Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Vincente : Entrée en matières
 Publié le 05/06/16  -  9 commentaires  -  1089 caractères  -  291 lectures    Autres textes du même auteur

Nouvellement entré en poésie, je regarde le chemin qui m'a mené à sa découverte par le biais de cette matière à propos…


Entrée en matières



Je passe d’états en matières

Né de chair
Grandi d’os
Forci de bois
Farci de pierre.

Advenu roc
De granit à grès
Puis en craie crayonnante
Contre mon gré
Coulant
D’un sable de sablier
Qui me fit passer le temps
Du grain de folie de l’inouï à l’ennui
De n’être plus rien
D’autre que les miens.


J’étais
Plomb et or,
Enchanteur rêveur.

Sablé à verre,
Je… devins du présent
Cristal,
Fragile et sonneur
D’authentique clarté

Pensé éternel
Finalement
Je m’achève m’effrite
Casse ma pipe à l’écume des jours
Laissant mes cendres pousser en poussières
Flotteuses en ciel où des cieux odieux
Élèvent mes tripes
S’affairent à éteindre tout ce que je fus
Et s’emploient à étreindre mon empreinte d’ici.

Poussières de moi
Soucieuses de vous
Voleuses légères
D’émois de vous,
Amis enfants parents,
Voici les tendresses… de mon infini !


Sortie en poussières


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
25/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un texte où les images abondent sans que l'on ait l'impression d'être submergé. J'aurais supprimé les majuscules au début des vers en enjambement. Et le dernier vers qui veut répondre au titre ne me paraît pas nécessaire. Car je préfère terminer sur "Voici les tendresses… de mon infini !"
Quand on a trouvé le rythme ce poème est très agréable à oraliser.
Un bémol "flotteuses en ciel" que je trouve assez laid à l'image et au prononcé.

   Lulu   
23/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

j'ai beaucoup aimé le ton de ce poème. Le poète se fait léger dans tous les sens du terme pour faire part de son rapport à la vie et à la matière.

Les premiers mots sont comme taillés dans la pierre, puis deviennent plus libérés, au fil du poème, ce qui permet de préciser le ressenti de l'auteur.

J'ai bien aimé certains jeux de mots "de l'inouï à l'ennui" ; "pousser en poussières", mais il y a juste ce qu'il faut. Il n'en faudrait pas plus.

Ce que je peux suggérer à l'auteur, c'est de ne pas hésiter à aller plus loin dans l'expression des sentiments.

Tous mes encouragements.

   hersen   
5/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce poème...minéral.

Il y a une dynamique qui donne la pêche et l'auteur joue avec les mots mais ce n'est en aucun cas pesant.

le champ lexical est très bien exploité et donne une ambiance inattendue.

Merci pour cette lecture.

   Anonyme   
6/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte léger, qui parfois manque un peu de rythme.

J'ai apprécié cette lecture douce et drôle, humaine, mais je regrette qu'elle manque parfois de ryhtme à cause, selon moi, de vers un peu courts.

   Pouet   
6/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Un texte énigmatique et assez recherché qui ne m'a pas laissé indifférent.

Je ne pense pas avoir réellement saisi le fond mais peu importe. J'y vois comme une rencontre entre l'esprit et la matière.

Bien aimé ce passage là notamment:

"Laissant mes cendres pousser en poussières
Flotteuses en ciel où des cieux odieux
Élèvent mes tripes
S’affairent à éteindre tout ce que je fus
Et s’emploient à étreindre mon empreinte d’ici."

Je regrette toutefois la répétition de "poussière" (3 fois) dans la dernière partie du texte.

Le dernier vers me semble dispensable.

Bonne continuation.

   Vincendix   
25/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincente,
Je ne suis pas fan de la poésie libre qui, finalement est plus exigeante que la poésie métrique et rimée car elle doit compenser la musicalité absente par un message fort et j’’estime que ce texte est conforme à mes attentes dans cette catégorie.

J’ai lu votre message de présentation ce qui me permet de mieux comprendre ce que vous exprimez, grandi d’os, forcé de bois, farci de pierre…Puis contre votre gré, devenu craie friable, cristal fragile, poussière volatile…
C’est expressif et très émouvant.

   LJB   
26/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle entrée en matières...
qui nous mène jusqu'à la poussière...

J'aime les images et leurs oppositions au fil du texte.
Cette recherche sur les mots pour les attacher à la terre avant qu'ils en s'envolent sur la fin.
Malgré toute sa force et sa puissance, la terre n'est que poussière !

   Alcirion   
9/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonour Vincente,

J'étais passé à côté de ce texte (en ce moment je n'ai pas beaucoup de temps à moi en fait...). Ton commentaire m'y a amené par curiosité. Et bien pour une entrée en matière, c'est une réussite, dans un style épuré apprécié sur Oniris (je pense à Lulu, Ananas et MonsieurF par exemple). Ton texte a ce qu'il faut d'hermétisme (plus, c'est trop pour moi,lol !), c'est-à-dire qu'il sollicite le lecteur, mais lui livre le ou les sens possibles, s'il prend la peine de relire une ou deux fois.

Au plaisir d'un autre texte !

   Amandine-L   
24/2/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J’y vois le thème de la matière, mais aussi de notre finitude.

Entrée en matière et sortie en poussière. La 1ère strophe dessine combien la vie nous endurcit (chair, os, bois, pierre, roc). La 2ème strophe présente une certaine conscience des fragilités, « De granit à grès / Puis en craie crayonnante » …, mais l’écriture garde du panache ; il y a un dire qui continue à s’élever même si la poussière est le devenir. Il y a une certaine désillusion « Pensé éternel / Finalement / Je m’achève m’effrite », peut-être même un regret que la vie ne soit plus belle.

Le poème se termine comme un adieu aux siens ; un regard vers les « Amis enfants parents » avant de partir en poussière … Les proches comme étant ceux qui permettent de vivre les derniers instants, « les tendresses… de mon infini ! »

Des mots choisis, sur mesure comme un orfèvre sculpte ses pierres… Des propos si fort pour dire la finitude, je suis impressionnée.


Oniris Copyright © 2007-2019