Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : Les dieux sont fatigués
 Publié le 18/05/16  -  24 commentaires  -  1178 caractères  -  347 lectures    Autres textes du même auteur

Les dieux grecs et romains sont déprimés, surtout depuis la réforme de l’EN.


Les dieux sont fatigués



Les dieux sont fatigués, Éros a la migraine,
L’amour devient un jeu de la ville à la plaine,
Bacchus a délaissé les vignes du seigneur,
Neptune déprimé n’est qu’un petit baigneur.

Cupidon impuissant a perdu la boussole,
L’amoureux est blasé, insensible et frivole,
Vulcain est dépassé par l’actualité,
Le feu brûle partout dans la banalité.

Junon est au chômage, Aphrodite est un homme,
Au verger de l’Olympe, Arès boude la pomme,
Saturne se fait vieux comme un bougon anar,
La divine Vesta dirige un lupanar.

Apollon mécontent tord le cou de Minerve,
Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve,
Mars devient chocolat, en bière Jupiter,
Poséidon se noie aux pleurs de Déméter.

Artémis n’ose plus se regarder en face,
Charon agonisant, Janus fait la grimace,
Mercure est hors-la-loi, Aquilon en déclin,
Éole à bout de souffle, évite le moulin.

Les dieux sont épuisés, Zeus devient cacochyme,
Athéna mange trop et doit faire un régime,
Chronos n’est plus à l’heure, il a mangé le temps,
Et Vénus a baissé les bras depuis longtemps.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
29/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Les trois dernières strophes malines, vraiment humoristiques rachètent les faiblesses des premières où la verve n'était guère au rendez-vous "Junon est au chômage, Aphrodite est un homme, Eros a la migraine, L’amour devient un jeu de la ville à la plaine..."
Si l'on y réfléchit bien, sous ses dehors humoristiques et gratuits ce texte évoque le mal essentiel de notre monde actuel la perte de la notion de sacré, la mort de spiritualité et l'emprise absolue du plus affligeant matérialisme.

   MissNeko   
6/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai adoré! Beaucoup d'humour et de clins d'œil mythologique dans ce poème.
La rythmique est rapide et enjouée. On ne bute pas sur les vers.
Coups de cœur pour :
"Neptune déprimé n’est qu’un petit baigneur."

"Apollon mécontent tord le cou de Minerve,"

"Athéna mange trop et doit faire un régime,
Chronos n’est plus à l’heure, il a mangé le temps,
Et Venus a baissé les bras depuis longtemps."

Concernant la forme, il me semble que la métrique ( alexandrin) est respecté ainsi que l'élision des e muets.
L'alternance de rimes masculines et féminines est présente.

Bravo et merci !

   Ramana   
8/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Par Odin, ça me rappelle Brassens :
"Mais se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
La bande au professeur Nimbus est arrivée
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
Chasser les dieux du firmament."
C'est bien vu, c'est cocasse, drôle aussi :
"La divine Vesta dirige un lupanar.", ou bien "Éole à bout de souffle, évite le moulin."
Belle écriture classique, mais ce qui me laisse un peu sur ma faim, c'est qu'il ne s'agit là que du constat comme quoi les Dieux sont fatigués ! Et après ? quel est le message ou quelle est la morale qui découle de ce constat ?
Une indication se trouve peut-être dans votre incipit : la réforme de l'EN à mis les Dieux grecs au placard et cela vous déprime ? Alors vous rejoindriez Brassens qui, dans sa chanson "Le Grand Pan", fustige cette civilisation de technocrates qui n'a plus accès au rêve, à l'esprit, et qui regarde avec mépris des mythes dont elle ne comprend plus le contenu symbolique et immuable.

   Ananas   
8/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonsoir,

Je ne suis pas fan des énumérations en poésie, et là... j'en suis pour mon compte !

Cependant, j'ai souri en vous lisant, j'ai trouvé quelques jolies trouvailles, plus dans l'idée que dans la manière de les poser (les idées), j'aurais certainement préféré de jolis vers libres non rimés. Mais c'est affaire de goût !

Merci et bonne continuation !

   madawaza   
9/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Superbe revue de nos dieux qui redescendent à notre niveau.
Et là, je les comprends et je les aime.
Très grand bravo pour ces alexandrins au service de l'humour.

   Raoul   
9/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Amusante - et c'est si rare par ici - cette joie du bon mot.
L'exercice est spirituel - évitant souvent le prévisible - , bien troussé dans son ensemble.
J'apprécie quelques perles croquignolettes en particulier :
"Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve,
Mars devient chocolat, en bière Jupiter, " parce qu'un lien est tissé entre la mythologie et celle qui sévit à notre moderne époque… Ne manque que la DS chère à Barthes…
J'aime aussi le pied de nez à la prononciation du "bougon anar", tordante (oui, je suis resté très potache…).
Bémol : je suis déçu qu'il n'y ait pas de véritable conclusion ou "morale", comme on dit dans les fables.

   PIZZICATO   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une petite révision mythologique, amusante et sans prétention.
Le statut de chacun de ces dieux et déesses est en régression hihi.

J'ai apprécié, entre autres, " La divine Vesta dirige un lupanar ".
" Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve "
"Poséidon se noie aux pleurs de Déméter."

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Vincent ! Superbe balade au cœur de la Mythologie. Je n'ai pas fait le compte mais je pense que très peu manquent à l'appel...
Chacun d'entre eux est replacé dans son contexte et j'ai particulièrement apprécié Neptune en petit baigneur ainsi que la Vesta en mère maquerelle !
Manque peut-être un quatrain final pour expliquer cette décadence divine... même si l'incipit laisse entrevoir le pourquoi de cette fatigue généralisée au cœur de l'Olympe...

Quoi qu'il en soit, beaucoup d'esprit et d'humour...Bravo et merci !

   papipoete   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix ; les dieux sont fatigués et si, certains me sont inconnus ( j'étais dissipé au collège ), ceux que je connais me font sourire, avec le costume que vous leur taillez !
Le 4e quatrain est particulièrement spirituel, et le vers ultime " Vénus a baissé les bras ... " !
La mythologie au service de la comédie de notre temps, est une gageure, que vous réussissez avec panache !
Je ne vois que le hiatus au 19e vers " loi/aquilon " comme faute technique, qui vous barre la route au " classique " ?
NB surtout Vincendix, si votre poème déplait à certain, ne le retirez pas de l'album onirien ! Il aura plu à tant d'autres !

   leni   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
a Vincendix
Un feu d'arifice pour décrire ce que les dieux sont devenus Belle imagination faudrait tout citer car tout est subtil
Les dieux sont fatigués, Éros a la migraine,

Neptune déprimé n’est qu’un petit baigneur.


Junon est au chômage, Aphrodite est un homme,

La divine Vesta dirige un lupanar.

Apollon mécontent tord le cou de Minerve,

Chronos n’est plus à l’heure, il a mangé le temps,

vraiment on sourit tout le temps Merci pour ce moment de détente

Salut cordial Leni

   Hananke   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un état des lieux mythologiques guère réjouissant en ce qui concerne
notre olympe.
Mais j'aime bien cette nouvelle interprétation avec :

Neptune en petit baigneur
Aphrodite est un homme
Arès boude la pomme
La divine Vesta dirige un lupanar

Et les meilleurs : Mars devient chocolat, Hermès est dans un sac
Eole à bout de souffle évite le moulin.

Quelques réserves concernant Cupidon, j'aurais préféré
un truc sur son arc.

Bref, un texte jubilatoire qui me ravit et nous montre
notre olympe sous un jour moderne et différent :
Les Dieux sont tombés sur la tête.

   mina   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Certes il y a énumération mais c'est je trouve ce qui donne à ce poème tout son intérêt , une approche humoristique mais qui goût un peu le bourdon non? ;)

   Robot   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense que l'incipit fait allusion à l'abandon de l'enseignement des langues antiques.
Si l'éducation nationale abandonne le grec et le latin, pas étonnant que les dieux dépriment.

"Et Vénus a baissé les bras depuis longtemps." Je vois là une métaphore des autorités politiques de l'instruction publique qui renoncent par facilité.

Pour ce qui est du texte, il y a des hauts et des bas.
Il y a de la recherche dans les analogies:
Sac Hermès, réserve de chasse, barre chocolatée, marque de bière.

Les 3 premiers vers ne m'ont pas emporté.
J'ai surtout apprécier les trois derniers quatrains et leurs derniers vers.

   Lulu   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Vincendix,

ça va, vous ne vous prenez pas au sérieux dans ce texte... C'est assez drôle. On se dit que les dieux sont bien fatigués, effectivement... Ca se lit, mais ce n'est pas ce que vous avez fait de mieux, je trouve. Disons que c'est tout de même divertissant. J'ai surtout aimé "Apollon mécontent tord le cou de Minerve". Il fallait y penser ! J'ai un peu moins aimé Junon "au chômage". Il faut dire que le terme ne sonne pas très bien dans un poème...

Bien à vous.

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
je me suis beaucoup amusé, en lisant ce florilège mythologique.
C'est carré, les vers se suivent et s'imbriquent agréablement. Comme je l'ai déjà dit, je ne pourrai jamais commenté la technique d'un poème, ayant des lacunes monstrueuses sur ce sujet.
Par contre, je prends du plaisir à les lire, et me fie à l'émotion qu'ils peuvent bien me procurer.
Donc juste pour dire, que j'ai passé un bon moment à vous lire, et révisé en même temps, les Héros de la Grèce antique.

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir Vincent

Le moins que l'on puisse dire est que votre plume n'est pas fatiguée! Vous nous offrez un feu d'artifices avec de belles trouvailles pour les associer à chaque Dieu
J'ai adoré et souri du début à la fin !

"Apollon mécontent tord le cou de Minerve,
Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve,
Mars devient chocolat, en bière Jupiter,
Poséidon se noie aux pleurs de Déméter."
Dans ce quatrain chaque vers est excellent de par l'analogie que vous faites avec les dieux!

Pour moi tout est bon et je ne jette rien !
Merci

   Cristale   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,

Voici une lecture haute en couleur agrémentée d'un joli rimage sonore qui donne le sourire du début à la fin. D'excellentes trouvailles notamment :

"Apollon mécontent tord le cou de Minerve,
Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve,
Mars devient chocolat, en bière Jupiter,
Poséidon se noie aux pleurs de Déméter."

Les surprises s'enchaînent agréablement avec une apparente simplicité qui, en néo également, n'est pas si évidente que cela.
Attention quand même aux échos aux hémistiches :
Dans le 1er quatrain : fatigué-délaissé-déprimé
dans le 2ème :blasé-dépassé

La redondance du verbe "être" me semble un peu excessive mais je suis consciente de la difficulté à l'éviter dans un texte énumératif et descriptif concernant l'état et la situation de nombreux personnages.

"Vos" dieux me semblent bien sympathiques, j'en arriverais presque à les prendre en pitié.

Si votre Vénus a baissé les bras, moi je lève les miens pour vous applaudir bien fort !

Merci pour ce bon moment de lecture.
Cristale

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un reproche sur ce qui est exprimé : je suis très critique à l'endroit de mes contemporains et - surtout - de mon époque, mais je ne serais tout de même pas aussi catégorique que l'auteur dans le désespoir : il y a encore quelques fleurs qui poussent sur notre immense tas de fumier commun.

Les brassensophiles auront inévitablement songé, à la lecture de ces vers bien balancés et qui se lisent agréablement, malgré l'impression d'énumération, aux paroles de "Le Grand Pan" et particulièrement au leitmotiv : "Et le grand Pan est mort".
Qu'on se les remémore un instant :

"Mais se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
La bande au professeur Nimbus est arrivée
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignements,
Chasser les dieux du firmament

Aujourd'hui çà et là, les cœurs battent encore,
Et la règle du jeu de l'amour est la même.
Mais les dieux ne répondent plus de ceux qui s'aiment.
Vénus est faite femme, et le grand Pan est mort. "

Ce texte de l'ami Georges est l'un de mes préférés.



Quant à L'auteur des vers ci-dessus, il exploite ici à son tour l'idée de Brassens, avec ses propres trouvailles ; certaines font joliment mouche :

"La divine Vesta dirige un lupanar."

"Apollon mécontent tord le cou de Minerve,
Hermès est dans un sac, Diane sur sa réserve,
Mars devient chocolat, en bière Jupiter,
Poséidon se noie aux pleurs de Déméter."

A.

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,

Un poème original et amusant qui sort un peu des sentiers battus et qui ne me laisse pas indifférent, car j'aime bien tout ce qui se rattache à la mythologie. L'idée de ces dieux Grecs et Romains fatigués - voire désabusés - évoluant au gré de situations parfois cocasses (entre guillemets), est surprenante et bienvenue. Finalement, ils ressemblent plus à des hommes à cause de ce côté "faillible", ce qui fait justement le charme de ce poème.

Ce n'était pas facile à écrire - qui plus est en néo - pourtant le résultat est à la hauteur.

Bien à vous,

Wall-E

   LenineBosquet   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème sympathique dans sa forme où vous associez chaque dieu à un jeu de mot rigolo.
Mon préféré sera "en bière Jupiter", que je trouve excellent.
Je salue là donc l'exercice de style.
Bon, le fond par contre je m'y retrouve moins. J'y vois quelque chose d'un peu "réac", un côté "c'était mieux avant" qui m'alourdit le texte.
Merci!

   bolderire   
19/5/2016
Bonjour, j'ai bien ris avec vos dieux , l’énumération est plaisante et c'est là le principal. Bravo!

   Ioledane   
23/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C’est un régal, que dis-je, un festin olympien ! Dieux grecs et romains s’emmêlent savoureusement dans ce récit féroce et truculent, parfois sous une double identité. Les clins d’œil sont nombreux, et l’amusement fait oublier la rime « temps » / « longtemps ». Un agréable moment de lecture.

   SaintEmoi   
31/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Merci pour ce voyage dans l'Olympe.
L'humour sur le ou les dieux est tellement un luxe aujourd'hui, que votre poème, malgré l'effet "liste" est un véritable nectar, de l'ambroisie sans doute...

   Anonyme   
28/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Les dieux sont fatigués", pauvre de nous, même eux,
n'échappent pas à l'usure du temps. On ne peut plus
se fier à personne de nos jours.

Lecture dans son ensemble divertissante, par-ci par-là,
des phrases m'ont fait sourire, c'est à la fois habile, astucieux,
avec ce petit côté espiègle, C'est intelligemment mené.

Ma préférence à :

" Chronos n'est plus à l'heure, il a mangé le temps "

Un très bon moment, ravi de revenir faire un petit tour
chez vous.


Oniris Copyright © 2007-2018