Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : Le chemin du souvenir
 Publié le 22/12/20  -  17 commentaires  -  1050 caractères  -  224 lectures    Autres textes du même auteur

Tante Margot va avoir 100 ans mais elle ne le sait pas !


Le chemin du souvenir



Allons-nous promener sur ce petit chemin,
Te souviens-tu Margot celui de la fontaine,
Nous irons doucement, allez tends-moi la main,
Attends… je vais chercher une petite laine.

Rien n’a changé tu sais, les buissons, les bosquets,
L’orme qui t’abritait sous son épais feuillage,
Les fleurs que tu coupais pour de jolis bouquets,
Les oiseaux qui t’offraient leur charmant babillage.

Tu verras le jardin et le vieux cabanon
Il tient encor debout malgré les meurtrissures,
On remarque toujours au sommet du pignon,
Le contour de deux cœurs sous quelques moisissures.

Le souvenir de Paul hante ces lieux sereins,
Je le vois réparer la petite muraille,
Je l’entends quelques fois se plaindre de ses reins,
De l’envahissement de la folle broussaille.

Allons sur ce chemin, celui du souvenir,
Retrouver ton passé, retrouver ta mémoire,
Allez viens… prends mon bras… je vais te soutenir,
Tu me raconteras… comme avant… une histoire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
10/12/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bien jolie évocation de souvenirs très anciens, que tante Margot, centenaire, même si elle ne sait pas son âge, n'a certainement pas oubliés.
(Les personnes très âgées oublient le passé très récent, mais se souviennent dans le détail de leur enfance et de leur jeunesse; j'en fais l'expérience tous les jours avec ma mère )

Ce poème classique(?) RACONTE avec sensibilité, délicatesse, émotion, "le chemin du souvenir" qui saura raviver la mémoire de cette vieille dame et l'inciter à raconter une histoire......comme avant.

Le dernier quatrain est plein de douceur à cet égard.

"Allons sur ce chemin, celui du souvenir,
Retrouver ton passé, retrouver ta mémoire,
Allez viens…prends mon bras… je vais te soutenir,
Tu me raconteras… comme avant… une histoire."

Très belle description, de jolis alexandrins sans faute de prosodie que l'on pourrait tous citer, une écriture simple mais magnifique de fluidité , un poème parfaitement réussi que ne peut que toucher le lecteur.

Bravo, une poésie superbe comme je les aime.

En EL

Lebarde

   socque   
14/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Ce qui m'apparaît comme la première qualité du poème, sa simplicité tendre, verse par moments à mes yeux dans le simplisme mièvre, du mauvais côté du pathos ; question de dosage et de sensibilité personnelle. Je regrette ainsi la présence aux premier et quatrième vers du même adjectif à la même syllabe, des rimes assez attendues me semble-t-il (notamment meurtrissures/moisissures ou mémoire/histoire, deux mots non synonymes mais qui s'appellent facilement par association d'idées ; aussi, à part « sereins » et « soutenir », tous les mots à la rime sont des substantifs), les adjectifs chevilles participant à des clichés à la rime (petit chemin, petite laine, petite muraille, épais feuillage, jolis bouquets, charmant babillage, vieux cabanon), enfin les deux derniers quatrains que, pardonnez-moi, je trouve penchant vers le larmoyant.

Mais j'ai apprécié la fluidité des vers et la gentillesse qui s'en dégage.

   Wencreeft   
14/12/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Si la forme est impeccable, le fond lui, me laisse perplexe, si vous me permettez l'euphémisme. Un thème sur le souvenir, pourquoi pas, mais le sujet est particulièrement éculé en poésie. Pour tirer son épingle du jeu, il aurait fallu que l'auteur.trice offre au lecture une perspective originale, un traitement insolite ou un vocabulaire très imagé. Ce n'est nullement le cas ici.
Aucun vers ne sort particulièrement du lot, aucune surprise de vient agrémenter la lecture, aucune image ne vient dynamiser le tout.
Pire, les passages comme "allez tends moi la main,", "Attends… je vais chercher une petite laine.", "Allez viens…prends mon bras" sont pour moi de terribles maladresses, comme des passages que l'auteur.trice a voulu combler avec du vide pour compléter l'alexandrin.
Le pire étant le vers 4. Arrivé à ce point du poème, mon avis définitif était déjà fait. Un vers simple, très simple, trop simple. Trop commun. A l'image du poème et du vocabulaire en fait.
Je salue la versification et le rythme, qui sont des réussites (attention toutefois à cabanon/pignon), mais pour le reste, il manque pour moi du lyrisme, de l'envol et de la créativité pour constituer un texte alléchant. Prenez des risques : je préfère la surprise à la gentillesse (en tout cas en littérature).
Dommage.

   Donaldo75   
15/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai trouvé beaucoup de tendresse dans ce poème. La douceur des vers, la tonalité de la narration poétique, les images déployées à la première et la seconde personne du singulier, tout concourt à cette impression, comme si moi, lecteur, j'assistais à la scène et que je voyais se dérouler ce passé. En cinq quatrains, tout une vie s'écoule mais ne se finit pas car la mémoire reste dans le cœur du poète et ce bel hommage ne sent pas le renfermé mais au contraire le vivant, l'espoir, la nostalgie positive.

Bravo !

   ANIMAL   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Gentillesse, douceur, tendresse sont les maîtres mots de ce charmant poème. Le narrateur aimerait que Margot la centenaire se souvienne des beaux jours enfuis, sans doute a-t-elle la mémoire qui flanche, et pour cela il retourne avec elle sur des lieux connus jadis.

J’ai beaucoup aimé la tonalité légère, empreinte de bonté et de respect envers l’aînée malgré les soucis du grand âge qui l’affectent.
Et le souvenir de Paul s’imbrique dans ceux de Margot. On n’en saura pas plus mais on imagine un mari ou un fils décédé.

L’eau, les arbres, les oiseaux, la cabane et les pierres, témoins muets de cette jeunesse oubliée, participent à cette ambiance sereine.

Qui ne s’est pas promené à petits pas en tenant le bras de sa fragile grand-mère et en évoquant le passé ne peut sans doute pas appréhender la profondeur de cette relation.

La simplicité des vers me paraît tout à fait appropriée au thème et à son traitement car ces mots simples parlent au cœur.

   bipol   
22/12/2020
Quand on est jeune et beau et bien portant

on peut écrire allégrement

sur la vieillesse et le naufrage

quand on est vieux et qu'on à l'âge

on compte les jours de ses amours

elles sont rouillées pour peu de tours

   Corto   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le titre nous prévient, on entre dans le souvenir, même si Margot n'en a plus guère.
Néanmoins les rappels et les évocations ne sont pas franchement originales, sauf peut-être à la quatrième strophe avec le personnage de Paul.
La forme semble répondre aux normes que certains applaudissent.

Pardonnez-moi un certain manque d'enthousiasme.

   Angieblue   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce poème m'a beaucoup touchée.

J'ai aimé l'interpellation de la destinatrice qui est atteinte d'Alzheimer.
C'est musical, chantant et tendre.
"allez, tends-moi la main" Attends" J'aime beaucoup le jeu d'allitération et d'assonance. Allitération en "t" qui, de plus, se retrouve dans le dernier quatrain.
Il y a quelques chose de théâtral aussi. Ce texte est fait pour être interprété oralement.

De plus, c'est fluide.
Bravo aussi pour la recherche de rimes riches.

C'est simple mais c'est tellement beau cette ode au souvenir et à la mémoire perdue. Ici, pas besoin de fioritures et de merveilleux pour emporter et c'est ça qui est magique.

Je suis vraiment émue et touchée. Quel bel hommage et cadeau de Noël à Margot si elle existe!

Vraiment bravo et merci!

   Hananke   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Très joli texte nostalgique comme souvent chez l'auteur.
Même si tout le monde a son petit chemin ou sa fontaine, l'auteur
arrive à recréer de forts bien jolis instants.
La Nature ne change guère, c'est nous qui changeons ou la changeons.

Une belle promenade dans un passé toujours aussi présent.

   pieralun   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Vincendix,

J’ai tiens à commenter ce poème tant je l’ai trouvé hétérogène.

Un thème rabâché, mais qui peut être traité de mille façons.
Beaucoup de douceur, de calme, un rythme lent, jamais heurté qui constitue un des atouts de texte.

Quelque vers très jolis: le second et le 3 éme quatrain, le reste est agréable....

En revanche: « je vais chercher une petite laine » !!!!!!
« Je l’entends quelque fois se plaindre de ses reins » !!!!!!!!!!!!! sérieux???? Qu’elle aurait été la rime s’il avait pris un coup dans les testicules??

C’est dommage Vincendix, vous avez une bonne plume classique mais pourquoi glisser dans un joli texte certaines parties qui n’ont aucun rapport avec de la poésie?

   papipoete   
22/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Vincendix
J'ai commenté ce matin un texte, disons différent du vôtre, butant sur chaque mot bien énigmatique ; je suis dans les pas de Margot ( elle ne me voit pas ) et je m'aventure sur ce chemin, où sont cachés vos souvenirs. Rien n'a changé, et l'on croit voir untel, entendre un autre ! " Tiens, regarde, le banc est toujours là ; asseyons-nous, et raconte-moi, comme au bon temps, une histoire..."
NB de la poésie, comme j'essaie de l'écrire, sans tralala ni encyclopédie pour suivre l'auteur ! Tout y est charmant, les images et les bruits, et c'est ces vers-là que j'aimerais savoir écrire...
la troisième strophe est ma préférée ( l'arbre étant gravé de deux coeurs ) moi ainsi que Ugolin, je le gravai sur ma peau...
Les dodécasyllabes battent sans faute la mesure.
Un infime bémol pour les " guillemets de dialogue " qui purent être ouverts au début, fermés à la fin ?

   sympa   
23/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

Une poésie tendre, émouvante et belle comme je les aime avec des vers simples mais adaptés aux souvenirs et à l'attention portée à tante Margot , bientôt centenaire et dont la mémoire fait défaut.
C'est beau, chargé de souvenirs, le sujet n'est pas nouveau mais le traitement très personnel est touchant et réussi.
Tout y est, l'émotion, les images, la tendresse, et de très beaux alexandrins.

   fugace   
23/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette promenade sur le petit chemin du souvenir n'a pour moi aucune mièvrerie.
Plein d'amour, de tendresse il évoque avec justesse les attentions que l'on a pour guider un être cher vers ses souvenirs effacés, que souvent un lieu peut faire revivre.
Il est vrai que ce "petit" chemin est si étroit qu'il est souvent difficile d'en trouver l'entrée.

   Castelmore   
23/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très belle musicalité
de ces vers classiques qui accompagne l’émotion.
Peu d’originalité... mais précisément c’est pour moi ce qui ajoute au charme de cet opus .
Ne sommes-nous pas avec une centenaire ? Une petite laine doit elle aujourd’hui se dénommer un cachemire et chatter remplacer raconter ?

L’homogénéité sujet, vocabulaire, rythme, rimes croisées est pour moi parfaite.

Bravo
Castelmore

   Miguel   
23/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tendresse et nostalgie peignent ce poème de leurs couleurs pastel et sépia. La note de tristesse qui s'y fait entendre tout au long n'ôte rien au charme de ces évocations, les lieux, les personnages, les usages. La vie, quoi, telle qu'elle s'écoule, trop vite.

   Queribus   
26/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un poème émouvant sur un sujet très souvent traité mais les bonnes choses sont éternelles. Votre écrit se lit facilement sans besoin d'un dictionnaire à côté de soi. Il comporte de belles images poétiques, convenues certes mais pas mièvres. J'ai quand même noté: "je vais chercher une petite laine, Je l'entends quelquefois se plaindre de ses reins qui font très lieux communs. En ce qui concerne la forme poétique, votre poème témoigne d'une très grande rigueur et d'un respect des règles de la prosodie. J'ai noté cependant de nombreuses rimes à l'hémistiche:

Allons nous promener
Attends, je vais chercher

Rien n'a changé tu sais
L'orme qui t'abritait
Les fleurs que tu coupais
Les oiseaux qui t'offraient

Allez viens...prends mon bras
Tu me raconteras

Ce ne sont pas vraiment des fautes mais c'est à éviter quand même.
En conclusion, l'ensemble m'a laissé une impression très qu'honorable.

Bien à vous.

   Myo   
26/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beaucoup de nostalgie et de tendresse dans ce chemin de la mémoire.
Une ambiance feutrée, un décor où le temps a fait son œuvre et cette envie de le retenir encore un peu.

Une douce émotion à la lecture de ces lignes qui me rappellent tant de regards d'anciens.

Bravo pour la justesse de ce propos.

Myo


Oniris Copyright © 2007-2020