Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vagabond : La mort est sexy
 Publié le 09/11/10  -  13 commentaires  -  787 caractères  -  328 lectures    Autres textes du même auteur

Premier essai sur ce site...


La mort est sexy



Exsangue sous les néons blafards de ma route.
Gangbang avec mes doutes…
L’exhib’ sans limites de mes douleurs,
Imbibe mes heures.

Trekking au pandémonium avec les ombres,
Rewriting des nuits sombres
En cocktail cyclique d’autodestruction
Qui constelle l’affliction…

Puzzle de mes pensées éparses
Seules, alignées comme des garces…
Le sex-appeal d’un cœur à découvert
Se faufile, dans le creux de l’hiver.

Show d’immolation et de mes abîmes,
Choc d’isolation de mes méandres intimes...
Turn-over des espoirs désespérés,
Graveurs de mes lignes tourmentés.

Crash sur le bitume
Trash, jours d’amertume…
Direction vers le but prédéfini
Dead-end… la mort est top sexy.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
27/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

ce qui m'a plu dans ce texte, c'est le jeu sur les sonorités, les rimes internes et le rythme qui se crée. Du coup, en première lecture, j'avoue ne pas avoir fait attention au sens. Mais j'aime bien l'atmosphère sombre, malsaine, un peu morbide qui plane sur les mots. Me vient à l'esprit le film "Crash" de Cronenberg (j'écorche peut-être son nom). Quelque chose de très urbain, une sexualité cérébrale, un peu métallique, noire et vénéneuse. Qui donne un rendu singulier et intéressant. Avec, peut-être en filigrane, l'idée que tout cela n'est que du cinéma...

Bonne continuation
Jphil

   Anonyme   
29/10/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Un poème qui se veut moderne, voire peut-être même "underground" mais c'est trop poussé à mon goût.

Il y a cette utilisation massive des anglicismes qui peut bien sûr être séduisante, mais j'ai plus l'impression que ces termes sont posés ici pour faire mousser les sonorités et rendre le texte un peu plus "branchouille".

Parce que c'est ça qui attire l'attention sur ce texte, et ce qui en ressort au final reste terriblement convenu.
Pour moi, c'est du trompe-l'œil.

   Anonyme   
31/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah... j'aime beaucoup le côté "branchouille" des mots, c'est "fun" pour rester dans le ton ^^, très actuel, et puis c'est assez bien trouvé cette idée de sensualité de la mort, ne dit-on pas "flirter avec la mort ?", bref, agréable à lire, agréable à mettre en image.
Mais à la fin, j'ai eu une impression de "mort heureuse"... et je me pose juste la question... C'est possible ça ?
Sinon, bravo... Well done ^^

   Leo   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Une structure atypique, des mots forts, des images en rapport avec le thème. Il y a à la fois de la force, de la douleur et de l'émotion dans ce texte. Un joli raccourci sur l'ambiguïté de notre rapport avec la mort.
Je regrette cependant "espoirs désespérés", oxymore beaucoup trop "facile" qui m'accroche à la lecture.

   Anonyme   
9/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
j'ai dù relire le poème pour comprendre tellement les mots branchés, en anglais, envahissent le thème.
le sujet me fait penser à un jeune rebelle accro au sensation forte mais qui à la fin s'est brûlé les ailes.

je ne suis pas fan de tous ces mots, j'aime pas leur sonorité, ou alors cela dépends de la façon dont ils sont amenés, là je les trouve trop "bruyants" car nombreux.

dommage.

   LeopoldPartisan   
9/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un texte qui au moins suscite des commentaires pour ce qui concerne le vocabulaire emprunté à l'ennemi séculaire de la langue française, l'anglissisme. Je crois que cela devient inéluctable et c'est ainsi "punt aan de lijn" dit on en Belgique, utilisant le flamand par exemple pour montrer l'extrème détermination de l'expression "point à la ligne".
A l'aube des année 80 Yves Adrien, journaliste très indie et underground avait écrit dans ce style melting pot esperento sont célèbre "Novö Vision". Ce fut pour moi une véritable révélation, mais si je m'y sui essayé, je dois dire que ce fut sans aucun succès. Ici il y a quelques expressions qui m'ont vraiment bien plues pour leur pouvoir évocateur qu'il serait bien peu aisé de traduire en français de début 20ème siècle : "Gangbang avec mes doutes..."
Trekking au pandémonium avec les ombres,
Rewriting des nuits sombres
Pandoménium étant un de mes album préférés de Killing Joke

J'ai aussi bien aimé les 2 derniers paragraphe et surtout le dernier qui clash vraiment

Crash sur le bitume
Trash, jours d’amertume…
Direction vers le but prédéfini
Dead-end… la mort est top sexy.

Happy qui comme Virginie Destempes a eu le Renaudot...

   Anonyme   
9/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
'tain, çà y a pas à dire mais c'est vraiment comme çà que je la conçoit moi la poésie contemporaine.
Ganbang avec mes doutes fachement rentre dedans et évocateur.
la suite aussi m'a bien plus très trip hop limite pornographique

L’exhib’ sans limites de mes douleurs,
Imbibe mes heures.

Turn-over des espoirs désespérés
et puis la fin dead-end... la mort est top sexy.
C'est la classe.

   machin   
9/11/2010
Les néons ont toujours l'oeil blafard. Les nuits sont souvent sombres pour ceux qui sombrent. Les pensées presque toujours éparses, l'hiver creux. Ton texte n'est pas au top, trop commun à mes yeux pour être sexy. Game over.

   Raoul   
11/11/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Tous les poncifs y passent, même s'ils sont boostés par la recherche d'originalité du langage tranché, relâché, franglais, peopelisé…
Le mix avec quelques vocables plus recherchés ne fonctionne pas et pour moi l'artificialité de l'écriture sabre les tentatives d'expression d'état d'âme.
Désolé, mais ça brille sombre et creux.

   Anonyme   
12/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Puzzle tout en éclats, angles acérés, point de vue blasé. J'entends une voix grasse de goudron, je vois un clodo en fin de parcours habillé d'un blaze qui fait baisser le nez de ses frères de bitume.

   emi   
23/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Je suis sensible aux sonorité qui expriment la violence, au rythme.
Ce texte me fait penser à Gainsbourg.
Les anglicismes ne me gênent pas ici puisqu'il s'agit d'évoquer une génération qui les utilise .
Je verrais bien une musique sur ce texte.

   Anonyme   
25/11/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Voilà le genre de textes qui me laissent totalement indifférent (non pas, puisque je commente) et qui ne me séduisent pas du tout.
Ce recours systématique aux anglicismes me hérisse le poil de l'échine. J'ai l'impression d'être tombé sur les paroles d'un morceau extrait de je ne sais quel album de french core.
On reproche souvent aux vers classiques et lyriques leur inclinaison - mal canalisée par le poète - vers l'emphase. Je trouve beaucoup plus d'affectation et de grandiloquence dans le texte que je viens de lire.

   Cristocdleballe   
5/12/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai bien aimé l'originalité du texte, non conformiste, et dans une recherche du bonheur griffé par le desepoire d'un monde illusoir...Le rythme est par contre trop hachuré, c'est domage car j'ai bien aimé ce vocabulaire contemporain qui fait beaucoup de bien à la poésie...

Bonne soirée

Christophe


Oniris Copyright © 2007-2019