Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vincendix : Ma première maison
 Publié le 14/01/21  -  13 commentaires  -  1031 caractères  -  128 lectures    Autres textes du même auteur

La maison de mon enfance a été démolie mais je l’ai toujours en mémoire.


Ma première maison



Je n’ai pas oublié, modeste mais charmante
Ma première maison et son petit jardin,
En retrait de la rue elle était accueillante
Avec son escalier, sa terrasse en gradins.

Hortensias et lilas devant montaient la garde
Contre le mur grimpait un splendide rosier,
Sur le toit on voyait l’œil noir d’une mansarde
Curieuse œuvre d’art d’un habile ardoisier.

La porte en bois s’ouvrait sur une pièce à vivre
Salle à manger, cuisine, au sol un lino gris,
Au-dessus du fourneau des casseroles cuivre
Les murs en papier peint, le plafond en lambris.

Je partageais ma chambre avec mon petit frère
Mais j’avais pour moi seul un coin dans le cellier
Sur un joli bureau fabriqué par mon père
Je faisais mes devoirs en parfait écolier.

Dans ce lieu singulier au milieu des légumes
Je découvrais Dumas et ses preux chevaliers
Dans la peau d’un héros sous différents costumes
J’allais croiser le fer de méchants cavaliers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
3/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un portrait simple et nostalgique qui ne me déplaît pas, mais dont les rimes me semblent trop faciles, appelées par association d'idées : charmante/accueillante, par exemple, et surtout chevaliers/cavaliers, les deux mots sont presque synonymes ! En revanche j'ai trouvé sympa vivre/cuivre.
J'ai bien aimé la vision du petit garçon rêvant au milieu des légumes, cela sonne vrai pour moi, attendrissant. Je trouve les vers fluides, bien rythmés.

   Lebarde   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Certains diront trop descriptif, moi je dirais superbement écrit avec la pointe de nostalgie qui convient au sujet.
C'est délicat, c'est plaisant, sans fautes de prosodie, de beaux décasyllabes bien rythmés et équilibrés, de belles rimes alternées, des images simples mais bien formulées. Je n'ai qu'une seule question: pourquoi le néo-classique? La crainte d'un hiatus qui échapperait à la relecture? Je n'ai pas beaucoup cherché mais tout me parait bien conforme.
Un petit regret "Chevaliers/cavaliers" que je trouve bien proches. Peut être aussi " des casseroles cuivre" qui me semblent pris sous le joug de la versification.
Sinon rien à dire. Un beau poème bien léché que j'apprécie sans restriction et qui devrait plaire au plus grand nombre.

Bravo et merci

En EL
Lebarde

Ed: il faut croire que je n’ai pas été un correcteur très attentif sur la forme!!! Mais qu’importe votre poème est magnifique sur le fond!

   papipoete   
5/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
néo-classique
bizarre bizarre ! je m'apprêtais à versifier sur... ma maison, dont j'ai dû fuir pour raisons de santé !
Je vois à travers votre récit combien elle vous manque, à la décrire des yeux et autres sens attristés de n'y vivre plus !
Oh ce n'était pas un palais, mais on y était si bien...
NB tant de ressemblances avec ma " première " maison ( celle de mes parents sont troublantes; on pourrait croire que vous êtes mon frère ! )
la strophe 4 est celle que je préfère !
vous optez pour la lecture en diérèse, ( curieuse oeuvre d'art... )
or au 5e vers " hortensias " se dit " hor/te/si/as " et ce vers mesure 13 pieds
je crains que l'on vous reproche ( pas moi ) une forme trop narrative...
papipoète

   Corto   
6/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Séquence nostalgie.
Le propos est tendre et vivant, comme un tableau bien brossé.

Je ne peux guère m'empêcher de penser à la chanson de Françoise Hardy "La maison où j'ai grandi". D'autant que "quand je me tourne vers mes souvenirs" l'écho personnel qui m'en revient a beaucoup de points communs.

Merci pour ce beau partage.

   Cristale   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,

Poème narratif d'une grande fluidité où chaque vers glisse vers le suivant sans accroc.
Le tableau est joliment peint aux couleurs d'un autrefois heureux, les images de ce jardin fleuri et cette douce ambiance familiale se présentent naturellement à l'esprit. L'on imagine le petit garçon qui s'évade dans les pages de Dumas sur son petit coin de bureau.

"Dans la peau d’un héros sous différents costumes
J’allais croiser le fer de méchants cavaliers."

Que c'est joliment exprimé !

Merci pour ce plaisir de lecture.
Cristale

   Hananke   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Dommage que pour ce genre de sujet, le poème ne dépasse pas
son coté descriptif car il doit y en avoir des souvenirs dans une première maison et l'auteur aurait pu nous en faire partager
quelques uns avec une ou deux strophes de plus.
Reste la nostalgie, bien sûr, que ce genre de lieu impose.

   AKIDELYS   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Tableau touchant et mélancolique de la maison d'enfance. J'aime l'équilibre de ce poème. D'abord la description d'éléments ordinaires qui rend ce lieu familier, puis la fin du poème, ( que je préfère) qui donne vie à ce petit garçon.

   sympa   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

C'est toujours avec enthousiasme que je lis vos souvenirs d'enfance gardés bien au chaud dans un coin de votre mémoire, de votre cœur, et si délicatement versifiés .

Une jolie description de cette maison qui n'existe plus mais dont l'auteur est nostalgique si bien qu'il me transmet, avec de très beaux vers et de bien belles images, beaucoup d'émotion.

   Quidonc   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,
C'est une belle évocation de la nostalgie de l'enfance à travers le descriptif de la maison qui l'abritât. Je n'ai pas compris pourquoi ce texte était en contemporain et pas en classique tant la prosodie (à mon humble avis) est maîtrisée.
C'est fluide et sans emphase.
Merci pour cette bouffée de fraîcheur

   emilia   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle évocation nostalgique de la maison d’enfance qui occupe toujours la première place et décrit avec simplicité son cadre « accueillant » ainsi que l’espace réservé au narrateur dans le cellier, afin de se glisser « dans la peau d’un héros », à l’image des « preux chevaliers » découverts dans les livres et qui croisaient le fer contre les méchants…, une image attendrissante qui doit parler à beaucoup…

   wancyrs   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Vincendix,

Je le trouve sobre et beau ce texte. Assez bien décrit à souhait, on se promène avec le narrateur dans ce qui est resté ancré en lui et lui donne beaucoup d'émotions quand il y pense. Pour avoir partagé ma chambre avec mes frères, je comprends la joie du narrateur de posséder un coin où il peut, seul, découvrir et explorer à sa guise.

Merci pour le partage de ce moment intime !

Wan

   inconnu1   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour, sur la forme, comme le dit papipoète, on aurait aimé que toutes les diérèses soient homogènes mais bon, vous n'êtes pas le premier à prendre des libertés avec cette règle du néoclassique et j'en suis aussi.
Sur le fond, le côté narratif ne me déplait pas mais je comprends que certains peuvent en discuter. Ai je personnellement besoin d'écouter une histoire? Personnellement, je n'en suis pas sûr. Par contre, vous m'avez fait partager des émotions. C'est comme un tableau non figuratif, je ne comprends pas l'histoire et ce que cela raconte mais je peux être sensible à un ressenti émotionnel

bien à vous

   Queribus   
15/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Un poème sans prétention pour évoquer de façon simple les choses de la vie (bien-sûr, j'ai pensé à la maison où j'ai grandi de Françoise Hardy). Votre écrit est relativement court avec les éternelles images liées aux souvenirs et à l'enfance(certains parleront de déjà mais on ne se lasse jamais des bonnes choses) et met la poésie à la portée de tout le monde. Donc une belle réussite en ce qui concerne le fonds.

Sur la forme, j'aurais quelques (toutes) petites remarques à formuler:
J'aurais mis un point (ou un point-virgule) après jardin, une virgule après rue, un point (ou un point-virgule après garde, de même après rosier, une virgule après toi, de même après mansarde, , un point(ou un point-virgule après cellier, une virgule après père, une virgule après légumes, un point après chevaliers.
-j'ai noté la rime un peu facile: chevaliers-cavaliers
-le vers 8 fait 11 syllabes (cu-rieuse)
-vous faites souvent rimer des adjectifs entre eux: charmante-accueillante, des noms entre eux: jardin-gradins, garde-mansarde, rosier-ardoisier, frère-père, cellier-écolier, légumes-costumes, chevaliers-cavaliers, ce qui est quand même plutôt à éviter.

Malgré les petites remarques ci-dessus, j'ai passé un très agréable moment à vous lire et vous invite à nous faire partager d'autres textes de cette qualité..

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2020