Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Melorane : Ne me viens pas
 Publié le 14/01/21  -  13 commentaires  -  495 caractères  -  169 lectures    Autres textes du même auteur

Si ton nez retient son parfum
et ta main, son sein.


Ne me viens pas



Si dans tes souvenirs,
vogue encore son regard.
Si sous tes paupières,
son visage vient te voir.
Si tes pensées lui sont réservées
et qu’elle y a ses quartiers.
Alors ne me viens pas.

Si tes lèvres
ne laissent passer que son prénom.
Si tes oreilles
cherchent le son de sa voix.
Si ton nez retient son parfum
et ta main, son sein.
Alors ne me viens pas.

Ne me viens pas,
si demain, tu n’es déjà plus là.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
3/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
La manière est détournée pour évoquer le refus de la narratrice (j'imagine, grammaticalement un narrateur est possible mais me semble moins probable) qu'on vienne à elle par dépit. C'est l'amour-propre qui parle face à l'amour ! En quelques vers s'esquisse toute une histoire, l'être aimé était à une autre, il a rompu, s'intéresse à la narratrice qui, tentée, ne veut pas constituer le lot de consolation. Cela me paraît habilement, efficacement dit, toutefois à mes yeux l'ensemble est plutôt prosaïque, les tournures trop terre-à-terre pour m'emporter. La rivale qui a ses quartiers dans les pensées de la personne aimée, les oreilles qui cherchent le son de la voix, cela me semble même lourd...

   Lebarde   
3/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Le titre " Ne me viens pas" interpelle même s'il garde un caractère laconique qui ne se dévoile pas tout de suite.

Un joli poème simple, délicat, original dans sa formulation, sans emphase dans son traitement, pour dire que si tu penses encore elle "Ne me viens pas".
Une prière touchante de l'auteure/narratrice qui vaut bien plus que " Si sous", une association malheureuse au moins phonétiquement qui fait un peu "tâche" dans l'ensemble de la poésie.

Pour le reste, c'est charmant et plein de poésie.
J'aime bien.
Merci pour cette agréable lecture.

En EL

Lebarde

   ANIMAL   
3/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
La jalousie est l'idée principale de ce poème et est bien exprimée autant par le fond que par la forme.

Le rythme est agréable, les vers sont simples et explicites pour exprimer le rejet de cette rivale. C'est moi ou elle.

J'aurai un bémol sur la forme pronominale "ne me viens pas" dont je comprends le sens mais qui donne un effet assez étrange. Pourquoi pas "ne viens pas à moi" "reste loin de moi" "éloigne-toi". Les possibilités sont nombreuses.

Néanmoins, malgré ce curieux choix de l'auteur, j'aime bien ce texte et j'aurais aimé qu'il soit plus long.

en EL

   fugace   
4/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Petit poème, bref, qui définit bien le choix de ne pas accepter le passé de l'autre et pose avec simplicité les conditions basiques.
La répétition du "Si" n'a pour moi pas été une maladresse, au contraire elle fixe clairement les fondamentaux.
C'est tout à fait le genre de poésie qui me "parle" dés la prmière lecture.
Merci.

   papipoete   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Melorane
Si dans ta bouche, tes mots me parlent encore d'elle ; si tes oreilles vibrent toujours du son de sa voix ; si tes yeux me regardant ne voient qu'Elle...alors ne me viens pas !
NB un thème que je connus personnellement, qui m'est donc en tête encore présent ! Lorsque je voulus échapper à ma solitude des quatre années de chagrin, je rencontrai d'autres femmes qui voulurent peut-être de moi ?
à lui, elles pensaient encore ; lui, elles aimaient encore ; lui, me regardant elles ne voyaient que...
Deux premières strophes qui ne semblent pas fictives, tant chaque évocation sent le " vécu ".
La conclusion me déçoit un peu ; j'aurais plutôt écrit ( au regard des lignes précédentes ) " ne me viens pas/si aujourd'hui tu n'es déjà plus là "
la formule " ne me viens pas " me plaît beaucoup !

   hersen   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Sous des dehors assez gentillet, le message est on ne peut plus clair : c'est elle ou moi.
Mais est-ce aussi simple ? On ne peut pas vraiment forger un présent tel qu'on le souhaite à partir d'un passé déjà forgé.

Il manque pour moi quelques images qui peut-être m'auraient plus parlé en différentes pistes car tel quel, ça fait message un peu sec, et je ne suis pas sûre que l'amour soit aussi binaire.

Mais je trouve ce poème touchant dans le sens où finalement la narratrice se punit elle-même en refusant une relation car elle la soumet à trop de conditions, avec tous ces "si".
Mais sans doute a-t-elle déjà eu un parcours amoureux douloureux, et qu'elle cherche une assurance, qui n'existe pas.

   Quidonc   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Melorane,

En général je suis difficilement conquis par la poésie libre ou la prose. Pourtant dans ce cas si je fais une exception.
C'est l'amour qui parle mais sans accepter d'être un pis aller, sans accepter d'être sacrifiée dans le souvenir de l'autre.
C'est juste, sobre, clairvoyant mais en même temps il y a l'espoir, un prière d'être rassurée et pour être aimée pour celle que l'on est.
"Tu me trompes déjà si tu m'aime à travers son souvenir"
Bravo et merci pour ce partage

   emilia   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce titre pourrait être la contraction de deux chansons, celle de Roch Voisine : « Ne viens pas » (si tu n’as pas choisi…) et celle de Brel : « Ne me quitte pas » qui, à l’opposé, se transforme en : « Ne me viens pas » (si tu dois me quitter…), quand la poésie se glisse dans l’inattendu, dans un écart syntaxique qui dévoile l’objet de la supplique de la narratrice déroulant plusieurs hypothèses à partir de la conjonction de subordination « si » en anaphores au nombre de sept et l’expression d’une conséquence avec l’adverbe « alors… », comme une quête d’amour absolu, à travers tous les sens (regard, lèvres, oreilles, nez, main) et jusqu’au cœur des pensées : il ne peut ni ne doit y avoir de place pour quelqu’un d’autre, même en souvenir…, il ne peut y avoir un présent sans un demain…

   wancyrs   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Melorane,

Ce texte simplement écrit m'a fait vivre beaucoup d'émotion. Il parle de ces personnes qui n'ayant pas réglé leur relation précédente entre en relation avec un nouveau-elle partenaire, l'utilisant ainsi comme baume sur sa blessure. Une nouvelle relation qui torture et meurtri le/la nouveau-elle partenaire, parfois jouant le rôle de sauveur, mais finissant complètement brisé-e car dans la plupart de cas celui qui n'a pas réglé la relation précédente retourne avec celui ou celle qui l'a quitté, soit une fois guéri par l'amour de ce/cette sauveur-se va se chercher ailleurs.
Ici nous avons une ou un partenaire qui ne veut pas finir dindon de la farce ; vos mots me touchent.

Merci pour le partage !

Wan

   Corto   
14/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce qui frappe dans ce poème c'est sa double exigence.
1. je veux l'amour absolu: je veux tes paupières, tes pensées, tes lèvres, tes oreilles, ton nez, ta main.

2. je veux que tu oublies "l'autre". Tu dois tirer un trait sur ton passé, sinon je saurai ou je penserai que "tu n’es déjà plus là".

Cette construction dépasse le poème pour nous emmener dans une fougue de sentiments, une relation totale où aucune demi-mesure n'est acceptée.

Ouf ! l'expression est fort belle, même si elle ne s'encombre ni du possible ni du réalisme.

Et les fantasmes, ma p'tite dame, ce sera autorisé ?

Bravo pour la force du propos si bien exprimé.

   Edgard   
15/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Voici un poème sympa.
La ponctuation me gêne un peu : sans rien, c’était très lisible et ça gardait le flux. Les points me semblent hacher un peu le texte.
Le thème est vraiment très commun mais c’est un peu différent du flot de chansons et poèmes qui s’adressent à « toi », à l’autre. C’est plutôt un monologue intérieur, j’imagine.
Quelques passages me semblent moins poétiques (que tes pensées lui sont réservées…elle a ses quartiers…) pas très surprenants. Une fois le thème installé, on déroule sans vraiment quelque chose qui pulse.. .d’où pas vraiment cette force qui crée l’émotion. Un peu frustrant question images, ou trouvailles poétiques.
J’aime bien l’ensemble cependant.

   framato   
17/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Melorane,

avant de commencer les aspects négatifs, j'aimerais exprimer les sentiments qu'ont fait naître en moi votre texte : douceur, tristesse, respect de l'autre. J'en retiens ceci : si tu ne m'aimes pas entièrement et uniquement, alors passe ton chemin.

Pour ce qui est de la sonorité de votre texte, j'aurai quelques réserves : il est trop sifflant par rapport à la manière douce dont le propos est exprimé. Le nombre de sonorités en "S" ou "z" est considérable et fini par donner une impression de persiflage.

Heureusement cet effet est contre-balancé par l’anaphore toute de légèreté alors ne me vient pas.

Il reste en fin de lecture l'image d'un être aigri, mais sans rancœur, se bornant à dire le plus simple : passe ton chemin...

   Ombhre   
18/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Melorane,

j'ai bien aimé ce texte sur l'exigence de l'amour, ce besoin d'exclusivité, cette envie de l'autre dans son entièreté, sans partage. La jalousie s'y exprime sans agressivité, mais elle clame haut et fort: je te veux TOI, sans elle, ni même ses souvenirs si ces derniers sont des chaînes qui à elle te relient encore.

J'ai aussi beaucoup aimé la tournure: ne me viens pas, beaucoup plus belle qu'un "ne viens pas à moi"

Le dernier vers clôt admirablement cette prière.

Merci pour cette belle lecture.
Ombhre


Oniris Copyright © 2007-2020