Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : Le bois du Creux-Joli
 Publié le 21/01/18  -  17 commentaires  -  1234 caractères  -  261 lectures    Autres textes du même auteur

Quelque part au Québec.


Le bois du Creux-Joli



Le bois du Creux-Joli sous son manteau de neige
Dans un royaume blanc où rôdent quelques loups
Affronte les hivers à l’hostile cortège
Mené par le blizzard et ses terribles coups.

Au détour du chemin paraît une cabane
Refuge de trappeurs fait d’énormes rondins,
Sur les murs, à travers une brume diaphane
On peut apercevoir des peaux de ragondins.

Un craquement soudain c’est un arbre qui tombe
Abattu par le poids d’un givre trop pesant,
Au sommet d’un sapin roucoule une colombe
Une autre lui répond, un échange plaisant.

Sur un étang gelé s’élance un équipage :
Un traîneau, le musher et ses chiens haletants.
Ils s’éloignent au loin sans faire de tapage
Devenant au regard de plus en plus distants.

Dans cette immensité où plane le mystère
Les bruits sont étouffés, les échos sont muets,
Le vent qui vient du nord a mauvais caractère
Chahutant les bouleaux qu’il prend pour des jouets.

Le bois du Creux-Joli au bout du Nouveau Monde
Supporte les hivers, le froid, les loups hurleurs.
Il attend les printemps pour que la neige fonde
Les rayons du soleil pour prendre des couleurs.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

C'est un bon texte qui, hélas, ne dépasse jamais le stade de la description. J'aurais aimé une dimension supérieure, un passage
de l'image à la poésie, une réflexion sur ce monde lointain qui nous est
de plus en plus étranger.
Demeure un texte plaisant à lire, un joli tableau à regarder.
Mais l'auteur nous a habitué à mieux, à plus profond.

   kreivi   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'adore le titre, ce lieu-dit Creux-Joli est en lui même un poème qui ouvre les portes de l'Acadie et de son histoire.
Paysage d'un hiver que je connais très bien. Très bien décrit.
Le silence lourd de la neige... le silence des arbres qui craquent...
le silence de la solitude...
C'est une belle carte postale qu'on regarde. ( Il ne maquerai que le Père Noël !)
Les loups ? non, on n'en rencontre pas en vrai.
Quand aux colombes, je pense (mais je ne suis pas sûr) qu'elle sont migratrices.
Bon, j'ai passé un agréable moment à lire ce poème qui a dépoussiéré mes propres souvenirs

   papipoete   
23/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix
on pourrait vous donner un autre pseudo " vincentpapipo ", tant votre écriture ressemble à la mienne ! ( je suis peut-être prétentieux ? )
A vous lire dans cette plaine du Canada où le bois du Creux-Joli claque de ses écorces, et craque des branches, j'en ai froid aux doigts sans mes gants !
NB c'est joli comme le coin forestier sous son manteau de neige, mais je reste un peu comme les loups rôdeurs, sur ma faim . De belles images " carte-postale " venus de chez nos cousins !
au 10 vers, j'aurais mis un point après " pesant "
au 24e vers, j'aurais mis une virgule après " fonde "

   leni   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour VINCENT
Très belle description de la nature

Les bruits sont étouffés, les échos sont muets,
Le vent qui vient du nord a mauvais caractère
Chahutant les bouleaux qu’il prend pour des jouets

Voilà mes trois vers préférés SUPERBES
ce texte est équilibré sans excès J'ai beaucoup aimé
SALUT amical GASTON

   Donaldo75   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincent,

J'ai bien aimé, une fois n'est pas coutume, ta poésie si bien travaillée. Cette fois-ci, je me suis retrouvé au temps où je lisais du Jack-London, emmitouflé dans mon barda de laine sur un canapé protecteur, loin du climat hostile du Grand Nord Canadien. Ton poème m'a fait voyager de la même manière, visuellement grâce à des images réussies, avec du rythme comme dans une course de traineaux.

Bravo, et merci pour le voyage,

Donald

   Eccar   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincent,
Déjà "le bois du Creux-Joli", cela fait très québécois, et j'apprécie pour cela.
Ensuite, l'écriture coule de source, douce et délicieuse, imagée, un vrai plaisir à savourer.
Et puis c'est une description, et alors ? Une belle peinture est-elle fade puisqu'elle ne montre que la beauté de la réalité ? La réflexion est toujours intérieure, et quand elle n'est pas imposée par l'auteur, lorsque le texte est juste une base d'où le lecteur pourra s'envoler, c'est pour moi parfait.
Vous m'avez transporté en ce joli bois, en ces couleurs québécoises que je ne peux qu'imaginer.
Magnifique peinture.
Bravo.

   PIZZICATO   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Le tableau de cet endroit est bien rendu par des images intéressantes.

" Dans cette immensité où plane le mystère
Les bruits sont étouffés, les échos sont muets,
Le vent qui vient du nord a mauvais caractère
Chahutant les bouleaux qu’il prend pour des jouets."
J'ai préféré cette strophe où le côté descriptif est moins dominant.

" On peut apercevoir des peaux de ragondins." Partie du décor, certainement, Mais ce vers me gêne.

   Alexandre   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincent et merci pour cette balade chez nos cousins de la Belle Province. Promenade sans surprise mais dans laquelle j'ai surtout retenu ce quatrain...

Dans cette immensité où plane le mystère
Les bruits sont étouffés, les échos sont muets,
Le vent qui vient du nord a mauvais caractère
Chahutant les bouleaux qu’il prend pour des jouets...

... quatrain qui résume à lui seul l'ambiance du bois du Creux-Joli, un nom de lieu ô combien poétique !

Merci pour cette sortie dominicale !

   Cristale   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je me suis promenée en suivant vos pas sur les sentiers poétiques du bois du Creux-Joli. La neige craquait sous mes pieds et j'ai eu un peu peur en apercevant les peaux de ragondins à travers la brume, j'ai sursauté en entendant le craquement de l'arbre givré qui tombait sur le sol mais le roucoulement des colombes m'a rassurée. J'ai vu s'éloigner le traîneau et ses chiens haletants sur l'étang gelé.
J'ai apprécié cette ambiance feutrée de blancheur, cette immensité pleine de mystères et malgré le vent du nord qui m'a glacé les doigts je peux écrire que j'aime beaucoup et je plussoie votre poème en rehaussant le curseur.

Bravo et merci Vincent.
Cristale

   Mokhtar   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Que peut-on reprocher à ce poème ?

L’alexandrin s’y fait évocateur, les scènes parlent, les détails sonnent juste. Bref on s’y croit, on s’y voit. De jolis vers : « Dans cette immensité où plane le mystère Les bruits sont étouffés, les échos sont muets », et l’on note même l’incontournable « diaphane » breveté Oniris.

Mais je ne sens pas dans ce texte la « patte » de Vincendix, celle qui souvent nous a charmés.
On a un peu l’impression d’un texte sur commande, sujet imposé, beau documentaire réaliste.
Il manque un angle d’attaque original , une implication personnelle…
Beau texte, mais un peu…froid.

   Vincendix   
22/1/2018

   Marite   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tout en descriptions précises et réalistes, ce poème nous transporte dans un paysage hivernal sans que nous soyons frigorifiés. Le rythme régulier des alexandrins, la succession des images et des rimes nous emportent dans une balade bien agréable avec l'impression de glisser sur la neige bien à l'abri dans un traîneau.

   Arielle   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce Creux-joli sous la neige a réveillé ma nostalgie des "vrais" hivers dont je suis privée aujourd'hui.
Le craquement d'une branche ou l'envol d'un ramier animent à propos le tableau un peu figé sous son manteau.
pour éviter les deux "pour" en fin de poème j'aurais utilisé un participe présent :
"Les rayons du soleil lui rendant ses couleurs." par exemple, mais je sais que cette forme verbale n'a pas bonne réputation en poésie et que son emploi est une de mes faiblesses ;-)

   hersen   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Vincendix,

La forme est tellement belle et parfaite que je ne peux guère passer à l'attaque ! :-))

Je fais partie de ceux qui trouvent que cette description du Creux-joli est trop carte postale. ce n'est pas bien sûr déplaisant mais je suis restée en attente d'une vie qui ne manque pas, même en hiver certainement.
L'image est un peu froide, en somme.

Suis-je trop curieuse de connaître ce qu'il y a derrière une image, aussi belle soit-elle ? Peut-être !

En tout cas, bravo pour ce petit voyage chez les cousins !

hersen

   Anje   
22/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Jolie promenade dans ce bois du Creux-Joli dont le nom me laissait entrevoir des parterres fleuris. Mais j'ai apprécié marcher dans vos pas tracés dans la neige. J'aurais juste aimé ressentir et partager votre plaisir qui, à mon sens, n'apparait pas suffisamment dans cette jolie description. Peut-être qu'au printemps....
Merci de ce partage.

   Marie-Ange   
23/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je vous ai lu et relu, belle découverte que ce "Bois du Creux-Joli".

Vous avez su me captiver, les détails apportent beaucoup, dans ce décor, un peu inhospitalier, et pourtant l'envie s'invite à vouloir connaître de visu ce lieu. Cela doit être impressionnant de
beauté d'une certaine manière, cette immense couverture immaculée. Le lieu a quelque chose de fascinant.

J'ai aimé le fond autant que la forme, c'est fluide, rythmé et
très agréable à lire, car fort bien imagé.

   Francois   
26/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème que je trouve fort bien écrit, de beaux alexandrins ciselés, des rimes plutôt originales (rondins/ragondins, mystère/caractère).

Ce paysage du Grand Nord est bien rendu, de facon très visuelle.

J'aime particulièrement :
"Dans cette immensité où plane le mystère
Les bruits sont étouffés, les échos sont muets,
Le vent qui vient du nord a mauvais caractère
Chahutant les bouleaux qu’il prend pour des jouets."

Minuscule bémol (histoire de critiquer) : j'aime moins "l'hostile cortège", et le "blizzard et ses terribles coups"...

La proposition d'Arielle pour le dernier vers est judicieuse. Mieux vaut un participe présent que la répétition de deux "pour"...


Oniris Copyright © 2007-2018