Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
VictorO : L'aurore toujours se faufile
 Publié le 28/06/19  -  13 commentaires  -  324 caractères  -  201 lectures    Autres textes du même auteur

Rencontre.


L'aurore toujours se faufile



L'aurore toujours se faufile
Parmi les feuillages secrets

Et façonne de son doigt pourpre
Une étoffe en forme de songe

Face à la jungle ensommeillée
Jusqu'à la sève triomphale

Alors fier avec son pelage
Fabuleux surgit sans rugir

Un tigre au regard qui fascine


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
4/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce court poème embarrasse quelque peu.
Ses neuf vers sont tellement ramassés qu'on hésite sur le sens du récit.

Faut-il rester au premier degré jusqu'au rugissement du tigre ?
Faut-il trouver un sens plus élaboré ?

Les deux premiers vers apparaissent assez fades. Les suivants élargissent l'horizon.

Il manque ici une mise en perspective plus développée qui améliorerait la compréhension, et qui pourrait offrir des images poétiques, surtout en décrivant une jungle d'où émergerait un tigre fabuleux.

A vous relire.

   papipoete   
8/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
libre
Chaque matin, à travers les feuillages au loin, il se lève le Roi, et sans rugir exhibe son pelage éclatant !
NB glorifier le soleil à son lever, comme celui de Louis à la cour, est ici montré en quelques vers, mais sans fioriture nous les lisons avec étonnement !
papipoète

   Gabrielle   
8/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une très belle rencontre contée ici.

L'aurore prend vie et tel un félin se faufile et façonne...

Cette personnification de l'aurore rend possible la rencontre entre deux êtres assimilables l'un à l'autre.

Merci à l'auteur(e) pour cet arrêt sur image en pleine jungle.

Au plaisir de vous lire.

   troupi   
9/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Je pense que c'est un peu court pour un thème aussi intense.
La venue d'un tigre au lever du jour doit être une expérience fabuleuse et votre texte laisse un peu sur sa faim malgré les très belles images.

J'ai aussi un peu de mal avec la découpe et les majuscules systématiques en début de vers.

L'absence de ponctuation est souvent bienvenue en libre mais pour ne pas perdre le lecteur il faut aussi jouer sur les majuscules et les espaces afin de rythmer l'écrit.

   Vincente   
28/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La fulgurance d'une rencontre bouleversante prend place dans ce poème qui a pris le parti de faire sens dans la concision, celui de l'instant de la capture (de l'image) et celui de l'instant de la lecture. Intention percutante, tension palpable, sujet parlant (très parlant, même avant le rugissement...), tout y est pour que la forme libre établisse son empire.

Seulement voilà, j'ai été perturbé par quelques petites choses, oh petites je vous assure, mais dans une telle sobriété verbale, elles ont pris relativement pas mal d'importance ; enfin pour moi, je ne cacherai pas ma subjectivité. En quelques mots (restons concis !), je dirais :

J'ai beaucoup aimé les première et dernière strophe.
La deuxième strophe me plairait tout autant s'il n'y avait ce "en forme de" qui, parmi tant de sobriété, paraît surcharger le vers. J'aurais par exemple vu un vers épuré "Une étoffe songe.
Ensuite dans la troisième, je ne comprends pas ce qui amène et justifie cette expression "sève triomphale". Bien sûr il y a plein de plantes, mais pourquoi la sève et pourquoi la rendre triomphante ?
Pour la quatrième, j'aurais rompu les systématiques diptyques en faisant un vers supplémentaire où "trônerait" le "Fabuleux" seul. J'aime bien le jeu phonique du "surgit sans rugir.

   PIZZICATO   
28/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
C'est l'aurore qui " se faufile
Parmi les feuillages secrets " pour venir à la rencontre du tigre ; ou bien est-ce le tigre qui attend l'aurore et " fier avec son pelage
Fabuleux surgit sans rugir ".

J'ai trouvé ce poème un peu ...télégraphique. Dommage, j'aurais bien poursuivi sa lecture.

" Et façonne de son doigt pourpre
Une étoffe en forme de songe " belle image.

   senglar   
28/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour VictorO,


L'apparition du tigre est fugace, d'autant plus quand il fend les hautes herbes de la jungle. Gageons que se sera pour s'y refondre aussitôt. Tel ce tigre ce poème est fugace. Tel ce tigre il "fascine" : Ô le "doigt pourpre" de l'aurore !

Gageons aussi que le tigre nous laissera en vie, c'est que la journée s'annonce belle au Bengale, car nous sommes bien au Bengale n'est-ce pas ? Et puis il y a déjà les crotales... Au Bengale forcément.

D'ailleurs ce tigre ne rugit pas.

Il laisse ce soin à la beauté du jour qui se lève.

Brrr...


Senglar

   Davide   
29/6/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour VictorO,

Que concision ! Il est regrettable que le poème s'achève sur l'instant figé de la rencontre.

J'ai bien aimé le champ lexical du silence, suggérant bien à propos le calme avant la tempête : "se faufile", "secrets", "étoffe", "songe", "ensommeillée", "sans rugir".
Puis, le dernier vers, coup d'éclat, contraste saisissant, sonne en magnificence : "Un tigre au regard qui fascine".
Pas tout à fait, en réalité, car les deux vers qui précèdent préparent cette rencontre surprenante.

Cependant, quelques passages m'interpellent :
v.5 : "face à (...) jusqu'à" n'est pas une formulation bien claire ;
v.7 et 8 : la découpe des vers avec l'usage du rejet du mot "fabuleux" - et l'absence de virgules - me paraît bien maladroite.
J'aurais par ailleurs substitué "fier de son pelage" à "fier avec son pelage".
Enfin, le choix des octosyllabes sur ces deux vers, selon moi, contrarie la narration et devient carrément antipoétique.
J'aurais mieux aimé :
"Alors
fier de son pelage fabuleux
surgit sans rugir
un tigre au regard qui fascine"

En conclusion, j'ai bien aimé les trois premières strophes ainsi que le monostique final, mais la 4e strophe est - selon moi - à revoir. C'est dommage car de bien belles couleurs ornent ce tableau exotique !

Merci du partage,

Davide

   INGOA   
29/6/2019
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai trop de mal à suivre le fil conducteur de ce très court texte pour en apprécier son essence. Le titre aurait tout aussi bien pu être le deuxième vers : Parmi les feuillages secrets.

La musicalité des trois derniers vers est rugueuse et me hérisse un peu.

Je suis toujours gênée dans ma lecture en l'absence totale de ponctuation.

   hersen   
29/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Tyger ! Tyger ! burning bright...

Nous pensons naturellement à ce poème de W. Blake en lisant ce poème.
Mais ici, tout n'est que douceur d'une nature dont le tigre fait partie.

Il me manque un poil quelque chose. Et je crois que cela se trouve dans le quatrième distique, premier vers : "Alors fier avec son pelage...".
Je crois que "avec" enlève beaucoup de majesté. Voilà, c'est ça : il manque une majesté.

J'ai néanmoins beaucoup aimé, l'angle d'approche (si je puis dire, mais je ne m'y frotterais pas !) et il y a un sentiment de paix qui rarement est associée au tigre.
C'est un bel hommage à un animal dans son environnement.

   STEPHANIE90   
29/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour VictorO,

quelques jolies images parmi "les feuillages secrets d'une aurore qui façonne de son doigt pourpre une étoffe en forme de songe".
J'aime beaucoup le début, par contre je m'égare face à la jungle ensommeillée, cela sonne vraiment bizarre à l'oreille et que vient faire là cette sève triomphale ???

A moins, comme je l'ai entendu qu'il n'y est double sens mais à peine affleuré ? Je l'ai lu ainsi mais l'ensemble manque de substance pour moi...

J'ai décroché et rejoint notre continent, merci pour cette courte lecture,

StéphaNIe

   Robot   
1/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le poème court est un exercice qui n'est pas toujours aisé. Celui-ci a su intégrer à la fois images et métaphores dans une écriture précise et rythmée qui en fait un texte agréable.

J'ai beaucoup aimé cette conclusion qui nous présente l'image de l'aurore comme un tigre à l'affut.

   MichelPierron   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne comprends pas le sens du texte !!


Oniris Copyright © 2007-2019