Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Si Florette m'était contée
 Publié le 13/08/07  -  2 commentaires  -  6874 caractères  -  24 lectures    Autres textes du même auteur

Est-ce une nouvelle poétisée ? En tous les cas c'est une jeune fille morte d'avoir trop aimé au-dessus de sa condition, un jeune Prince (Henry IV) et qui nous laissa l'expression " conter fleurette".


Si Florette m'était contée



Le tournoi

La route, serpentant à travers les champs
Tremblait sous le soleil brûlant de juillet.
Des chevaux, naseaux de bave écumants,
Soulevaient la poussière du pays d’Albret.

Le long cortège de carrosses brinquebalants
Se terminait par des hommes vêtus d’armures.
Il avançait vite car, avant le soir descendant,
Nérac apparaîtrait bientôt derrière ses murs.

Charles IX venait visiter la cour de Navarre
Où se préparaient déjà fêtes, jeux et ripailles
Dont la jeunesse d’Henry IV n’était pas avare
Quand dans le cœur des belles il livrait bataille.

Âgé de quinze ans à peine et déjà féru de bals
Il excellait dans la galanterie et son adresse
Dans les joutes et combats n’avait pas d’égal
Ni près de ses adversaires, ni de ses maîtresses.

Charles qui aimait tirer à l’arc passionnément
Proposa un duel, mais le duc de Guise lui-même,
Qui excellait pourtant à ce viril divertissement,
N’eut la maladresse de dépasser les extrêmes.

Il se contenta de se battre mais surtout de perdre,
Laissant jouir d’orgueil le Roy, quand entra en lice
Le jeune Henri, dont c’était enfin le tour de ceindre
Le baudrier de cuir et l’arc souple, pour cet exercice.

Fièrement cambré, voilà le jeune archer qui s’avance
Et du premier coup avec sa flèche en atteint la cible.
Comme la loi du jeu le permet, il se prépare à retirer,
Quand, Charles s’y oppose et le repousse, irascible.

Le jeune Henri, sang bouillant, s’indigne et recule
Et spontanément bande son arc dirigeant la lame
Contre la poitrine du roi qui prudemment capitule
Et se réfugie derrière un courtisan évitant le drame.

Fou de rage il ordonna d’éloigner de sa personne
Ce dangereux petit cousin trop belliqueux pour lui
On fit tout de même la paix entre les deux hommes
Mais le roy déclina la revanche prétextant un ennui.

Le lendemain reprirent de plus belle les combats
Et le Duc de Guise toucha l’orange le premier.
Celle-ci se fendit en deux et l’on n’en trouva pas
Une autre pour pouvoir remplacer le but enlevé.

Le prince Henri avisa soudain sur le sein d’une belle
Une rose épanouie. Tôt s’en saisit et courut vite placer
Sur le piquet la fleur qui ornait l’écrin de fine dentelle
Mais confus par ce geste le Duc de Guise fut déconcerté.

Le jeune Henri qui aussitôt lui succède, lance sa flèche
Et atteint sans faillir le milieu corail du cœur de la fleur.
Il s’en saisit et galamment la piqua dans une noire mèche
De la damoiselle rougissante et belle comme un cœur.

Son regard pudiquement baissé n’empêcha pas Henry
De deviner le trouble de la belle villageoise et lui sourit.
Il sentit aussitôt les battements de son cœur s’emporter
Lorsqu’il releva d’une main insistante le menton baissé.

De retour au château, le jeune prince intéressé apprend
Que s’appelle Fleurette cette aimable et belle jouvencelle,
Qu’elle est la fille du jardinier et habite le petit bâtiment
Jouxtant les écuries du roy et qu’elle est encore demoiselle.




Les amours juvéniles

Sous sa main de feu, Juillet étouffe le vieux bourg de Nérac.
La Baïse est d’une couleur limoneuse. Ses barges ventrues
Ne font que remuer la boue en passant et le moindre ressac
Dérange à peine les nichées de canards des berges herbues.

Henri, que la maladie d’amour tenaille, se prend de passion
Pour le jardinage et il choisit un terrain de quelques toises,
Afin de conquérir la jolie et naïve Florette et cette ambition
Grandit, oublieuse de son rang et des médisances sournoises.

Il sait que toutes les villageoises vont puiser l’eau fraîche
À la fontaine de la Garenne, portant plusieurs fois par jour
Les cruches vernies sur la tête et il surveille de la brèche
Leur venue joyeuse pour leur décocher de lestes calembours.

Avec l’aide du père de Florette il a balisé, par des treillages
Son terrain et il y fait des plantations avec empressement
Et a souvent l’occasion d’apercevoir, à travers les feuillages,
La silhouette élancée et vive de la belle et convoitée enfant.

Celle-ci amène à son père des figues mûres de leur jardin,
Une cruche de vin de Jurançon sachant qu’Henri en raffole,
Des tranches épaisses de pain noir frottées d’ail et de thym
Arrosées d’huile d’olive parfumée rendant la mie plus molle.

Peu à peu s’instaure entre les jeunes gens une complicité
Et rapidement le luxurieux Henriot en conte à Fleurette.
Masqués par les plantations qui leur servent de cachette,
Bientôt l’amour brûle leur jeunesse absente de pudicité.

Le jeune homme que la fougue de l’adolescence taraude
Enivre tant et tant de caresses excitantes la jouvencelle
Qu’elle ne pensait qu’à ça la journée et partait en maraude
De plus en plus tard pour retrouver Henry près de la margelle.

C’est à la fontaine de grenelle, qu’un soir contre le rocher,
Elle lui accorda de froisser bien haut ses jupons de coutils
Et de délacer son corset, pour couvrir d’incandescents baisers
Ses deux frémissants seins blancs et chauds, à la sortie du nid.

Fleurette ce soir-là avait descendu presque en courant la rue
Passant sur le vieux pont, au dos ventru, et avait alors suivi
Le chemin de halage pavé inégalement jusqu’au bruyant ru
Coulant frais et chantant entre des buissons touffus de buis.

Elle chantonnait une bluette qu’un artiste venant chaque été
Apprenait sur la place d’armes à chanter à toute la populace.
Chanson d’amour et de noblesse de sentiments si énamourés,
Qu’elle croyait avoir été écrits pour elle les mots, si vivaces.

L’air était suave, de blondes mirabelles mûres jonchaient le sol
Elle en ramassa, les lava dans l’eau vive et fraîche de la source
Elle s’émut quand le chant mélodieux des trilles du rossignol
S’éleva cristallin pour rejoindre au ciel nocturne la grande ourse.

La longue stridence d’un sifflet, qu’elle reconnaissait maintenant,
Se fit entendre, loin dans son dos et elle aperçut, en se retournant,
L’allure familière et troublante de celui qui, depuis deux jours,
Lui faisait connaître charnellement l’enivrant plaisir d’amour.

Elle qui n’avait que quatorze ans, au corps encore si juvénile,
Percevait des élans et des ardeurs qu’elle ne pouvait refréner
Lorsque dans les bras de ce prince de quinze ans déjà si habile
À la douce jouissance de l’amour, affolée, elle s’abandonnait.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
25/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Fantaisie historique ?
Le tournoi, en tout cas, est très, très bien décrit et me fait vivre des personnages que mes lointaines leçons d'Histoire m'avaient rendus déjà hauts en couleur.
J'aime moins les galipettes d'Henri IV, qui eussent peut-être demandé une forme plus légère que les alexandrins.

   Maëlle   
3/5/2008
Histoire charmante. Je ne suis pas persuadué qu'elle gagne à être mise en vers.


Oniris Copyright © 2007-2020