu vie de femme

Je me délie alors de là où me mènent
Ces songes dont une âme guide la mission
Pour que je rappelle à la gent humaine
Que le Divin préside à toute création

J’ai revu cette nuit dans les solitudes
Ces heures s’égrenant où nous nous nourrissions
Ma famille et moi de plein de certitudes
Pour que les centuries alertent les nations

Persécuté par l’Église, ma vie menacée
Par mon trop grand esprit d’originalité,
Je pris la route, les lanternes éteintes,
Pour échapper aux autorités enfreintes.

De Montpellier où j’appris la médecine
Je partis soigner l’épidémie de peste
Où plus archères que guerres intestines
L’usage des saignées tuait de façon preste


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Scrib   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je n'ai pas vraiment saisis...le fond du poème...et c'est délicat de mêler l'Eglise à un texte...

C'est bien écrit, mais reste incomprit

   clementine   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Plongeon dans le temps, moi aussi, je n'ai pas tout saisi mais j'ai aimé, particulièrement la première strophe qui ouvre magnifiquement le poème..

   Anonyme   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah? Qu'est-ce-que vous ne comprennez pas? Le poème résumé
en ce vers à mon avis: "De n'avoir pas toujours vécu vie de femme".

La dernière strophe tranche avec les reste, ça ma plaît.

Etonnant, TITEFEE.

   nico84   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Tu retrace la vie de Nostradamus donc :)

Je voulais juste raconter une anecdote sur cette homme. Catherine de médicis (je crois ne pas me tromper) était sensibles à ses qualités, son don. Elle demanda à Nostradamus l'endroit de sa mort.

Nostradamus lui répondit "à côté de saint germain". Toute la fin de sa vie, elle ne s'approcha donc pas de la ville de saint germain.

Un beau jour (ou non), elle était prés d'une église (il me semble) et elle sentit que c'était le moment fatidique, emme s'éteignait. Auprés d'elle se tenait un homme d'église et avant de s'éteindre, elle demanda "Comment vous appelez vous ?"

- Je m'appelle Germain, saint germain.

Elle comprit alors la prédiction.

Voilà, merci à toi TITEFEE d"avoir rapelé la vie de ce rand homme (ou pas) qui me passionne.

   David   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour TITEFEE,

Ayé, la conteuse a rassemblé la musique et le récit, ces vers sont pleins de charmes, un plaisir à lire.

A lire deux fois, il y a un drôle d'effet sur tes rimes féminines, pas déplaisant en plus, mais en lisant à voix haute (en vrai je murmure) je dirais que tes "e" ne sont pas forcément muets en fin de vers (sachant que rime féminine= "e"muet en fin de vers).
Concrètement je traine sur "fantasmeu", "femmeu" et ainsi sur tous les ver féminins sauf les deux derniers. Je sais pas si baroque c'est le mot pour décrire ce son, où est ton enregistrement pour celui là ?


Oniris Copyright © 2007-2020