Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Vincent : Vingt ans en Algérie
 Publié le 16/05/22  -  15 commentaires  -  1085 caractères  -  245 lectures    Autres textes du même auteur

Majeurs à vingt et un.


Vingt ans en Algérie



Vingt ans en Algérie nous étions des enfants
majeurs à vingt et un mais bons pour la mitraille
je n'avais rien contre eux et sans mes deux parents
l'Athos II délabré nous portait en entrailles

dans ce soir de roulis nous avons traversé
et chacun vomissait ses mémoires de jeunesse
au loin à l'horizon la montagne rasée
quatorze heures de train en fatigue et faiblesse

Vingt ans en Algérie le djebel de l'horreur
pierres à la place des yeux et parties dans la bouche
à la base on buvait des étoiles de vapeurs
en espérant la quille pourquoi pas en babouches

et à l'indépendance des attentats en France
ce fut les derniers morts drôle de délivrance
l'horreur de chaque côté et tout à reconstruire
notre jeunesse perdue et certains osent en rire

Vingt ans en Algérie je vous aime les berbères
bergers du grand soleil dans l'azur de la mer
gardez en vous l'islam arabesques du cœur
j'ai appris que votre âme avait de la grandeur


Le 4-4-2022


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
17/5/2022
Résumé amer, trop éparpillé, confus, assez peu poétique, le sujet peut être trop dur à évoquer, on le frôle sans rentrer ni dans le ressenti, ni dans une réelle émotion.
Rien ne m'emballe vraiment.
Plusieurs sujets en un, beaucoup trop, court pour rentrer dans aucun.
Quelques trouvailles accrochent le lecteur... Un peu.

   papipoete   
27/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
chanson et slam
Nous avions vingt ans dans ce beau pays, où l'on naquit...français sur la terre déjà occupée par ses berbères, fiers et chez eux !
Il nous fallut partir vers la " mère patrie ", sous des huées et tirs meurtriers ; des horreurs de chaque côté ne nous furent pas épargnées, il fallait s'accrocher le corps et le coeur...
NB je vois un soldat métropolitain ou pied-noir, obligé de fuir devant l'occupé, sauver sa peau, rien dans les poches, peu de bagages ; la déroute en 1962.
le héros ne prend pas parti, citant des atrocités mais aujourd'hui la guerre en Ukraine ne manque pas de matière à vomir...
la dernière strophe pleine d'empathie, clôt avec grande douceur, ce chapitre de pleurs.
des dodécasyllabes servent comme il le faut ce triste récit !
à la 4e ligne, qu'est-ce que " l'Atos 2 ? " un engin ou avion militaire ?
papipoète

   Miguel   
28/4/2022
 a aimé ce texte 
Pas
L'ensemble est bien confus. Il faut connaître ces événements pour comprendre quelque chose au texte, tant les évocations sont floues. Le mot "babouches", s'il fait très "couleur locale", me semble là pour la rime avec "bouche". Les camarades retrouvés "pierres à la place des yeux et parties dans la bouche" ne semblent pas émouvoir beaucoup notre homme, qui lance un "je vous aime" aux auteurs de ces atrocités et les encense dans les vers de l'excipit.

Miguel, en EL

   Donaldo75   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai bien aimé ce poème surtout par le fond qu’il exprime. Je trouve que son traitement est réussi et j’ai retrouvé une tonalité qui retranscrit bien l’époque et dont ses contemporains m’ont raconté des années après. Ce n’est pas simple de réussir un poème sur ce thème et là je trouve mon compte dans ma lecture.

   AnnaPanizzi   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Je n’ai guère trouvé mon compte de poésie dans ce texte, pas reçue d’émotion. C'est un constat en creux d’une guerre plutôt honteuse pour la France, tellement qu’elle est à peine abordée dans les programmes scolaires. J'aurais préféré avoir le ressenti du narrateur face à ce qu’il vit plutôt que les babouches qui font une rime, qu'il nous parle de cette jeunesse perdue citée plus haut. L'ensemble est assez disparate.

On peut vous reconnaître le mérite d’avoir voulu traiter un sujet un peu tabou.

Anna

   Ascar   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup ce texte très bien écrit. Il me parle et me touche. Dans ma famille, j'ai un oncle qui y est allé pour se battre en exécution de son service militaire. Il n'en a jamais parlé. . Dans ma belle famille, c'est la grand-mère pied noir qui dut défendre sa fille pistolet au poing face à des fellagas avant de s'enfuir en laissant tout derrière elle. Elle nous racontait les horreurs commises par le FNL. La France n'était pas en reste avec ses corvées de bois et la petite gégène. Vous ne pardonnez qu'aux berbères qui représentent une minorité non arabe du peuple algérien. Est ce pour une raison précise ?

Bravo d'avoir réussi à mettre en rimes réconciliatrices des "évènements" que l'histoire n'arrive toujours pas à écrire correctement.

   Robot   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai apprécié la lecture de ce texte nuancé, tolérant et sage.
Il explique bien le vécu de ces jeunes appelés "pour maintenir l'ordre" mais qui furent en fait engagé dans une véritable guerre.

   Corto   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Eh oui ils furent des milliers et des milliers à partager ce sort innommable, jusqu'à 26 mois pour certains en plein désert ou en pleines atrocités.
"majeurs à vingt et un mais bons pour la mitraille" résume bien cette situation de toute une génération à peine sortie de l'adolescence.
"Vingt ans en Algérie le djebel de l'horreur
pierres à la place des yeux et parties dans la bouche"
résume bien l'inhumanité atteinte durant ces "événements". Il y a eu même des officiers français pour s'en glorifier par la suite.
Le message adressé aux Berbères en dernière strophe est plein de finesse.
Bravo.

   StephTask   
17/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Vincent,
C’est courageux d’aborder ce thème qui est d’actualité avec l’anniversaire du 8 mai 1945 et les débats autour des travaux de l’historien Benjamin Stora.
Concernant la forme, je trouve le poème décousu et j’ai l’impression d’un récit désincarné un peu mécanique. On pourrait penser qu’il s’agit d’un ton post traumatique, mais je n’ai malheureusement pas ressenti d’émotion alors même que j’ai vécu dans ce pays une partie de mon enfance (avant la guerre civile des années 90) et que tout ce qui concerne l’Algérie me touche.
Je salue toutefois l’initiative. Merci pour le partage.

   Vincent   
17/5/2022

   Vincendix   
17/5/2022
Bonjour,
L'Athos II, c'est le rafiot qui m'a transporté de Bône à Marseille pour mon retour, 48 heures de traversée, un cauchemar que j'ai passé sur le pont, la peur de descendre dans l'antre du monstre craquant de partout. Honte à ceux qui avaient organisé cette "croisière"!
J'adhère au fond de ce texte, mais la forme me parait un peu désordonnée et je m'abstiens de mettre une note.

   Cristale   
17/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Est-ce un inconvénient ou un avantage, je ne sais pas, quoi que si, je pense savoir que, quand l'anonymat d'un auteur est levé, après une décennie de lectures sur ce site, l'évidence de son essence poétique me fait dire "ah oui mais c'est bien sûr". Un pseudo a pour sosie ses propres créations. L'un ne va pas sans l'autre.

Comme ici, je perçois l'empreinte si personnelle du narrateur en parfaite adéquation avec ses peintures dont les âmes cachées derrière chaque couleur me disent qu'il faut "gratter" la surface en douceur pour en extraire la quintessence et l'infinie profondeur de la pensée qui les a posées sur la toile.

Son art figuratif et symbolique, tant en écriture qu'en images, caractérise une expression générale atypique qui peut sembler confuse au premier regard.
Mais il n'en est rien.
Ce poème est tout sauf confus et c'est dans la profondeur des mots que j'ai lu la douleur de ce môme de vingt ans arraché à ses parents pour un voyage et un destin innommable de cruauté qui fût sans retour pour nombre de ses camarades.
Ici la voix poétique a le même accent de désespoir que les sanglots d'un jeune soldat, encore un enfant, condidéré comme chair à canon pour servir une cause indéfendable.

Paul Valery a écrit :
"La guerre, c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas."

Merci Vincent.
Cristale

   pieralun   
18/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
C’est réellement bizarre votre texte Vincent !

Toute la première partie, les 4 premiers quatrains, sont un enchaînement anecdotique d’un récit qui raconterait la vie de l’auteur.
C’est bien écrit, mais ni le rythme, ni le propos ne contiennent de poésie, peut-être parce que l’auteur à la volonté de trop expliquer la dureté de la guerre qu’il a traversé….

En revanche, la lecture du dernier quatrain est extraordinaire !

Vingt ans en Algérie, je vous aime berbères!
Bergers du grand soleil dans l’azur de la mer,
Gardez l’Islam en vous ! arabesque du cœur;
J’ai appris que votre âme avait de la grandeur.

C’est SPLENDIDE Vincent ! J’ai rarement lu 4 vers aussi beaux. ils n’ont rien à envier à Paul Valéry
Que n’utilisez vous pas autant de talent sur tout votre poème !

M’on passionnément est sincère même s’il ne considère que ces 4 vers rares

   Quidonc   
20/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est une chanson qu'aurait pu écrire un Maxime Le forestier. Avec un gradation dans les état d'âme du narrateur, c'est un peu court confus mais c'est une chanson pas une dissertation sur la guerre d'Algérie. Donc moi je prend. Tout y est
Le départ et l’appréhension
La traversée fatigante
L'horreur de la guerre, les exactions mais aussi le dépaysement enchanteur.
La fin de la guerre et le constat de l'horrible absurdité
Et enfin la déclaration d'amour et l'acceptation de l'autre avec ses différences.

Moi je dis ça me va

Merci il ne manquait que la guitare sèche pour accompagner le chant

   Queribus   
26/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai toujours pensé que la guerre était un des sujets des plus difficiles à traiter. (Grandiloquence, cruauté,...). Je trouve que vous vous en sortez plutôt bien malgré certaines petites maladresses-rime: bouche-babouches, "pierres à la place des yeux et parties dans la bouche"). Bien entendu vous décrivez l'horreur mais votre dernier quatrain apporte quand même une forme d'espoir et je pense que ça, c'est très important. Le tout m'a fait pensé un peu à la chanson de Serge Lama "L'Algérie" et naturellement la musique, la voix du chanteur, les arrangements, etc. amèneront leurs propres touches à votre écrit. Je vous souhaite de trouver l'équipe qui saura mettre tout ça en valeur.

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2022