Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Vincente : La graine grave
 Publié le 08/04/20  -  16 commentaires  -  436 caractères  -  307 lectures    Autres textes du même auteur

L'originelle gravure, inlassable, écrit son secret inouï.
(avec une scansion lente)


La graine grave



Quête de solide terre
D'une graine solitaire
Lisse et gonflée

Virginale pureté
Qui tente le fil tendre
D'une fissure

Roule sa boule
Rêveuse bulle

Battement d'elle


L'onde
Dûment voilée
Gagne la fente

Lente descente
Dans l'asile source
Chaleur

Et d'un pas se crée
Écrit sans douleur ce cri
Du cœur secret


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
28/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J’ai vraiment aimé ce poème aux verts courts. D’ordinaire, j’ai coutume de dire que le format très court demande de l’impact, de quoi laisser au lecteur un souvenir durable – du moins, au-delà de la seconde et surtout solide, pas vaporeux – sinon ce ne sont que quelques mots éparpillés sur une surface plane. Ici, les mots sont disséminés par grappes sur une surface en trois dimensions, donnant une réalité à l’ensemble, le rendant interprétable par le lecteur qui en visualise une représentation mais peut la modeler à la guise de son propre référentiel. Pour moi, c’est ça la poésie, et non un théorème bien facile à comprendre ou une notice de montage de meubles en kit. A cet égard, c’est réussi et j’ai accroché.

Bravo !

   papipoete   
8/4/2020
bonjour Vincente
En ce moment où la pluie se fait autant désirer qu'un vaccin, la terre n'est plus que fentes, où toute graine " à la virginale pureté " tombera si profond, qu'une hypothétique ondée venant à choir ici, avant d'atteindre la malheureuse, se sera évaporée...
NB si j'ai bien vu le cheminement de cette semence, je me trouve bloqué face au dernier tercet, dont l'image échappe à ma compréhension !
Si toute votre vision me fut claire comme cristal, j'aurais noté " beaucoup ", mais...

   Stephane   
8/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Vincente,

Le parcours d'une graine semée qui s'ouvre délicatement afin de percer sa propre bulle. Une quête en deux partie où les deux se rejoignent finalement pour laisser libre court à la graine de semer sa propre vie, en quelque sorte.

Le "battement d'elle" est subtil car il nous fait penser à "battement d'aile", à l'image d'une graine en train de s'ouvrir, parallèle, sans doute, avec un papillon en train d'éclore.

Mes vers préférés sont les tous derniers :

"Et d'un pas se crée
Ecrit sans douleur ce cri
Du coeur secret"

Les allitérations en "s" et "cr" amènent quelque chose de plus au poème qui le fait grandir. Je pense d'ailleurs que ces trois vers sont plus subtils qu'ils n'y paraissent. Par exemple, le "se crée" de "un pas se crée" peut aussi faire référence au mot "secret" situé à la fin du poème, de même que "Ecrit" et "ce cri" forment la composante d'un tout. Sans compter "douleur" et "coeur" qui renvoient une rime pauvre certes, mais une rime tout de même.

Beaucoup d'autres choses mériteraient un commentaire plus approfondi et c'est, je crois, le tour de force réussi par ce poème court mais qui en dit long, en plus de l'ouvrage délicat qui nous est décrit.

Au plaisir de vous lire,

Stéphane

   Provencao   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle poésie, en vos vers courts, forts et si vrais...Merci.

J'y ai lu une initiation. Une initiation au miracle de la nature et de ses savoirs faires, avec cette profondeur, cette essence en lien avec la terre, en cette formidable complicité de cette graine solitaire qui ouvre à la délicatesse, l'accès à la pureté et au secret.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   hersen   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le secret.
Un secret bien gardé, et pourtant si répété.
La graine cherche son nid, son terreau, une goutte d'eau et un filet d'air et la voilà qui combat, qui force les éléments, qui s'épanouit.

Tout est graine.

C'est un très beau libre, c'est une belle expression.
(peut-être le "battement d'elle" me déçoit un peu. C'est trop commun pour avoir sa pleine place dans un tel poème, à mon sens)

Merci pour cette très belle lecture !

   Lirian   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Vincente,

Selon moi, le seul vers isolé de votre poème , 'Battement d'elle', comme mis en exergue, ou cheville du texte, vient gâcher l'affaire, sinon bien engagée. Ce vers éclaire le lecteur autant qu'une vieille lune littéraire, un truisme.
Néanmoins, j'ai aimé lire ce qui a germé dans votre esprit et que vous retranscrivez par le biais de ce poème. En fait, je le vois comme une graine qui s'épanouit, ou non, dans le cerveau du lecteur. Cette idée de la naissance d'un sentiment, et plus globalement d'une opinion me plaît.
Merci.

   Pouet   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

un style épuré, des vers courts jouant souvent sur le sens et le son, alitérations, caractérisent ce poème.

De la naissance naissent les sens. Gemme germée...

J'aime beaucoup les trois derniers vers ainsi que "Dans l'asile source".

Un peu moins convaincu par "Battement d'elle" pour son côté un peu ressassé.

Sans être réellement sûr de moi, il me semble que "virginale pureté" fait un brin redondant.

Voilà, j'ai dans l'ensemble bien aimé le texte, que je trouve ambitieux par sa tentative (réussie) d'épure, d'en dire beaucoup en peu de mots ce qui est loin d'être évident.

Au plaisir.

   eskisse   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vincente,

J'ai lu plusieurs fois votre poème avant de le commenter.
Je suis sensible à sa musicalité et à sa fausse simplicité.. Les allitérations en "r" et " b" miment bien le parcours de la graine. Les autres sont légions: en "f" en "cr" etc...
Belle manière de parler de la vie que de faire ce focus sur une graine et une seule ! On dirait un reportage en zoom et au ralenti.

Merci pour le partage

   BernardG   
9/4/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Le titre m'a paru un peu étrange, j'ai plus ressenti le mystère du devenir de cette graine qu'une quelconque gravité.

J'ai bien aimé cette descente toute en douceur.

"Battement d'elle" restera pour moi un peu obscur...

.Quant au dernier tercet (un état d'âme peut-être),je l'aurai placé, pour le cas où il s'agit bien de cela au début du poème.

Cordialement

Bernard G.

   Vincente   
10/4/2020

   Robot   
11/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème aux vers "presqu'en forme de haîku" offre une expression très imagée. Si au premier degré on peut y voir l'image d'une graine semée pour féconder la terre, on peut aussi observer une image de la procréation, une image de la conception de la vie en général. Je retiens cet aspect évocateur de ce poème apprécié.

   Jocelyn   
16/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore ce poème qui décrit la genèse même de la vie, comme un voyage originel. Au début, ce type de calembours ou tout simplement cette rime si riche entre les deux premiers vers a beaucoup attiré mon attention. le reste est lourd, très lourd de sens bien entendu. Je soulève aussi le jeu de mot ''battement d'elle'' que je crois avoir déjà lu quelque part ici sur oniris. Peut-être du même auteur... On oublie tout mais on garde toujours ce qui nous marque. Très impatient de lire la prochaine merveille de l'auteur dont je suis vraiment fan. Je ne le cache pas

   chVlu   
17/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout d'abord la lecture douce étend ses cotylédons comme la frêle plantule en train de germer.
J'ai ressenti un accord naturel entre forme et fond.
Mon esprit s'est régalé d'une lecture à double sens, de l'éveil des sens, simulant l'origine de la vie.

Un vrai petit bonbon poétique que je me suis régalé à laisser fondre sensuellement.
Bravo!

   Lariviere   
18/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vicente

J'ai bien aimé ce poème printanier particulier et très musical.

Sur la forme le jeu de musicalité avec le sens et les mots, presque mallarméen et flirtant parfois sans excès avec du boby lapointe, est réussi à mes yeux, méninges et oreilles...

Pour finir, dans ce style libre que l'on aime ou non, je trouve que vous avez très bien rendu le périple minuscule pour nous (mais sommes nous la valeur étalon de la bonne proportion lol) mais digne d'un voyage au centre de la terre pour la petite graine à germer...

C'est une métaphore que j'ai beaucoup apprécié pour son réalisme derrière la fantaisie des images et aussi pour sa philosophie sous-jacente...

Merci pour cette belle lecture et au plaisir de vous lire !

   Louis   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le poème suit l’aventure d’une graine, l’aventure de la vie qui se dissémine et se singularise, en quête d’un milieu qui permette une germination, et du déploiement de l’être vivant dont elle est potentiellement porteuse.

Dans la terre, elle trouvera le lieu d’une éclosion.

« Quête de solide terre
D’une graine solitaire »

La graine n’est solitaire que de façon éphémère ( par un effet-mère). Elle est à la recherche d’un partenaire, d’une compagne, en quête d’une campagne ; elle n’a pas une origine dans la solitude, il lui a fallu la sexualité et donc deux êtres pour advenir, il a fallu une fécondation ; elle ne trouve vie que dans le couple et une alliance avec la terre sera nécessaire pour que se réalisent ses potentialités de vie.
La graine : et sème la terre, et s’aime la terre.
Son enterrement n’est pas une mort, mais une naissance.

Si la graine est en quête solitaire d’une terre où germer, ce n’est pourtant pas pour se taire.
Organe d’une écriture, doux instrument d’une gravure, elle la marque de son sceau, cette terre, page en relief où s’écrit la vie, où la vie crie et croît, s’inscrit et se déploie, dans un sol « asile », dans un sol fertile.
Elle s’inscrit dans le sol terrien, y imprime ses multiples caractères, en GCAT.
La graine dans sa germination pousse un cri, un cri muet, le cri contenu dans l’"écrit".
Elle reproduit la vie, la duplique, la recrée, non pas à l’identique, non pas comme une copie conforme du générateur de la graine, mais selon de multiples variantes, et engendre des individus uniques au sein de la variété des espèces, alors les mots du poème, en écho, se dupliquent aussi, avec des variantes homophoniques. (« solide terre » et « solitaire » ; « d’un pas se crée » et « cœur secret »…)

La graine crie, mais ne bégaie pas.
Par un cri sans douleur, par un jaillissement, une profusion.
Elle fait de la vie une idiotie, au sens étymologique de ce mot : idiotès, idiot, qui signifie le simple, le particulier, l’unique, le non dédoublable. Au sens que lui donne Clément Rosset dans son ouvrage « Le réel : traité de l’idiotie »

Idiotie et prodige de la vie.
« Et d’un pas se crée
Ecrit sans douleur ce cri
Du cœur secret »
La création, de la graine qui donne vie, est un secret. Par un acte « se crée » et se révèle, se dévoile et se met en lumière, tout en le dissimulant pourtant et le celant à jamais, un processus quasi magique, quasi miraculeux.
La graine se développe en même temps qu’elle enveloppe, dans son intimité, le prodige merveilleux de la vie.
La graine, miss Terre, conserve son mystère.
Et le poème poursuit l’étonnement toujours renouvelé devant l’éclosion du vivant

Il est bon de célébrer la vie, de faire d’une petite graine, d’une simple graine, une héroïne, quand de nos jours trop souvent la fascination va vers la mort et le néant. Bon de célébrer la naissance et ce sublime et fabuleux prodige qu’est l’éclosion du vivant.

Merci Vincente pour cela.

   GinetteFlora   
13/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Vincente
Cette poésie semble inviter à la contemplation du travail de la nature , s'accomplissant par étapes . Les vers courts agencés par stades croissants laissent entendre ce cheminement .
Il y a la terre où est posée la graine
il y a l'eau qui la fait croître
il y a la chaleur qui la fait vivre
Ces trois éléments qui président à une naissance .
j'ai ressenti cette montée de la sève comme une recherche de la première aube ("virginale pureté") où luit la semence qui donne la vie.
C'est assurément un texte polysémique qui laisse au lecteur une grande place à la représentation de cette "graine" .


Oniris Copyright © 2007-2020