Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : On m'appelle Aulbe Espine
 Publié le 13/02/09  -  6 commentaires  -  1251 caractères  -  76 lectures    Autres textes du même auteur

Un arbuste attend les noces blanches en habit de printemps.


On m'appelle Aulbe Espine



L’automne incandescent, de couleur flamboyante,
M’offrait la pourpre et l’or pour attendre l’hiver.
Le vent doux caressant me rendait nonchalante,
En rêvant aux assauts de cet amant disert.

Il murmurait alors, qu’entre toutes les belles
Qui poussaient dans le coin, on ne trouverait pas
Si joli port de tête aux épines rebelles,
Qui sauraient protéger mes aguichants appas.

Je vivais donc, ici, sous les grands charmes verts
Qui m’abritaient souvent sous l’épaisse charmille,
Me contant le récit de la feuille à l’envers,
Qu’il était singulier, arbre, que je sois fille.

L’hiver survint un jour, et de ses doigts de gel
M’effeuilla sans remord, j’en fus si dépouillée
Que maudissant le froid me menant à l’autel
Je livrais au soleil ma parure mouillée

Sous le voile opalin et robe de Manon
J'attendis ce printemps, tout habillé de fleurs
Et le vent effronté, venu froisser jupon
Me rendit rosissante en ma tendre blancheur



Pour écouter : c'est ici


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   xuanvincent   
13/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voilà un beau poème d'automne ! Bien écrit, comme les précédents textes, les images également m'ont plu. Dès que j'aurai accès à un micro, je l'écouterai volontiers.

   Ephemere   
13/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Voici, bonjour, un joli poème sur les saisons. Deux petites choses, j'aurais mis un "s" à couleurs flamboyantes, et charmille qui me gênent un peu, au niveau du sens.
Cela fait penser au vers de Victor Hugo : "Allons sous la charmille où l'églantier fleurit".
FMR

   FredericBruls   
13/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
L'automne inspire beaucoup les poètes. Ce n'est pas moi qui vais dire le contraire...Charmant et romantique à souhait.
Dommage que le fichier audio quicktime se bloque chaque fois que j'essaie de l'écouter.
Ps :pourquoi utilises-tu ici la licence poétique remord ? Il me semble que cela n'est pas nécessaire.

   Nongag   
15/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est tout mignon. Peu de chose à dire: ça se laisse lire en douceur.

   Flupke   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon point de vue est subjectif: j’adore arbres et arbustes.
Beaucoup de fraicheur dans ce poème multi saison.
Agréable minute de lecture. Merci.

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Merci pour cet aperçu très nature.


Oniris Copyright © 2007-2019