Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vincendix : Le petit nuage
 Publié le 17/11/19  -  21 commentaires  -  786 caractères  -  233 lectures    Autres textes du même auteur

Rien qu’un petit nuage peut cacher le soleil !


Le petit nuage



J’ai vu dans le ciel bleu arriver un nuage,
Tout petit, cotonneux, venant de l’horizon,
Était-ce le messager annonçant un orage,
Ou bien un promeneur divaguant sans raison ?

Parfois il s’étirait, formant une bannière,
Laissant derrière lui un joli filament,
Puis devenait compact poursuivant sans manière,
Sa balade d’été sur les ailes du vent.

Des oiseaux le suivaient profitant de son ombre,
Le soleil, courroucé de se voir occulté,
S’efforçait de percer un gêneur aussi sombre,
Mais l’autre se moquait de ce vieil entêté.

Le solitaire ombrait ainsi le paysage,
S’amusant de ce jeu au détriment d’un roi,
Élément nébuleux, cet intrus de passage
Venait de triompher en imposant sa loi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
29/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
néo-classique
d'emblée un poème qui accroche le regard, comme ce nuage dans le ciel, qui se fait remarquer !
Bien sûr, il faut être un peu contemplatif, pour poser les yeux en l'air, et s'amuser d'un nuage qui passe ; " oh, t'as vu le nuage là-bas, on dirait... " tel est le seul bagage requis pour suivre l'image du poète !
Un petit stratus de rien du tout, qui en prend à son aise, et vient barrer la route au royal cumulo-nimbus... non mais !
NB comme c'est charmant cette scène pour petit et grand, cinéma gratuit pour qui sait voir et regarder !
L'imparfait pour situer l'action, nous suggère que ce film se joua hier, mais assurément il y aura des re-diffusions !
Tout est charmant, aussi je ne cite pas un passage en particulier.
le 3e vers mesure 13 pieds, le 4e aussi... adieu " néo-classique "
papipoète

   embellie   
30/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème est le résultat d'une observation des éléments de la nature, et la poésie découle de la personnification de ces éléments: "messager - "promeneur" - "vieil entêté".
C'est aussi le récit d'un nain, le petit nuage, triomphant d'un géant, le roi soleil. C'est je crois le thème récurrent des contes et légendes qui a plu, continue et continuera de plaire, universellement.
Au niveau versification, le 3ème alexandrin comporte une syllabe de trop. Je suggère : "Était-ce un messager annonçant un orage," la liaison entre "ce" et "un" rétablissant un équilibre souhaité.

   cherbiacuespe   
31/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Formidable! Ce petit nuage m'a conquis dès le premier quatrain et il fallait que j'aille au bout, coûte que coûte!

C'est fluide et cela surfe bien sur la vague de l'oreille attentive à la musicalité. Peut-être quelques rimes feront grimacer (filament/vent), personnellement je n'en ferais pas trop grief tellement l'auteur(e) tient bien son sujet. En peu de mots tout est dit, un vocable simple, une image bien trouvée ("poursuivant sans manière,
Sa balade d’été sur les ailes du vent").

Court, clair, percutant et un sourire en prime. Pour moi, tout y est!

   VictorO   
2/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui traverse la page comme le nuage qui traverse le ciel, imperturbable. Le thème du petit qui réussit à déstabiliser le géant, l'invincible. Des alexandrins limpides et rythmés. Bref, un beau travail et de l'originalité.
J'ai apprécié en particulier :
"Etait-ce le messager annonçant un orage,
Ou bien un promeneur divaguant sans raison? (…) Des oiseaux le suivaient profitant de son ombre (…) Elément nébuleux, cet intrus de passage,
Venait de triompher en imposant sa loi.

   Hananke   
6/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime beaucoup ce joli petit poème nuageux qui nous explique
qu'il ne faut pas grand-chose pour cacher la lumière d'un roi.
Malheureusement, chez nous, en ce moment, ce n'est pas qu'un petit
nuage qui cache le soleil mais une véritable armada.
Des vers ressortent de l'ensemble :

Ou bien un promeneur divaguant sans raison?
Sa balade d’été sur les ailes du vent.

Dommage que seul un petit hiatus empêche le classique
mais ne nous empêche pas de déguster ce poème savoureux.

   sympa   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincent,

Un simple petit nuage peut faire de l'ombre au roi soleil, être annonciateur d'orages, mais aussi inspirer le poète au point de nous offrir un joli petit poème et nous faire partager son imaginaire .
J'aime contempler les nuages depuis l enfance et voire ce qu ils représentent ( un chien, un dragon et autres animaux ).

Merci pour cette belle lecture .

   Lebarde   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel plaisir, regardant le ciel bleu, couché sur le dos dans le gazon , un brin d’herbe glissé entre deux dents, de suivre un petit nuage blanc qui l’espace d’un court instant cachera le soleil.

Votre poème est tellement simple et tellement naturel et réaliste qu’il ne peut que réjouir le lecteur nonchalant qui sait observer le ciel toujours changeant.

L’écriture sans emphase ni esbroufe est délicate et plaisante et ne soulèvera pas de polémique même chez les plus exigeants grincheux.

Bravo et merci j’ai apprécié sa lecture.

Lebarde

   STEPHANIE90   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Vincendix,


votre poésie "le petit nuage" m'a mis du baume au corps en cette sale journée de froid et de lugubre brume qui traîne par chez moi. Pendant quelques minutes, je me suis vu en plein été regardant passer votre petit nuage.
Cela m'a fait un bien fou, je trouve que simplement vous avez su nous faire partager vos divagations à sa contemplation, et le faire triompher face à ce roi soleil qui joue moins les fiers...

Merci beaucoup pour cette lecture,
Stéphanie

   Vasistas   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bon jour aujourd'hui.
J'adore l'idée du sombre petit nuage qui passait par là et les oiseaux en profitent tant le soleil est brûlant.
C'est le grain de sable dans la mécanique qui soulage, mine de rien, de la toute puissance rayonnante (régnante).
Brillant, simple, léger, visuel, joli .
Bravo !

   grandin   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau texte, non... poème.
Le sens soutenu (du début à la fin on suit la promenade de ce nuage), la mélodie agréable (grâce à des rimes choisies), un style de fabuliste.

Cet apologue signifie t-il que pour détrôner un suzerain il suffit de lui faire de l'ombre ? Quoi qu'il en soit j'ai beaucoup aimé ces quatrains qui donneraient un splendide poème classique avec quelques arrangements.

   ANIMAL   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème pétillant de vie, bien mené de bout en bout, avec un héros polymorphe inhabituel. Ce nuage qui suit sans complexe son petit bonhomme de chemin est un bien sympathique personnage.

L’écriture est sans heurt, le vocabulaire choisi, les images belles et poétiques en diable, le rythme équilibré et musical. Un régal.

A travers le ton léger de ce joli poème, je vois une métaphore : il suffit d’une seule personne décidée pour faire obstacle au pouvoir absolu.

Cette balade dans les cieux au gré du vent est pour moi un sans faute. Merci pour ce parfum estival en ces jours plutôt gris.

   PIZZICATO   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle impudence ! " Ce petit nuage " oser venir gêner le maître de céans, ; et, somme toute. y parvenir. " cet intrus de passage
Venait de triompher en imposant sa loi."

Un poème gracieux qui se lit avec plaisir.

   troupi   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce petit nuage est un peu comme le fou du roi, insignifiant mais s'imposant pour faire de l'ombre au monarque.
Et le "vieil entêté " ( métaphore originale ) ne parvient pas à s'en défaire malgré tous ses efforts.
Accepté en contemporain il me semble que le vers 3 comporte 13 syllabes et heurte un peu la lecture.
Sinon tout est agréable dans ce petit poème traité avec légèreté.
Agréable lecture du matin.
Merci.

   leni   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Vincendix
C'est qu'il du culot ce petit nuage Il connait son pouvoir en use et en abuse lui qui n'a pas de nom
c'est le porteur d'ombre


J'aime de quatrain

Parfois il s’étirait, formant une bannière,
Laissant derrière lui un joli filament,
Puis devenait compact poursuivant sans manière,
Sa balade d’été sur les ailes du vent. j'aime sur les ailes du vent

il s'attribue tous les pouvoir

Le solitaire ombrait ainsi le paysage,
S’amusant de ce jeu au détriment d’un roi,
Élément nébuleux, cet intrus de passage

ce texte est écrit simplissime il est sonore et bien rythmé Bravo
Mon salut cordial LENI

   Robot   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un petit nuage qui a conduit une belle inspiration. Le récit est une charmante observation dont les images sont évocatrices. j'ai beaucoup aimé cette confrontation, un duel à la David et Goliath entre l'astre solaire et ce petit nuage insignifiant venu lui résister.

Écriture fluide, et belles images poétiques grace à la simplicité visuelle du récit.

   Vincente   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un regard attentif à la magique advenue d'un nuagelet solitaire, animé d'une ingénue ambition… s'opposer au grand soleil et lui faire entendre sa voix modestement ombrageuse. L'évocation est à la fois sympathique et délicate, et la profondeur de ce sujet d'apparence légère vient poindre dans le troisième quatrain, et puis s'imposer dans le dernier vers par les trois termes sans appel ni faiblesse : "triompher… imposant…loi". Le petit nuage ne s'est pas dégonflé, il y est allé ! Là est toute l'adresse de l'écriture, dans sa forme et dans sa volonté d'exister.
Un poème très plaisant à lire, à imaginer et comprendre.

   Corto   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beau poème à trois personnages.

Le narrateur observe et s'imprègne, il en a le premier mérite car combien de nuages passent sans qu'on y prête attention. Il décrit, s'interroge, nous entraîne dans ses interprétations malicieuses.

Le nuage sans prétention s'invite dans le grand bleu, se forme et se déforme, déroute ceux qui l'observent "poursuivant sans manière, Sa balade d’été sur les ailes du vent".

Le Roi soleil, fier d'être un astre, prend ombrage de la présence de l'intrus, tandis que "l’autre se moquait de ce vieil entêté."

Un peu comme dans une fable l'auteur nous fait vivre le rapport entre la force immense et la légèreté sautillante qui finit par imposer sa loi:
"Le solitaire ombrait ainsi le paysage,
S’amusant de ce jeu au détriment d’un roi".

On suit avec régal ces impertinences face à l'ordre établi tout en s'immergeant de belle manière dans le spectacle toujours renouvelé de la nature. Le style impeccable permet sans problème de visualiser la scène et le jeu des acteurs.

Bravo à l'auteur.

   emilia   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un « petit nuage » sombre, impertinent, se permet lors d’une « balade d’été sur les ailes du vent » de déployer sa « bannière » et d’occulter le roi soleil qui est très courroucé de le voir « imposer sa loi »…, avec pour conclusion cette sympathique morale de la « victoire » d’un petit qui prend sa revanche contre un géant… ; merci à vous pour ce partage charmant…

   Vincendix   
21/11/2019

   BernardG   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Vincendix,

Ce poème écrit avec des mots simples mais percutants est évidemment réussi. Tout s'enchaîne parfaitement.
De plus, j'y ai vu un côté didactique.
Ce type de poème avec 1 acteur qui observe et 2 éléments personnifiés pourrait tout à fait s'inclure dans un ouvrage s'adressant à des débutants en poésie ou même à des enfants en complément d'une illustration (ce qui ne sous entend en rien qu'il serait enfantin ☺).
Merci pour la partage

Bernard G.

   Annielives   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir
c'est très bien écrit avec de mots simples et très parlant.
J'apprécie vraiment et le style me plais.
Félicitations


Oniris Copyright © 2007-2019