Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
troupi : Quand la flamme s'éteint
 Publié le 06/12/19  -  13 commentaires  -  667 caractères  -  162 lectures    Autres textes du même auteur

Au soir de mon départ liras-tu mes poèmes ?


Quand la flamme s'éteint



Au soir de mon départ
liras-tu mes poèmes

Tu sais bien
c'est à travers eux
que je reste avec toi

Ils te diront ces mots
que je t'ai souvent dits

Tant d'amour et d'espoirs


Ils te diront
mes songes les plus secrets

Les forces de l'esprit
habiteront nos vies
désormais séparées

Le lumignon perdu de mon dernier regard
invisible errera à jamais près de toi

Au cœur de l'inconnu

nos âmes unies

toujours


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Malgré le titre on sent fortement ici que "la flamme" n'est pas éteinte.
Le titre (comme le premier vers) permet d'imaginer une séparation imminente où chacun mettra son propre contenu.

Ce poème respire l'amour, "Ils te diront ces mots que je t'ai souvent dits" et l'on a envie d'ajouter 'A la vie à la mort'.

Un très belle formule montre l'inéluctable sublimé:
"Les forces de l'esprit
habiteront nos vies
désormais séparées".

C'est aussi un bel hommage à la poésie qui dit à l'aimé ce qui ne pourra jamais s'oublier.

Ce poème d'une grande finesse est poignant.
Ses ressorts s'appellent "amour", "à jamais", "espoirs"...
Et au milieu trône la poésie, force de communication indestructible.

Grand bravo à l'auteur.

   Gabrielle   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une séparation cachant un lien indissoluble...

Une question posée concernant la lecture des poésies ainsi crées lors de l'union de deux êtres posée ici : lors de la séparation, la lecture des textes par l'être aimé se fera t'elle ?

La poésie se fait le reflet de l'amour éprouvé par son auteur pour sa moitié et qui la rend présente, la confidente des songes les plus secrets.

Le lecteur se rend compte que cette séparation, voulue par le poète,
ne l'est pas en réalité et cache pour lui un lien indissoluble ("toujours" -) chute).

Merci à l'auteur(e) de ce texte pour son travail original..

   papipoete   
23/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
libre
je t'ai souvent parlé sans dire un mot ; je laissais cela à ma plume qui sur le papier, te disait tout mon amour de toi...
Quand mon coeur s'éteindra, ma flamme sur lettres vacillera ; veilleras-tu sur elle pour entretenir notre feu ?
NB quand les doigts, quand les lèvres n'osent plus, il reste l'encre pour dire " je t'aime " ; un message parfois S.O.S., qui s'échouera un jour de gris sombre, sur une place libre au lit devenu trop grand !
j'aime ce vers " le lumignon perdu de mon dernier regard...)
papipoète

   Gouelan   
23/11/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Je comprends la flamme de vos mots mais ils sont dits de façon trop attendue.
Il me manque l'originalité, la surprise, l'effleurement poétique.

Une autre fois peut-être.

   Davide   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour troupi,

Ces quelques mots, en vers décousus, sont portés par une passion presque désespérée. Un désir de transcendance, d'une relation d'amour qui survivrait à la mort physique du narrateur ; et la poésie comme un liant, une passerelle d'amour, entre vie et mort. Plus que des souvenirs consumés sur un autel, il s'agit que la flamme ne s'éteigne jamais... La flamme dans le yeux s'éteindra, mais pas celle qui brûle dans le cœur des amants. Dommage ce titre écrit au présent (alors que le poème est une projection, une anticipation) et qui oublie le double-sens du mot "flamme".

J'ai trouvé vraiment très beau le dénouement du poème (à partir du "lumignon", qui fait écho au titre), scellant cet amour pour l'éternité : "nos âmes unies / toujours". Le ton y est plein de sensibilité et d'une justesse désarmante.

La strophe qui la précède, en revanche, je la trouve alambiquée, peu évocatrice. Que ce sont les "forces de l'esprit" au regard de la douceur de leur amour ? Le verbe "habiter" n'est-il pas hors contexte ?
Mais en fin de compte, leurs vies sont-elles vraiment "séparées" ? La fin du poème tend à nous faire percevoir/ressentir l'inverse, dans un subtil mariage des âmes. Seuls leurs deux corps ne sont plus ensemble...

Les mots "d'amour et d'espoirs", comme ceux avouant les "songes les plus secrets", vivront encore et pour toujours dans les poèmes du narrateur, ils feront renaître en songe l'être aimé auprès de la future endeuillée. Simple, mais touchant !

Un détail, j'aurais mis un point d'interrogation dans le premier distique pour plus de lisibilité : "...liras-tu mes poèmes ?"

En somme, bien que ce poème soit porté par une émouvante sincérité, je le trouve un brin timide, un brin convenu, manquant d'images ; seuls les derniers vers m'ont réellement surpris.

   Alfin   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une flamme éteinte car il est parti vers un autre monde...

Simple et beau, une bougie qui vacille au dernier souffle. je suis très client de ce genre de texte car il n'est pas dans la démonstration, il est vrai.

J'ai malgré tout encore faim,
"Ils te diront ces mots
que je t'ai souvent dits
Tant d'amour et d'espoirs"

lesquels sont ils ? emmenez-nous avec vous dans ce moment de l'adieu, prêtez-nous les mots de votre amour !

les derniers mots sont une épitaphe.

Pour la forme, je crois qu'une lecture orale soulèvera quelques imperfections dans la fluidité du texte, il pourrait être plus coulant par la sonorité des mots choisis

Bravo et merci beaucoup Troupi !

   Hananke   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

A mon avis ce joli texte n'en dit pas assez : j'aurais aimé qu'on
me parle de la réalité du départ. Est-ce la mort ? Une simple séparation ? ou bien autre chose ?
Autrement j'aime bien ces petits vers même si l'absence de ponctuation me les rend difficile à lire, ils nous conduisent agréablement vers deux beaux alexandrins (malgré le hiatus et le mot lumignon qui ne m'apparaît guère poétique).
Un texte libre que je comprends, c'est déjà pas mal.

   leni   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut ami Troupi
Que ce soit une séparation ou un décès peu importe finalement
Les mots passent très bien dans les deux circonstances
Et la poésie est au rendez-vous C'est du Troupi tout vrai

Au soir de mon départ
liras-tu mes poèmes


Ils te diront
mes songes les plus secrets

Les forces de l'esprit
habiteront nos vies
désormais séparées

Les forces de l'esprit sont- elles des âmes
Ou l'inverse peu importe c'est joliment dit

Bravo Merci Ami LENI

   PIZZICATO   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des mots pour héritage ; pour dire l'amour qui fut et qui demeure après le départ.

Ils parcourront le temps en se riant de lui.
" Le lumignon perdu de mon dernier regard
invisible errera à jamais près de toi

Au cœur de l'inconnu ".

Un legs impérissable.

J'ai bien aimé cette poésie, sans prétention mais sincère et juste.

   Donaldo75   
7/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour troupi,

J'attends spécialement de l'impact d'un poème aussi court, de quoi ancrer dans ma mémoire un souvenir éclair. Ici, la flamme ne s'est malheureusement pas allumée, elle a tenté de rougeoyer et m'a laissé quelques espoirs mais les vers manquaient de puissance. J'ai trouvé l’ensemble joliment composé mais cette composition reste gentille, convenable, bien propre sur elle.

Une autre fois.

Donaldo

   Vincente   
7/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le poème place le narrateur dans un dialogue virtuel avec son amour de " toujours ". Par anticipation, il s'interroge sur ce qui permettra à sa compagne de le retrouver, depuis son au-delà. Ses mots, sa poésie lui paraissant sa personne éternelle, il s'inquiète et cherche à s'assurer, se rassurer, qu'elle en a aussi cette conscience.

Les vers animent des phrases sobres, dépouillées, une seule image s'immisce dans le texte, ce "lumignon perdu de mon dernier regard ", son parler a la sincérité d'un franc-parler modeste, l'important pour lui s'affiche dans la simplicité. Et pourtant l'intention est démesurée, il voudrait vivre de, par, ses poèmes, leurs existences cautionnant la sienne, au service de son amour pour son âme sœur, deux " âmes unies " ainsi pour l'éternité (ce " toujours " final, trônant dans une solitude graphique expressive, ouvre le poème plus qu'il ne le finit…).

Le questionnement plein d'authenticité est très touchant, généreux, se souciant d'abord de l'autre, mais aussi tellement espérant qu'il peut bouleverser.
Je dois reconnaître m'être déjà posé cette question :
" Au soir de mon départ / liras-tu mes poèmes " et j'ai eu peur d'une réponse qui me dirait qu'ils accentueraient l'absence déjà trop prégnante. Ici le poème a eu le "courage" de se lancer dans une formulation difficile, il l'a faite à mes yeux d'une bien belle manière.

   SansditdArt   
8/12/2019
Modéré : Commentaire trop peu argumenté.

   emilia   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une confidence à l’aimée pour lui témoigner un amour éternel qui perdurera même dans l’au-delà, quand, malgré la disparition physique, leurs deux âmes sont « unies toujours »…par les « forces de l’esprit autant que celles du cœur, avec l’espoir que les poèmes dédiés à l’être cher pourront toujours lui apporter leur lumière, en rappelant leur serment et la force de leur duo d’amour… ; peut-il y avoir plus bel hymne à l’être aimée nourri de tous les liens tissés et partagés au long d’une vie ?


Oniris Copyright © 2007-2020