Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
VictorO : L'écume vermeille
 Publié le 19/11/19  -  9 commentaires  -  476 caractères  -  177 lectures    Autres textes du même auteur

En chacun de nous.


L'écume vermeille



Navire étincelant
Rafiot mélancolique

Innombrables vaisseaux
Quand l'écume est vermeille

Du ruisseau nourrisson
À la mer impériale

Le sang va frémissant
Encre miraculeuse

Qui rythme chaque instant
Grâce au trésor caché

Ce cœur marionnettiste
Chef d'orchestre inlassable

Navire étincelant
Rafiot mélancolique

Innombrables vaisseaux
Quand l'écume est vermeille


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   natile   
5/11/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Pourquoi cette répétition des 4 premiers vers ? Doit-on en saisir un sens particulier? Pour le reste il y a également une recherche pour ma part d'une référence à laquelle me raccrocher : veut-on faire un poème sur la vie, sur le cœur qui bat et qui signe la présence de cette vie, doit-on entendre le cœur qui bat par amour?
Trop d'hypothèses d'interprétation pour en retirer du plaisir à la lecture

   Gouelan   
7/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'ai trouvé votre poème un peu trop évasif. Quelle est l'idée générale ?
L'océan vermeille, océan chef d'orchestre ?
Navire, vaisseau, rafiot ?
Les immigrés de l'océan?

Il le manque un sillon pour voyager avec vos mots.

   Corto   
7/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Mystère.
L'auteur a-t-il voulu construire un rébus ?

Que faut-il comprendre avec "Navire étincelant Rafiot mélancolique" ? surtout venant après l'exergue annonçant "En chacun de nous".
En tant que lecteur j'ai l'impression d'avoir manqué quelque chose.

Je perçois mieux "Du ruisseau nourrisson À la mer impériale", autrement dit du minuscule jusqu'à l'immensité.
La comparaison sang/encre me paraît peu poétique.

Quant au cœur le qualifier de "marionnettiste" est surprenant.

Au total je ne retrouve pas l'appel sympathique du titre "L'écume vermeille" dans ce texte où les images utilisées sont souvent discutables.

A vous relire.

   ANIMAL   
19/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème évoque bien le corps humain et son réseau veineux/artériel qui transporte la vie, cette "écume vermeille".

Le navire-corps est étincelant quand tout va bien mais le vague à l'âme guette.

"Du ruisseau nourrisson", minuscule veinule, à l'artère "impériale" pulsant de vie, chaque goutte de sang transportée a son importance. Tout cela sous la houlette du coeur.

Le thème est original, les images aussi. Néanmoins, il me manque de la densité et la présentation, accentuant ce côté léger, ne rend pas justice à vos vers.

Un voyage intéressant au sein du système sanguin, notre eau nourricière, mais pas tout à fait achevé pour ma part.

   Provencao   
19/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Innombrables vaisseaux
Quand l'écume est vermeille"


Dans ces deux vers, faut-il rechercher ou non "l'écume vermeille"? Si celle ci existe déjà indépendamment de nous comme une force, une vie, un élan liés à la réalité de l'existence, la question de "l'écume vermeille" peut alors devenir: pourquoi nous conformer à ce rythme? et surtout se conformer à ce rythme, est-ce véritablement "ce sang frémissant..."


"Ce cœur marionnettiste
Chef d'orchestre inlassable"

Ce cœur se trouve en nous, quoi qu'on veuille, la question que l'on pourrait se poser est sur la recherche du juste équilibre, à la fois dans notre compréhension de ce qui bat en nous et dans notre comportement de ce que nous faisons de ce "chef d'orchestre".

C'est ainsi que j'ai ressenti et perçu votre poésie....


Au plaisir de vous lire
Cordialement

   STEPHANIE90   
19/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour VictorO,

un fond "sanguin" original, l'écume vermeille qui frémit en encre miraculeuse et qui semble pulsé sur le fil de la vie :
"Du ruisseau nourrisson
À la mer impériale"
Vermeille > couleur du sang, couleur de l'amour et de la passion ;
Je ressens celle-ci soudre sous la répétition des quatre premiers vers au final, qui prend pour moi un double sens... mais je me trompe peut-être...
"encre" miraculeuse, je ne suis pas fan de ce mot qui dans ce vers est un peu sans rapport avec les termes précédents et suivant. Source par exemple me paraîtrait plus adéquat dans le contexte présent ; à moins que comme je le soupçonne vous ne parliez de l'écriture, mais dans ce cas, je n'arrive pas à tous saisir sous vos mots...
Il me manque un petit truc, quoi précisément je ne sais pas, mais je pense qu'un fil conducteur plus "décelable" aurait fait prendre une autre dimension à cette poésie.

J'ai bien aimé cette lecture, qui a titillé ma curiosité, merci et au plaisir de vous lire,

Stéphanie

   papipoete   
19/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir VictorO
ce n'est point une calligraphie, et pourtant je vois votre poème comme le tracé d'un battement de coeur ; d'un coeur tranquille puis soudain une émotion qui fait chavirer, déborder l'encre par-dessus bord !
Quelques vers comme écrits sur une partition, qu'un maestro dompte en tirant les ficelles à propos.
Un toile impressionniste à contempler, et par elle se laisser submerger !

   laurentge   
20/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Merci VictorO pour ce subtil et puissant poème alliant le vaisseau pirate sanguinaire et tonitruant au vaisseau sanguin, caisse de résonance de nos émotions.

   BernardG   
23/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Poème au final peu facile d'accès !
Avec "coeur" on a la solution mais on reste quand même dans l'expectative en se demandant (enfin pour moi) le pourquoi de :
"Ce navire étincelant"
"Rafiot mélancolique".....Peut-être l'extérieur qui étincellerait alors que l'intime (esprit, âme) serait moins enthousiasmant !!

J'ai beaucoup aimé ces 2 vers:
"Le sang va frémissant"
"Encre miraculeuse" qui symbolisent bien le principe de vie.

Merci pour le partage

Bernard G.


Oniris Copyright © 2007-2019