Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
tundrol : Culpable !
 Publié le 30/05/20  -  11 commentaires  -  1026 caractères  -  179 lectures    Autres textes du même auteur

Le sujet de ce poème est le jugement et la manière des forces variées de coopérer dans la destruction d'un homme : la presse, la rumeur, mes frères, mes sœurs et ainsi de suite.


Culpable !



Ah ! Le jugement tombe, et le suspect s'éloigne,
Condamné par nous tous, par nos frères, nos sœurs,
Par la société ; expulsé de nos cœurs.
La rumeur se répand, et la presse témoigne.

L'homme, au visage obscur, à la tête méchante,
Aux yeux ternes, furtifs, au geste maladroit,
Soupesé et jugé, condamné par le droit,
Descend à son enfer, sa géhenne pesante.

Et après ? C'est l'oubli ; le monde continue,
Et la presse retourne à son vomi de chien.
L'homme, alourdi, muet, ne ressent presque rien,
Dans son obscurité profonde et absolue.

Les aveugles vengeurs encensent leur victoire,
Fêtent la chute rude et célèbrent leur sort
De survivant, crétin, idiot, presque mort,
Mais heureux de noter la marche de l'histoire.

Mais dis donc, Roscius, elle doit être chaude
L'infraction de l'homme : un meurtre ou un viol,
Un attentat, ou pire, un parricide, un vol ?
Non, tu n'as rien compris, il n'est plus à la mode.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
7/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il me semble que ce poème exagère la rigueur des foules ; je n'ai jamais été à la mode, et grâces au ciel, je ne me suis jamais senti l'objet de pareils jugements. Mais parlons de la forme, puisque la poésie n'est pas dans ce qui est dit mais dans l'art de le dire. Sous ce rapport le texte n'est pas sans mérites ; quelques images fortes nous donnent assez bien à voir la victime et ses détracteurs. On pense à Hugo, toujours du côté des condamnés. J'aime bien (pour sa qualité littéraire) le vers "Les aveugles vengeurs..." et quelques autres, mais celui-là est mon préféré.

   Hananke   
30/5/2020
Bonjour

Un texte intéressant jusqu'à son avant dernier vers : on suit
la marche fatidique de ce pauvre homme livré à la justice, on le plaint
on se demande ce qu'il a fait pour mériter pareille justice.
C'est bien écrit, bien imagé, on s'y croirait...

Et pan le dernier vers vient tout foutre en l'air.

Mon Dieu, quelle absurdité ce : il n'est plus à la mode.

Dommage, ce poème méritait mieux, beaucoup mieux, même,
au vu de son début.

Il suffit souvent de pas grand chose pour fusiller un texte.

   Harvester   
30/5/2020
Je vais ici faire l'aveu de mon ignorance.

Roscius m'étant inconnu je suis allé m'enquérir de son existence sur la toile et ai lu l'histoire et la défense de cet homme par celui qui deviendra célèbre sous le nom de Cicéron.
Ma question est donc celle d'un béotien : Mais que vient donc faire ici ce personnage ? Car enfin, Roscius faussement accusé d'un parricide est acquitté ; que n'ai-je pas compris dans ce récitatif ?

Le grandiloquent servi à tous les étages dessert le projet selon moi. A dire le vrai, il me semble que citer un personnage dont la défense fut illustre devrait obliger selon moi à une écriture mieux affirmée digne de rendre hommage à ces personnages.

Ce n'est le cas ici où l'argumentation me semble lourde et peu convaincante. La chute m'est illisible , de quelle mode s'agit-il ici ?


Vraiment désolé de ne pas avoir apprécié ce poème comme il se devrait.

Merci à vous.

   hersen   
30/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime toujours quand on fait un parallèle avec l'Antiquité, car, en quelque sorte, tout est déjà dit depuis longtemps. ce n'est même plus que nous nous répétons, mais nous exacerbons.
Ainsi, la "valeur" des fautes dans la société est mouvante, en raison d'actualité, de mode des infos. Nous suivons les medias qui nous informent, nous jetons notre dévolu sur le "pauvre" qui a commis l'impensable...
Et coupable ou non, le mal est fait, il devra rentrer dans son trou, vivre dans une obscurité sociale.

On aime suivre la chute d'un personnage, et plus il est haut, mieux c'est pour les... retombées.

Merci tundrol pour ce texte que j'ai apprécié, qui est porté par une écriture complètement en rapport avec le sujet tel que tu le développes.

   papipoete   
30/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour tundrol
ce sujet me plaît ; alors que l'on cherche le coupable d'un acte horrible, il arrive que les médias, le peuple actuel comme la plèbe d'autrefois, trouve le personnage parfait, qui ne peut être que cet odieux être !
En effet, sa mine patibulaire, cette dégaine de vagabond, et quand il ouvre la bouche... c'est lui ! ce ne peut être que lui !
avant de passer devant ses juges, la vindicte populaire l'a déjà condamné ; c'est lui, il doit payer !
NB tout le développement de votre texte, dit parfaitement ce qu'un mauvais faciès peut causer, et jeter au cachot un innocent... qui sortira 10, 20 ans plus tard, victime d'une erreur judiciaire ( Patrick Dils... ) et bien d'autres !
Pourtant, à songer à certains visages, ( Hitler caressant les cheveux de cette petite fille blonde... un vrai papi ! qui peut imaginer le monstre qui habitait cet homme ? )
Reste pour moi l'intrigue du dernier vers ( je réfléchis encore ; peut-être qu'un éclair viendra me transpercer ? )
l'avant-dernière strophe est celle que je préfère !
le 3e vers mesure 11 pieds

   Corto   
30/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour tundrol,

Je lis ce poème comme une harangue aux cons: 'allez porter ailleurs vos préjugés et vos rancœurs, laissez les Juges juger".

La plupart des mots et des images sont bien choisis. On regrettera toutefois quelques facilités comme ce " la presse retourne à son vomi de chien ".

L'allusion à "Roscius" n'apporte rien à la démarche du poème, elle est même quelque peu prétentieuse.

Etant plus inspiré par la chanson à texte je citerais plus volontiers Guy Béart:

'Ce soir avec vous j'ai enfreint la règle du jeu
J'ai enfreint la règle
Des moineaux, des aigles
Vous avez très peur pour moi car vous savez que je
Risque vos murmures
Vos tomates mûres
Ma chanson a dit la vérité
Vous allez m'exécuter
Ma chanson a dit la vérité
Vous allez m'exécuter'


Bonne continuation, dans un registre plus convaincant ?

   Eclaircie   
31/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Tundrol,

(j'allais passer mon chemin, la catégorie contemporaine n'est pas ma préférée, mais j'ai eu envie de découvrir ce poème, j'avais lu votre présentation il y a peu)

Non experte en forme plutôt classique, je ne dirai pas trop de la forme ; en première lecture pas un vers ne m'a fait trébucher, dont le texte est fluide et harmonieux.

Ensuite pour le fond, en cours de lecture,je découvre un poème engagé et dans un style classique (j'ai pensé à Victor Hugo pour la teneur du poème : dénoncer l'injustice).
Ne connaissant pas Roscius, je suis allé sur le Net pour en apprendre un peu plus.
Un savant poème donc, tant par le fond que la forme.
Un mot m'a interpellée : "chaude " qui de prime abord surprend, mais dans le contexte, j'attendrai l'explication de l'auteur pour ce choix.

Un poème plutôt très classique avec des références très anciennes mais qui peut se transposer de nos jours.

Merci du partage,
Éclaircie

   Myo   
1/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Heu, suis-je la seule à me poser la question ? Le titre ?
Y a-t-il un jeu de mot qui m'échappe ou est-ce une simple faute de frappe ?

Pour le texte, la forme est plaisante et soignée, dans un style néo-classique. L'alternance des rimes féminines et masculines sont respectées mais pas entre les strophes. Cela semble être voulu.

Pour le fond, un propos sans concession qui à mon sens frôle l'exagération du trait, le caricatural.
De plus si c'est le regard des autres sur ça façon d'être et de vivre qui fait ressentir ce jugement au personnage.

Il est grandement temps qu'il s'en détache.

   Myo   
1/6/2020
"Culpable" - coupable en anglais .... mais pourquoi un titre en anglais?

   Donaldo75   
2/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour tundrol,

Même si j'ai du lire les autres commentaires et ton explication pour comprendre les références, j'ai apprécié ce poème. Il faut préciser que l'exergue m'a quand même bien aidé, ce qui ne signifie pas pour autant que le fond était obscur mais insiste juste sur le bien fondé de ces petites phrases introductives qui donnent un coup de fouet aux neurones cartésiens surtout quand il s'agit de poésie. Il y a de l'épique, du théâtral dans cet ensemble et c'est ce charme romain qui lui donne tout son intérêt.

Merci pour le partage.

Donald

   BlaseSaintLuc   
9/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
sommes nous ici juge de l'écrit? ma foi on nous le demande .
de son fond ou de sa forme ? des deux pour y voir "probande" .

alors oui, j' applaudi sur la forme , c'est bien écrit et agréable à lire .
sur le fond c'est à voir , affirmation exagérée , attaque de la liberté de la presse .

CICERON dit:“On reconnaît Dieu à ses œuvres.”

Céline lui à écrit :"voyage au bout de la nuit "
homme détestable , écrivain génial mais pas toujours ...
il faut donc trié le bon grain de l'ivraie , la presse et les réseaux sociaux .

Ce texte, c'est l'avocat et le procureur en même temps et cela m'as gêné dans la lecture, le propos porte moins car partisan et contradictoire avec lui-même.


Oniris Copyright © 2007-2020